Chapitre 4 : Prendre soin d'un aîné

Les changements qui ne sont PAS normaux

La personne va passer à travers plusieurs changements. Ceux-ci peuvent être causés par la vieillesse, mais il se peut que certains changements soient des signes de maladies ou de conditions. Quand vous voyez ces changements, parlez-en avec un professionnel des soins de santé.

  • Douleurs physiques : Les douleurs peuvent être des signes de maladie comme l'arthrite ou blessure. Les maladies du cœur peuvent causer des douleurs dans la poitrine.
  • Les chutes : Une personne peut faire une chute quand elle prend des médicaments, a un problème de tension artérielle, des problèmes de la vue ou de mobilité.
  • L'enflure des jambes : Ceci peut être un signe que la personne souffre d'une maladie de cœur comme l'angine ou l'insuffisance cardiaque congestive ou encore souffre d'une maladie respiratoire comme la bronchite chronique ou l'emphysème.
  • Difficulté à uriner : Une personne peut avoir de la difficulté à uriner si elle a une infection de vessie. Un homme, en particulier, peut avoir de la difficulté s'il a des problèmes de prostate.
  • Urine qui s'échappe : L'urine s'échappe quand les muscles de la vessie sont faibles.
  • Tendance à oublier les noms des personnes de la famille et amis proches ou les noms d'objets : Les maladies d'Alzheimer et la démence peuvent causer l'oubli. Il est normal d'oublier où vous avez mis vos clés, mais ce qui est inquiétant est quand on oublie des mots simples comme « fourchette » ou qu'on se perd dans notre propre communauté.
  • Vision double, voir des cercles autour des lumières, une vision est soudainement embrouillée
  • La fatigue
  • L'anxiété
  • Problèmes à manger et à boire : Les douleurs, un manque de dents ou des prothèses dentaires mal ajustés peuvent enlever le goût de manger ou de boire. Une personne qui a une maladie des os ou des jointures a du mal à se préparer des repas. La dépression peut aussi diminuer l'appétit.
  • Difficulté à respirer, manque de souffle
  • Changement de poids
  • Changement d'apparence : la personne ne fait pas sa toilette, ses vêtements sont sales ou non appropriés, elle dégage une odeur déplaisante, se néglige ou néglige sa maison.

Si vous voyez que la personne souffre d'un ou plusieurs signes ci-dessus, demandez-lui de se faire vérifier par un professionnel des soins de santé. Il se peut qu'il ne puisse pas guérir tous les problèmes, mais il serait capable d'aider à les contrôler.

Santé mentale

La dépression chez les aînés est un problème de la santé mentale sérieux qui devient plus grand.1 Environ 20 % des personnes âgées de 65 ans et plus, qui vivent dans la communauté, ont un problème de santé mentale.2

L'Étude sur la santé et le vieillissement, par exemple, a révélé que 12,7 % des résidents de soins de longue durée âgés de 65 ans et plus souffrent de dépression majeure ou mineure.3

Environ 5 % à 10 % des aînés vivront une dépression qui est assez grave qui devra être traitée. En plus, le taux d'anxiété et de dépression augmente de 30 % à 40 % pour les aînés vivant dans des établissements de soins de longues durées.

La plupart des personnes souffrant de dépression (plus de 80 %) répondent bien au traitement et se rétablissent complètement. Malheureusement, 90 % des personnes ne vont PAS chercher l'aide dont ils ont besoin et ils ne reçoivent pas de traitement. La dépression chez les aînés peut être très difficile à reconnaître. Vous pouvez penser que la dépression est un symptôme d'une autre condition médicale ou vous pourriez faire l'erreur de penser que c'est une partie normale du vieillissement.4

Faites attention aux changements dans la personne et parlez-en avec elle. Demandez-lui d'aller voir un professionnel des soins de santé. Même s'il y a des traitements, plusieurs aînés souffrent de maladies mentales parce qu'elles ne reçoivent pas les soins nécessaires.

Changements émotifs qui NE FONT PAS partie du vieillissement

Voici une liste de symptômes :

  • Plus de consommation d'alcool, de drogues ou de médicaments.
  • La personne est triste ou déprimée pendant 2 semaines ou plus.5
  • La personne pleure facilement.
  • Les changements de personnalité, par exemple une personne qui est normalement agréable et sociable se met à se méfier des autres ou à se fâcher facilement.
  • Ne sors pas souvent ou ne visite pas ses amis.
  • Des sautes d'humeur inexplicables.
  • Oublie des mots simples ou des phrases communes comme « j'ai besoin de l'affaire que j'utilise pour manger » au lieu de dire « j'ai besoin d'une fourchette ».
  • Le sentiment d'être débordé ou incapable d'accomplir les activités de la vie quotidienne.
  • Ne s'ajuste pas bien après une perte de quelqu'un ou quelque chose qui est importante pour lui.
  • Elle a peur ou est soupçonneuse.
  • Parle, mais ce qu'elle dit ne fait pas de sens. N'est pas logique.

