Consommation d'alcool

Données sur la consommation d'alcool

Bien que les graves conséquences de la consommation de drogues illicites et de médicaments sur ordonnance à des fins non médicales sur la santé et la société soient préoccupantes, c’est l’alcool qui fait le plus souvent l’objet d’abus dans la région d’Ottawa [1].

Consommé en grandes quantités, l’alcool peut entraîner des comportements à risque, des blessures et la mort. Il peut également contribuer à diverses maladies chroniques, comme l’hypertension, les accidents vasculaires cérébraux et certains types de cancer [2,3].

Les Directives de consommation d'alcool à faible risque  (DCAFR) visent à aider les Canadiens à diminuer leur consommation d’alcool et à réduire les méfaits associés à l’alcool à court et à long terme. On entend par consommation excessive d’alcool le fait de prendre, lors d’une seule occasion, cinq consommations ou plus pour les hommes, ou quatre consommations ou plus pour les femmes. La consommation abusive d’alcool, elle, se définit par une consommation excessive d’alcool au moins une fois par mois dans la dernière année.

Pour en savoir plus sur les effets de l’alcool sur la santé et les ressources offertes à Ottawa, visitez la page Web de Santé publique Ottawa sur l’alcool.

Consommation d'alcool chez les adultes

Suivi des tendances de consommation d’alcool au fil du temps

À Ottawa:

  • Environ 636 200 adultes (84 % de la population âgée de 19 ans et plus en 2015-2016) ont bu de l’alcool dans la dernière année [ 4].
  • La consommation excessive d'alcool est courante. En 2015/16, la moitié (52 %) des adultes ont déclaré consommation excessive d'alcool dans la dernière année (Figure 1).
  • Un cinquième (21 %) des adultes ont déclaré une consommation abusive d'alcool en 2015/16 (Figure 1).
  • Un cinquième (21 %) des adultes ont dépassé les limites hebdomadaires de consommation d'alcool en 2015/16 recommandées dans les Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada (DCAFR)(Figure 1).
  • Pendant longtemps, Ottawa a présenté un taux plus élevé de consommation excessive d'alcool, de consommation abusive d'alcool, et de dépassement des limites hebd [4,5].

Figure 1. Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant consommé de l’alcool de façon excessive ou abusive, ou ayant dépassé les limites hebdomadaires recommandées dans les DCAFR, de 2000 à 2016

Graphique linéaire montrant le pourcentage d’adultes de 19 ans et plus ayant consommé de l’alcool de façon excessive ou abusive, ou ayant dépassé les limites hebdomadaires recommandées dans les Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada, entre 2000 et 2016.

 Source des données et notes pour la Figure 1
Santé publique Ottawa. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2000 à 2016. Fichier de partage de l’Ontario, Statistique Canada.
  • L'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) est une enquête nationale annuelle sur la santé de la population menée par Statistique Canada.
  • En 2015, Statistique Canada a changé la stratégie de collecte, la méthodologie et le questionnaire de ESCC. Il faut donc faire preuve de prudence lorsqu’on compare les données récentes à celles des années précédentes.
  • On entend par consommation excessive d’alcool le fait de prendre, lors d’une seule occasion, cinq consommations ou plus pour les hommes, ou quatre consommations ou plus pour les femmes..
  • La consommation abusive d’alcool, elle, se définit par une consommation excessive d’alcool au moins une fois par mois dans la dernière année.
  • Les barres d'erreur représentent un intervalle de confiance de 95 %.
 Tableau de données pour la figure 1
Tableau 1. Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant consommé de l’alcool de façon excessive ou abusive, ou ayant dépassé les limites hebdomadaires recommandées dans les DCAFR, de 2000 à 2016
AnnéeAdultes d'Ottawa ayant consommé de l'alcool de façon excessive dans la dernière année (%)% d'adultes d'Ottawa ayant consommé de l’alcool de façon abusive dans la dernière année% d'adultes d’Ottawa ayant dépassé les limites hebdomadaires dans la dernière année
2000 34,2 15,3 22,9
2003 39,1 18,3 26,9
2005 40,9 19 28,3
2007 40,6 19,9 28,8
2009 40,9 20,6 26,1
2011 44,2 22,9 26,7
2013/14 42,2 19,5 22,3
Changements apportés à l'enquête      
2015/16 52,1 20,8 20,9

