Soutenir les familles

Renseignements et ressources à communiquer aux parents et liens vers les services et programmes communautaires de la région

Les parents y trouveront des renseignements sur les ressources et événements communautaires, et pourront communiquer avec des professionnels de la santé et des spécialistes des compétences parentales. Cette ressource s'adresse autant aux futurs parents qu'aux familles qui comprennent des adolescents.

Les parents peuvent échanger en temps réels avec d'autres parents et avec une infirmière en santé publique sur divers sujets liés aux compétences parentales.

Saviez-vous que?

Publiez de l'information sur la saine alimentation et la vie active dans votre bulletin d'information ou sur votre blogue à l'intention des parents.

 Messages sur l'alimentation saine
 
 Milieu alimentaire sain
  1. Les enfants avaient eux aussi un travail à faire. Votre travail en tant que parent (ou personne qui s'occupe d'un enfant) consiste à décider quels aliments lui donner, à quel moment et à quel endroit. Le travail de l'enfant consiste à décider s'il va manger et en quelle quantité parmi les choix sains que vous lui offrez.
  2. Il est normal que les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire mangent beaucoup une journée et très peu le lendemain. L'appétit des enfants varie du jour au lendemain. Même les jours où les aliments intéressent moins votre enfant, continuez de lui présenter une variété d'aliments sains, sans exercer de pression pour qu'il en mange. Préparez un repas pour toute la famille, et non des repas séparés, contenant au moins un aliment que votre enfant aime, même si ce n'est que du pain ou un autre de ses aliments préférés.
  3. La meilleure façon de prévenir les maladies d'origine alimentaire est de se laver les mains soigneusement et régulièrement. Montrez aux enfants à se laver les mains souvent et assez longtemps (chantez « Bonne fête... »).
  4. Les enfants de moins de quatre ans sont les plus à risque de s'étouffer, particulièrement avec des aliments durs ou glissants. Pour prévenir les risques d'étouffement, supervisez les enfants pendant qu'ils mangent, coupez les aliments en morceaux de la taille d'une bouchée et cuisez les aliments solides ou fibreux pour les ramollir. Ne donnez jamais de beurre de noix avec une cuillère. Étendez-en plutôt une mince couche sur du pain ou des craquelins.
  5. Une allergie alimentaire et une intolérance alimentaire ne sont pas la même chose. L'allergie alimentaire affecte le système immunitaire, tandis que l'intolérance alimentaire désigne une réaction désagréable à un aliment (ex. : intolérance au lactose).
  6. La plupart des tout-petits devraient consommer trois collations par jour. Offrez-leur une collation en matinée, en après-midi et en soirée. Assurez-vous qu'elle ne soit ni trop grosse, ni trop petite : il ne faut pas qu'ils aient trop faim avant le prochain repas, mais il faut quand même qu'ils puissent le manger, ce prochain repas! Essayez de servir un légume ou un fruit à chacune des collations. Et la variété aussi importe : autant que possible, tâchez d'offrir différentes collations à vos enfants de sorte qu'ils puissent régulièrement découvrir de nouveaux aliments.
  7. Un horaire de repas et de collations régulier aide vos enfants à savoir quand ils ont faim. Les jeunes enfants ont de petits appétits et de petits estomacs. Pour la plupart des enfants, vous devriez servir les collations deux heures avant les repas. Le grignotage entre les repas et les collations (donc, une nourriture disponible à tous moments) est déconseillé, car il tend à mener les jeunes enfants à manger moins à l'heure du repas, et cela peut semer la confusion dans leur esprit.