Parlez avec la personne, dites-lui ce que vous voyez et demandez-lui d'aller voir un professionnel des soins de santé. Vous pouvez lui offrir de faire son rendez-vous et d'aller avec elle. Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu'elle aimerait bien que vous alliez avec elle.

Les pensées de suicide

Le taux de suicide parmi les personnes âgées de 65 et plus (surtout les hommes) est plus élevé que n'importe quel autre groupe d'âge.6

Même si la personne chère reçoit de l'aide, ces changements émotifs peuvent s'aggraver. Elle peut vouloir mettre fin à sa vie.

Reconnaissez les signes de suicide :

  • Elle dit qu'elle est inutile et sans espoir
  • Elle dit des choses comme « J'aimerais dormir et ne jamais me réveiller »
  • Elle se débarrasse de tous ses effets personnels comme ses bijoux
  • Décide soudainement de régler ses affaires personnelles et financières
  • Elle ne sort pas dans la communauté et reste isolée
  • Elle ne s'ajuste pas bien après une perte, un deuil 

Cherchez de l'aide, immédiatement, si vous entendez ou voyez la personne :

  • Dire qu'elle veut se faire mal ou se tuer
  • Chercher pour des choses qui peuvent l'aider à se tuer (une collection de couteaux, fusils ou pilules)
  • Parler ou écrire à propos de la mort ou du suicide

Ne jamais laisser une personne avec des pensées de suicide seule. Composez le 911, et restez avec elle en attendant les services d'urgence. 

Faites-nous part de vos commentaires

Nous voulons améliorer la qualité de ce guide et répondre à vos besoins. S'il vous plaît, envoyez-nous vos commentaires sur cette section du guide. Nous apprécions et nous vous remercions de prendre le temps pour remplir ce bref sondage. Si vous souhaitez parler avec une infirmière de Santé publique Ottawa, appelez-nous au 613-580-6744 ATS/TTY: 613-580-9656 du lundi au vendredi entre 9 h et 16 h (fermé les jours fériés) ou envoyez-nous un courriel healthsante@ottawa.ca.

Références

  1. Blazer DG. Depression in Late Life, 3rd edition. New York : Springer; 2002.
  2. Butler-Jones, D. L'administrateur en chef de la santé publique du Canada, Rapport annuel sur l'état de la santé publique au Canada, 2010 [En ligne]. Ottawa (ON) : Agence de la santé publique du Canada; 2010 [modifié le 28 octobre 2010 : cité le  26 juillet 2013]. Disponible :http://www.phac-aspc.gc.ca/cphorsphc-respcacsp/2010/fr-rc/cphorsphc-respcacsp-06-fra.php
  3. camh, Centre for Addiction and Mental Health [En ligne]. Toronto : camh; 2012 [cité le 26 juillet 2013]. Disponible :http://www.camh.ca/en/hospital/health_information/a_z_mental_health_and_addiction_information/depression/Pages/default.aspx(en anglais seulement)
  4. Mood Disorders Society of Canada [En ligne]. Guelph (ON) : Mood Disorders Society of Canada; c2011. Depression in Elderly; 2010 [cité le 20 novembre]; Disponible :http://www.mooddisorderscanada.ca/documents/Consumer%20and%20Family%20Support/Depression%20in%20Elderly%20edited%20Dec16%202010.pdf(en anglais seulement)
  5. camh, Centre for Addiction and Mental Health [En ligne]. Toronto : camh; 2012 [cité le 2013 Jul 26]. Disponible :http://www.camh.ca/en/hospital/health_information/a_z_mental_health_and_addiction_information/depression/Pages/default.aspx(an anglais seulement)
  6. Centre for Suicide Prevention. Plus 65 : At the end of the day [En ligne]. Calgary, Alberta : Canadian Mental Health Association; 2012. [cité le 2013 Jul 26]. Disponible :http://suicideinfo.ca/LinkClick.aspx?fileticket=cmFwRL4DMJw%3D&tabid=563 (en anglais seulement)

Vieillir : Les changements qui sont normaux

Cette section traite du vieillissement, ce qui est normal. La vieillesse est un processus normal et naturel et non pas une maladie. Toutes les personnes vieillissent, mais pas toujours au  même rythme. Les gènes, les conditions de santé et le style de vie affectent la façon dont nous vieillissons.