Découpage sociodémographique des tendances de forte consommation d’alcool

À Ottawa:

  • Les hommes (25 %) étaient plus susceptibles que les femmes (17 %) d’indiquer une consommation abusive d'alcool dans la dernière année (Figure 2).
  • La consommation abusive d'alcool diminue avec l'âge. Les jeunes adultes de 19 à 24 ans (34 %) et les adultes de 25 à 44 ans (29 %) affichaient une consommation d’alcool plus forte que les adultes de 45 à 64 ans (17 %) et ceux de 65 ans et plus (5*%) (Figure 2).
  • Les adultes allophones (10%*) avaient moins tendance à déclarer une consommation abusive que les anglophones (25 %) ou les francophones (24 %). Les Canadiens nés au pays (25 %) étaient plus susceptibles que les immigrants (11%*) à déclarer une consommation abusive d'alcool (Figure 2).

Figure 2. Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant déclaré avoir consommé de l’alcool de façon abusive dans la dernière année, par indicateurs sociodémographiques donnés, en 2015-2016

Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant consommé de l’alcool de façon abusive dans la dernière année, par indicateurs socioéconomiques donnés, en 2015-2016

 Source des données et notes pour la Figure 2
Santé publique Ottawa. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2015/ 16. Fichier de partage de l’Ontario, Statistique Canada.
  • L'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) est une enquête nationale annuelle sur la santé de la population menée par Statistique Canada.
  • La consommation abusive d’alcool se définit par une consommation excessive d’alcool au moins une fois par mois dans la dernière année.
  • Les barres d'erreur représentent un intervalle de confiance de 95 %.
  • *Interpréter avec prudence – variabilité élevée de l'échantillon.
 Tableau de données pour la figure 2
Tableau 2. Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant déclaré avoir consommé de l’alcool de façon abusive dans la dernière année, par indicateurs sociodémographiques donnés, en 2015-2016
Indicateur sociodémographiqueAdultes d'Ottawa ayant consommé de l’alcool de façon abusive dans la dernière année (%)
Ottawa 20,8
Ontario sans Ottawa 19,2
Femmes 17,1
Hommes 24,7
De 19 à 24 ans 33,9*
De 25 à 44 ans 28,5
De 45 à 64 ans 16,8*
65 ans + 5,4*
Langue maternelle est l'anglais 25
Langue maternelle est le français 23,9*
Langue maternelle est autre que l'anglais ou le français 10,2*
Nés au Canada 24,6
Immigrant 10,7*

Découpage sociodémographique des tendances de consommation d’alcool hebdomadaire

À Ottawa:

  • Les hommes (23 %) étaient plus nombreux que les femmes (19 %) à dépasser les limites hebdomadaires recommandées dans les Directives de consommation d’alcool à faible risque au Canada (DCAFR)(Figure 3).
  • Les jeunes adultes (de 19 à 24 ans) et les adultes de 25 à 44 ans étaient plus susceptibles que leurs aînés (45 ans et plus) de dépasser les limites hebdomadaires (Figure 3).
  • Les adultes dont la langue maternelle est autre que l'anglais ou le français (12%*) avaient moins tendance à dépasser les limites hebdomadaires que ceux dont la langue maternelle est l’anglais (26 %) ou le français (22 %). Les Canadiens nés au pays (25 %) avaient davantage tendance (13%*) à dépasser les limites de consommation hebdomadaires que les immigrants (Figure 3).

Figure 3. Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant dépassé les limites hebdomadaires recommandées dans les DCAFR, par indicateurs sociodémographiques donnés, en 2015-2016
Graphique à barres horizontales du pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant dépassé les limites hebdomadaires recommandées dans les DCAFR, par indicateurs sociodémographiques donnés, en 2015-2016.