  8. Il n'y a rien de mal à ce qu'un enfant dise qu'il n'a plus faim. C'est au parent ou au responsable de choisir les aliments servis, mais c'est l'enfant qui décide de sa portion. En permettant à l'enfant de décider s'il a encore faim ou s'il est rassasié, nous lui donnons les outils nécessaires pour reconnaître les signaux de la faim et ainsi éviter de trop manger en grandissant.
  9. Le plus vous insistez pour qu'un enfant mange un aliment, le moins il est susceptible d'en manger. Proposez-lui plutôt l'aliment à différentes occasions pour l'inciter à en manger. Les enfants ont parfois besoin d'essayer un nouvel aliment ou un aliment qu'ils n'ont pas aimé à plusieurs reprises, parfois plus de dix fois, avant d'y prendre goût. S'ils vous voient en manger, cela peut les encourager.
  10. La majorité des enfants connaissent souvent des périodes où ils ne mangent que quelques aliments. C'est ce qu'on appelle les fixations alimentaires. Soyez patient pendant ces périodes et ne vous en faites pas, surtout si la croissance de votre enfant n'en est pas affectée. Continuez quand même à lui offrir un éventail d'aliments. La majorité des enfants finissent par perdre cette manie.
  11. La majorité des tout-petits mangent lentement. Laissez-les manger à leur rythme. S'ils n'ont pas beaucoup mangé après 20 à 30 minutes, retirez-leur la nourriture sans faire de commentaires, mais laissez-leur l'assiette. Laissez-les sortir de table quand ils ont décidé qu'ils ont fini de manger.
  12. Ce n'est pas nécessairement un mauvais signe si votre enfant ne finit pas son assiette. À l'heure des repas, parlez des événements de la journée plutôt de ce que votre enfant mange. Ayez confiance en lui : il mangera la bonne quantité pour lui. En servant à votre enfant une variété de collations et d'aliments sains à deux ou trois heures d'intervalle, son appétit guidera ce qu'il mange et en quelle quantité.
  13. Les aliments non pasteurisés comme les cidres, les jus, les produits laitiers, le miel et les œufs sont dangereux pour les jeunes enfants. N'en donnez jamais aux nourrissons, aux tout-petits ou aux enfants d'âge préscolaire, qui pourraient tomber gravement malades.
 Choix santé
  1. Lorsque les enfants mangent des aliments sains, ils ont l'énergie nécessaire pour être actifs. Pourquoi ne pas leur servir du poivron et du hummus ou une trempette de yogourt accompagnée d'un fruit pour la collation avant de faire une activité?
  2. Chaque repas que vous préparez devrait comprendre des aliments de 3 ou 4 groupes alimentaires. Par exemple, un déjeuner sain pourrait comprendre un œuf, du gruau, des tranches de pommes et un verre de lait. Voilà des aliments de 4 groupes!
  3. Les jeunes enfants mangent mieux quand ils s'amusent. Le brocoli peut devenir un arbre et votre enfant peut se transformer en dinosaure. Ou des tranches de poivron peuvent être des serpents ou des vers. Une trempette peut être une pente de ski. Les possibilités sont infinies. Les enfants vous aideront à trouver des idées.
  4. Vous pouvez économiser du temps et de l'argent en servant des substituts de viande (œufs, haricots, tofu) quelques fois par semaine. Essayez de temps en temps de faire de la sauce à spaghetti avec du tofu ou des légumineuses au lieu d'utiliser de la viande.
  5. De nombreux légumes et fruits coûtent moins cher lorsqu'ils sont en saison. Consultez www.foodlandontario.ca pour savoir lesquels sont en saison.