Voici des changements que tous les aidants devraient connaître.1

  • Les cheveux deviennent gris et minces.
  • La peau devient mince et peut être blessée, brulée et déchirée plus facilement. Elle devient sèche et transpire moins.
  • La vue : Il peut être plus difficile de se concentrer ou de voir où un objet se termine et où le fond commence. Il est plus difficile de s'habituer à différents niveaux de lumière.
  • L'ouïe peut diminuer.
  • La sensation du goût diminue et les aliments peuvent sembler fades.
  • L'odorat peut diminuer et les aliments ne sentent pas aussi bons. 
  • La masse et la force des muscles diminuent. Les tâches prennent plus de temps et sont plus difficiles à faire.
  • La mémoire : Il faut plus de temps pour se souvenir de choses et pour trouver les bons mots pour certains objets. Un peu de perte de mémoire est normal à n'importe quel âge.
  • Les habitudes de sommeil changent. La personne peut dormir moins la nuit et avoir des siestes pendant le jour.

Faites-nous part de vos commentaires

Nous voulons améliorer la qualité de ce guide et répondre à vos besoins. S'il vous plaît, envoyez-nous vos commentaires sur cette section du guide. Nous apprécions et nous vous remercions de prendre le temps pour remplir ce bref sondage. Si vous souhaitez parler avec une infirmière de Santé publique Ottawa, appelez-nous au 613-580-6744 ATS/TTY: 613-580-9656 du lundi au vendredi entre 9 h et 16 h (fermé les jours fériés) ou envoyez-nous un courriel healthsante@ottawa.ca.

 Références

  1. VON Canada. Les services de répit dans la communauté grâce à l'aide entre voisins -- Guide de formation [En ligne]. Ottawa : Les Infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada, 2009 [cité le 26 juillet 2013]. Disponible : http://www.von.ca/fr/caregiving/neighbours.aspx

Violence faite aux aînés

Si vous trouvez que prendre soin de l'être cher est trop pour vous, parlez avec votre professionnel des soins de santé.

Quand vous souffrez du stress, vous pouvez :

  • Être impatient, irrité, frustré,
  • Être épuisé, débordé,
  • Vous sentir coupable pour tous les problèmes,
  • Avoir un problème d'alcool, de drogues ou de médicaments (prescrits et non prescrits),
  • Vous isoler de vos amis,
  • Être fâché, et avoir des ressentiments envers la personne, et
  • Vous sentir pris au piège.

Le stress peut avoir un effet sur votre humeur et votre comportement. Vous pouvez être en colère et même blesser la personne dont vous avez soin. Si vous voyez que vous avez des signes de stress, parlez avec votre professionnel des soins de santé. Vous pouvez aussi voir Chapitre 3 : Prendre soin de vous... l'aidant.

La violence faite aux aînés est un problème très sérieux. Elle peut être physique, émotionnelle, verbale, financière, sexuelle ou de la négligence et peut mettre la santé et le bien-être de l'aîné en danger. Si vous pensez que la personne est une victime de la violence, appelez la police.

Les aînés sont parfois abusés dans des foyers de soins de longue durée qui ont les facteurs suivants :

  • Les normes de soins sont basses,
  • Le personnel n'a pas eu une bonne formation ou est épuisé
  • Les politiques sont plus en faveur du foyer que les personnes qui l'habitent1

Surveillez pour les signes d'abus même si l'être cher vit chez elle ou en foyer. Pour plus d'information, allez voir la fiche d'information2 du gouvernement de l'Ontario.

Les signes d'abus

  • Des bleus, fractures d'os, le saignement ou d'autres blessures
  • Perte soudaine de poids
  • La famille et les amis ne veulent pas vous laisser seul avec la personne chère
  • La personne chère est menaçante envers sa famille ou ses amis
  • Vous voyez que l'être cher se fait menacer ou contrôler par un membre de la famille ou un ami
  • Des objets ou argent disparaissent de la maison de la personne chère
  • La personne chère n'a plus de revenu (pension) ou d'épargne de retraite
  • Vous voyez quelqu'un parler avec l'être cher et essaie de prendre ses biens

Si vous savez que la personne se fait abuser, parlez avec une personne à qui vous faites confiance. Continuez à parler jusqu'à ce que quelqu'un décide de vous écouter. L'abus peut s'aggraver si l'on n'en parle pas.

Conseils

  • Si la personne chère est en danger immédiat, appelez la police (911).
  • Pour rapporter un cas d'abus d'un aîné, appelez le centre d'appels de la police d'Ottawa au 613-236-1222, poste 7300.
  • Pour de l'aide aux victimes, téléphonez à l'Unité d'aide aux victimes au 613-236-1222, poste 5822.
  • Ligne d'aide aux victimes de violence à travers l'Ontario : 1-888-579-2888.
  • Pour parler à un conseiller, vous pouvez appeler :
    • Centre de ressources communautaires de Nepean, Rideau et Osgoode -- « Elder Abuse Response and Referral Service » : 613-596-5626.
    • À l'est de la rue Bank : 613-741-6025.
    • Le Réseau ontarien pour la prévention des mauvais traitements envers les aînés (ONPEA) : la ligne d'assistance aux aînés sans-frais : 1-866-299-1011 (ouvert 24 h)

L'Unité contre la violence à l'égard des aînés du Service de police d'Ottawa, en collaboration avec son Unité d'aide aux victimes en situation d'urgence, lancent une nouvelle ligne de consultation à l'intention des membres du public qui ont des questions ou des inquiétudes concernant les mauvais traitements infligés aux aînés ou autres adultes vulnérables.

La nouvelle ligne de consultation téléphonique permettra un meilleur traitement des demandes et de l'aiguillage. Vous pouvez rejoindre un membre de notre équipe en composant le 613-236-1222, poste 2400.

Faites-nous part de vos commentaires

Nous voulons améliorer la qualité de ce guide et répondre à vos besoins. S'il vous plaît, envoyez-nous vos commentaires sur cette section du guide. Nous apprécions et nous vous remercions de prendre le temps pour remplir ce bref sondage. Si vous souhaitez parler avec une infirmière de Santé publique Ottawa, appelez-nous au 613-580-6744 ATS/TTY: 613-580-9656 du lundi au vendredi entre 9 h et 16 h (fermé les jours fériés) ou envoyez-nous un courriel healthsante@ottawa.ca.

Références

  1. Organisation mondiale de la Santé. Rapport mondial sur la violence et la santé [En ligne]. Organisation mondiale de la Santé : Genèva 2002 [cité le 26 juillet 2013]. Disponible : http://www.who.int/violence_injury_prevention/violence/world_report/fr/full_fr.pdf
  2. Ontario Network for the Prevention of Elder Abuse [En ligne]. Toronto : Governement de l`Ontario; What You Need to Know About Elder Abuse; 2009 [cité le 26 juillet 2013]; [environ 3 écrans] Disponible : http://www.onpea.org/english/pdfs/InfoSheetWhatYouNeedToKnow.pdf (en anglais seulement)

Faites-nous part de vos commentaires

Nous voulons améliorer la qualité de ce guide et répondre à vos besoins. S'il vous plaît, envoyez-nous vos commentaires sur cette section du guide. Nous apprécions et nous vous remercions de prendre le temps pour remplir ce bref sondage. Si vous souhaitez parler avec une infirmière de Santé publique Ottawa, appelez-nous au 613-580-6744 ATS/TTY: 613-580-9656 du lundi au vendredi entre 9 h et 16 h (fermé les jours fériés) ou envoyez-nous un courriel healthsante@ottawa.ca.

Chapitre 4 sondage

Ressources

Municipales

24 hour Crisis Line: Distress Centre Ottawa 613-238-3311 (en anglais seulement)

Elder Abuse Response and Referral Service (EARRS) : (en anglais seulement)

Services communautaires de géronto-psychiatrie d'Ottawa : 613-562-9777 Aide les aînés à demeurer dans leur domicile par la gestion de comportements difficiles et la mise en œuvre de stratégies de traitement afin d'éviter les hospitalisations inutiles et le placement

Ligne de Crise : 613-722-6914

Ligne d'info-santé publique Ottawa (LISPO) : 613-580-6744

Services de police d'Ottawa : pour rapporter un cas de violence, faites à un aîné et offre de l'aide pour les victimes

Provinciales

Gouvernement de l'Ontario: site Web avec des informations sur la violence sur les aînés incluant la fraude.

Ligne d'aide aux victimes d'actes criminels de l'Ontario : sans-frais : 1-888-579-2888

Nationales

Centre de toxicomanie et de santé mentale : site Web avec des informations sur la dépression, suicide et autres problèmes de santé mentale.

Éducation juridique communautaire Ontario (CLEO) et Advocacy Center for the Elderly (ACE) : informations claires et précises sur les droits légaux de la personne aînée.

Le Réseau ontarien pour la prévention des mauvais traitements envers les personnes âgées (ONPEA) : est une organisation charitable à but non lucratif qui sensibilise le public à la violence et à la négligence des aînés.

Ligne d'assistance pour les personnes âgées : En fonction 24 heures par jour, sept jours par semaine, et fournira renseignements, renvois et soutien dans 150 langues. La ligne d'assistance est une ressource gratuite et confidentielle à laquelle peuvent recourir les aînés subissant de la négligence ou de mauvais traitements, qu'ils soient de nature physique, mentale, sexuelle et financière.
Numéro sans-frais : 1-866-299-1011

Les services de répit dans la communauté grâce à l'aide entre voisins : Guide de formation - Les infirmières de l'Ordre de Victoria du Canada

Contactez Nous