  6. Les légumes et fruits congelés ou en conserve peuvent être aussi sains que ceux qui sont frais. Lisez les étiquettes et choisissez ceux auxquels aucun sucre ou sel n'a été ajouté ou qui en contiennent le moins possible. Ne consommez que des fruits mis en conserve dans du jus ou de l'eau. Lorsque vous utilisez des légumes en conserve, videz toujours l'eau et rincez les légumes, cela vous aidera à vous débarrasser d'une partie du sel qui a été ajouté.
  7. Dans le tableau de la valeur nutritive, une VQ (valeur quotidienne) de 5 % et moins signifie qu'une substance nutritive est peu présente dans l'aliment. Visez cette VQ pour le sodium dans les craquelins ou les pains, entre autres.
  8. Dans le tableau de la valeur nutritive, une VQ de 15 % et plus signifie qu'une substance nutritive est présente en grande quantité dans l'aliment. Visez cette VQ pour le fer dans des aliments comme les céréales ou les plats végétariens, et pour les fibres dans les pains, céréales ou craquelins.
  9. Les enfants qui consomment des aliments issus de cultures différentes peuvent apprendre à accepter une plus grande variété d'aliments. De nombreux aliments provenant d'autres pays et cultures peuvent s'avérer des choix santé et comprennent parfois plus de légumes et fruits et de substituts de viande que les produits « nord-américains ». Par exemple, vous pourriez servir des tacos ou des caris de viande avec du riz, ou des plats végétariens faits de haricots ou de lentilles.
  10. Vous devriez privilégier l'eau pour hydrater les jeunes enfants. Les enfants qui se voient offrir de l'eau plate dès leur plus jeune âge apprendront à en faire leur premier choix. Une fois que les enfant mangent des aliments solides, veillez donc à ce qu'elle soit toujours disponible! Et si vous donnez l'exemple et en buvez vous-même, les enfants voudront vous imiter.
  11. Le fromage à la crème ne fait pas partie du groupe alimentaire « lait et substituts ». Possédant une très faible teneur en calcium, en protéines et en vitamine B12, il a par contre une assez forte teneur en gras. Optez plutôt pour un fromage à pâte dure et rappelez-vous de consommer le fromage à la crème avec modération.
  12. Chez la plupart des nourrissons et des tout-petits, c'est la carence en fer qui est la plus répandue. Des études montrent qu'il y a un lien entre la carence en fer et certains comportements problématiques et retards d'apprentissage. Pour cette raison, il est primordial que les enfants, surtout les tout-petits, mangent des aliments riches en fer, comme des pois secs, des haricots, des lentilles, de la viande, du poisson, des céréales enrichies de fer, des légumes verts foncés et des œufs.
  13. Les enfants devraient boire du lait homogénéisé (3,25 %) jusqu'à l'âge de 2 ans. Ils peuvent ensuite boire du lait à 2 % de matières grasses, puis à 1 %. Avant l'âge de deux ans, les acides gras du lait entier et des autres aliments favorisent le développement cérébral.
  14. Les jus ont une teneur élevée en sucre. Même si le sucre présent dans les fruits est naturel, il s'agit tout de même de sucre, et le corps de votre enfant le transforme de la même façon que s'il s'agissait de sucre ajouté. Vous devez donc limiter la consommation de jus à 125 mL (½ tasse) par jour et éviter les boissons aux fruits ou à saveur de fruits.
  15. La consommation de sodium de votre enfant est importante. Elle influe en effet sur le goût qu'il prendra aux aliments salés, en plus d'avoir une incidence sur sa santé cardiaque et sa tension artérielle futures.
 Messages sur la vie active
 
 Le jeu actif
  1. Le jeu actif est spontané et amusant et donne de l'énergie.
  2. L'activité physique est bonne pour la santé des enfants, mais elle stimule aussi leur créativité, leur concentration et leur capacité d'apprendre! Préparez-les pour l'école en faisant de l'activité avec eux.
  3. Les enfants d'âge préscolaire, et même les tout-petits, ont besoin d'au moins 180 minutes d'activité physique chaque jour. Rendez-les plus actifs en jouant dans la nature!
  4. Les nourrissons (bébés de moins d'un an) devraient être physiquement actifs plusieurs fois par jour. Les jeux au sol sont un excellent moyen de leur faire faire de l'exercice.
  5. Jouez dehors, c'est gratuit et agréable! Sautez les flaques, faites un bonhomme de neige ou jouez au ballon!
  6. Les enfants, quelles que soient leurs aptitudes, aiment le jeu actif. Pour en savoir plus sur les programmes d'activité physique à l'intention des enfants ayant des besoins spéciaux, consultez le Guide des loisirs de la Ville d'Ottawa à ottawa.ca ou appelez le 311.
  7. Commencez le jeu actif dès la naissance. Le temps que le bébé passe sur le ventre est un moment agréable pour lui lire une histoire ou jouer un jeu. Vous aidez votre nourrisson à se renforcer tout en établissant une relation d'amour et lui permettant d'acquérir des capacités langagières.
  8. Les enfants actifs apprennent beaucoup : à parler, à jouer avec d'autres et à résoudre des problèmes.
  9. La nature est un lieu idéal pour le jeu actif, peu importe le temps qu'il fait. Les enfants peuvent courir, grimper, sauter, ramper et découvrir le terrain de jeu qu'est la nature.
  10. Pour faire de l'activité physique à l'extérieur, la protection contre le soleil est un élément important à considérer. Utilisez un écran solaire à large spectre offrant une protection contre les rayons UVA et UVB avec un facteur de protection solaire (FPS) de 30 ou plus.
  11. Pour faire de l'activité physique à l'extérieur, les enfants doivent porter des vêtements adaptés aux conditions météorologiques. Avec des bottes imperméables pour les journées pluvieuses, un chapeau à larges bords pour les journées ensoleiller, et une tuque pour l'hiver, les enfants seront prêt pour le jeu actif.
 Le savoir-faire physique
  1. Les enfants ayant des habiletés physiques apprennent à se mouvoir avec confiance et maîtrise dans tous les types d'environnement, par exemple sur terre, dans la neige et dans l'eau.
  2. Les enfants doivent développer en premier des habiletés motrices de base, puis apprendre à exécuter ces mouvements, comme taper dans le ballon ou jouer à des jeux.
  3. Les jeunes enfants qui apprennent à se mouvoir avec confiance et habileté aimeront être actifs toute leur vie.
  4. Les nourrissons et les enfants d'âge préscolaire ont besoin d'apprendre à lancer, attraper, sauter et sautiller. Ils maîtrisent ces habiletés motrices au fil de temps avec la pratique.
  5. Les nouveau-nés commencent à acquérir des habiletés motrices lorsqu'ils sont sur le ventre, roulent, rampent et se tirent pour se mettre debout. Jouez avec votre nourrisson à terre et aidez-le à acquérir ces habiletés.
  6. Les enfants ayant un handicap doivent eux aussi acquérir des habiletés physiques. Pour connaître les programmes d'activité physique à l'intention des enfants ayant des besoins spéciaux, consultez le Guide des loisirs de la Ville d'Ottawa à ottawa.ca ou appelez le 311.
  7. Les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire doivent apprendre diverses habiletés motrices. Recherchez la simplicité. Faites-leur botter un ballon au parc, danser dans la pièce ou jouer à la balle ensemble.
 Comportements sédentaires
  1. Moins, c'est mieux! Une heure ou moins par jour devant un écran est meilleur pour les enfants de 3 et 4 ans, et pas de temps d'écran pour les enfants de moins de 2 ans.
  2. Le temps passé devant un écran soustrait de précieux moments au jeu si important pour les enfants.
  3. Les enfants jouent moins... Éteignez la télé et enseignez-leurs les jeux auxquels vous-même avez joué.
 Les parents
 
 Les parents, modèles d'une vie saine
  1.  En tant que parent, vous êtes le premier qui puisse enseigner à votre enfant à grandir en santé. Le meilleur moyen d'y parvenir est d'adopter une saine alimentation et d'avoir un style de vie actif. Votre enfant vous imite.
  2. En devenant à la maison un modèle de comportements sains, vous aidez les jeunes enfants à adopter des attitudes positives favorisant une vie saine qu'ils conserveront toute leur vie.
  3. Quand les jeunes enfants vous voient manger des aliments sains et faire de l'activité physique chaque jour, ils imiteront ces comportements.
  4. Les petites choses que vous faites chaque jour en famille, comme jouer dehors et manger ensemble un repas sain, vous aideront à inculquer à vos enfants un mode de vie actif et sain.
 Les parents, modèles d'une saine alimentation
  1.  Votre enfant est plus susceptible d'essayer un nouvel aliment après vous avoir vu en manger. Offrez-lui une grande variété d'aliments sains et mangez-en devant lui; il verra alors qu'il vaut la peine de les essayer.
  2. Manger en famille est l'une des meilleures façons d'aider votre enfant à grandir en santé. Faites des repas en famille une priorité et laissez les très jeunes enfants participer en choisissant un aliment ou une recette ou en prenant part à la préparation, au service ou au nettoyage.
  3. Les enfants qui prennent plus souvent leurs repas en famille ont moins de problèmes de comportement. Mangez des repas sains en famille aussi souvent que possible.
  4. Un enfant devrait être capable d'utiliser un verre ou une tasse sans bec dès l'âge de 12 à 15 mois. Il aura également des dents plus saines et une meilleure alimentation si on ne lui donne plus le biberon.
  5. Dès l'âge de un an, les enfants devraient être capables de manger par eux-mêmes. Laissez-les découvrir les aliments. Laissez-les faire des dégâts. C'est en jouant avec la nourriture qu'ils la découvrent. Ils vont prendre plus de temps pour manger, mais, si on les laisse faire, les enfants mangent quand ils ont faim et arrêtent quand ils sont rassasiés.
  6. Quand vous proposez de nouveaux aliments aux nourrissons et tout-petits, il vaut mieux attendre de deux à quatre jours entre chaque nouveauté afin de repérer les réactions allergiques. Mais, même s'il y a des cas d'allergies dans la famille, il faut essayer les aliments très allergènes, comme les œufs, les beurres de noix et le blé, quand on introduit les solides. Les études montrent qu'il vaut mieux ne pas éviter ces aliments, mais les introduire tôt afin que les enfants soient moins vulnérables aux allergies.
Les parents, modèles d'une vie active
  1. Les enfants acquièrent une motricité globale et fine quand les adultes leur montrent l'exemple et leur apprennent à faire de l'activité physique.
  2. Les parents actifs ont plus de chance d'avoir des enfants actifs.
  3. Les enfants qui participent à des jeux actifs en bas âge sont plus susceptibles de faire de l'activité physique et du sport à l'adolescence.
  4. Le jeu actif stimulant, comme grimper et courir vite, aide les jeunes enfants à acquérir des compétences en résolution de problèmes et à gagner de la confiance.
  5. Le jeu actif dans un environnement stimulant et sécuritaire aide les jeunes enfants à apprendre à évaluer les risques et à déterminer ce que leur corps peut ou ne peut faire en toute sécurité.
 Messages sur croissance et développement
  1. Le développement des enfants suit des étapes cruciales. Savez-vous ce qu'ils doivent maîtriser et à quel âge? Si vous êtes inquiets, parlez à votre prestataire de soins ou appelez le Service de santé publique d'Ottawa, au numéro 613 580-6744.
  2. Le dépistage permet de détecter rapidement les problèmes et aide les parents à recevoir le soutien requis auprès des prestataires de soins de santé.
  3. Comment votre enfant se développe-t-il? Le Questionnaire de dépistage du district de NipissingMC (QDDN) est une simple liste de contrôle courte qui donne un aperçu de la croissance et du développement de votre enfant à un âge précis. Inscrivez-vous à http://www.endds.com/index_french.html pour recevoir régulièrement par courriel des rappels concernant le dépistage de problèmes chez votre enfant.
  4. NutriSTEP® est une simple enquête nutritionnelle en 17 questions portant sur les jeunes enfants. Il suffit de cinq minutes pour y répondre.
  5. Santé publique Ottawa offre NutriSTEP® gratuitement aux parents et aux gardiennes d'enfants de 18 mois à cinq ans. Pour en savoir plus, appelez Santé publique Ottawa au numéro 613-580-6744.
  6. NutriSTEP® peut être utilisé dans les écoles maternelles, les programmes d'éducation des parents, à l'inscription en maternelle auprès des commissions scolaires ainsi que par les médecins et autres professionnels de la santé. Pour en savoir plus, appelez Santé publique Ottawa au numéro 613-580-6744.
  7. Quelques personnes sont très importantes pour votre enfant au cours des deux premières années de sa vie. Il pourrait s'agir de vous, de votre conjoint, d'un grand-père ou d'une grand-mère ou encore d'une gardienne. Les premiers liens noués avec votre bébé jettent les bases de toute relation ultérieure. L'attachement joue un rôle important dans le développement social d'un enfant.
  8. Depuis la naissance, votre enfant peut communiquer. Apprenez à comprendre ses signes et à y répondre; inculquez à votre enfant des compétences langagières et apprenez-lui à parler à mesure qu'il grandit.
  9. Il est important de relever dès que possible toute perte auditive. La grande majorité des enfants apprennent à parler en imitant les sons et les voix qu'ils entendent. Malheureusement, ce n'est pas le cas pour tous les enfants. Certains doivent apprendre à parler de façon différente. Parlez à votre prestataire de soins de santé si vous êtes préoccupé par l'ouïe de votre enfant.
  10. La vue est importante pour le développement de votre enfant. L'apprentissage fait appel à la vue dans une proportion de 80 %. Il est important de déceler rapidement les problèmes de vue. Parlez à votre prestataire de soins de santé si vous avez des préoccupations concernant la vue de votre enfant.

 

 

Contactez Nous