 Source des données et notes pour la Figure 3
Santé publique Ottawa. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2015/ 16. Fichier de partage de l’Ontario, Statistique Canada.
  • L'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) est une enquête nationale annuelle sur la santé de la population menée par Statistique Canada.
  • Les barres d'erreur représentent un intervalle de confiance de 95 %.
  • * Interpréter avec prudence – variabilité élevée de l'échantillon.
 Tableau de données pour la figure 3
Tableau 3. Pourcentage d’adultes d’Ottawa (de 19 ans et plus) ayant dépassé les limites hebdomadaires recommandées dans les DCAFR, par indicateurs sociodémographiques donnés, en 2015-2016
Indicateur sociodémographique% d'adultes d’Ottawa ayant dépassé les limites hebdomadaires dans la dernière année
Ottawa 20,9
Ontario sans Ottawa 19,3
Femmes 19
Hommes 22,9
De 19 à 24 ans 25,6*
De 25 à 44 ans 24,9
De 45 à 64 ans 17,3
65 ans + 16,8*
Langue maternelle est l'anglais 25,9
Langue maternelle est le français 21,5
Langue maternelle est autre que l'anglais ou le français 12,0*
Nés au Canada 24,5
Immigrant 12,6*

Consommation d'alcool chez les jeunes

Consommation d'alcool dans la dernière année

À Ottawa:

  • En 2017, 36 % des élèves de la 7e à la 12e année ont déclaré avoir consommé de l’alcool dans la dernière année (ce chiffre exclut ceux n’ayant avalé qu’une gorgée d’alcool pour y goûter). Il s’agit d’un pourcentage similaire à celui du reste de l’Ontario, soit 42 % [6].
  • La consommation d’alcool dans la dernière année augmente avec le niveau scolaire : 10 %* des élèves de la 7e et de la 8e années, 34 % de ceux de la 9e et de la 10e années et 59 % de ceux de la 11e et de la 12e années ont déclaré avoir consommé de l'alcool dans la dernière année [6].
  • De 2009 à 2017, la consommation d’alcool dans la dernière année des élèves de la 7e à la 12e année est passée de 57 à 36 % [6].
  • La consommation d’alcool dans la dernière année a diminué tant chez les élèves de la 7e et de la 8e années que chez ceux de la 9e à la 12e année. De 2009 à 2017, elle est passée de 27 à 10 % pour les élèves de la 7e et de la 8e années et de 70 à 48 % pour ceux de la 9e à la 12e année [6].

Première consommation d'alcool

  • En 2017, 23 % des élèves d’Ottawa de la 9e à la 12e année ont indiqué avoir consommé de l’alcool avant la 9e année [6].

Ivresse et consommation excessive d’alcool

À Ottawa:

  • En 2017, près d’un élève de la 9e à la 12e année sur six (15 %*) a affirmé avoir été en état d’ébriété durant les quatre semaines précédentes. Par état d’ébriété, on entend que la personne avait tant bu qu’elle n’était plus en pleine possession de ses moyens ou qu’elle a vomi [6].
  • 17 %* des élèves de la 9e à la 12e année ont dit avoir consommé de l’alcool de façon excessive durant les quatre semaines précédentes (cinq consommations ou plus lors d’une même occasion) [6].

Consommation d’alcool et de cannabis

  • En 2017, 18 %* des élèves d’Ottawa de la 9e à la 12e année ont indiqué avoir consommé de l’alcool et du cannabis lors d’une même occasion dans la dernière année [6].

Consommation d'alcool dangereuse ou néfaste

À Ottawa:

  • En 2017, un élève de la 9e à la 12e année sur dix (10 %*) a signalé avoir bu une quantité d’alcool dangereuse ou néfaste, selon le test AUDIT [6].
  • Parmi les élèves de la 9e à la 12e année ayant consommé de l’alcool dans la dernière année, un sur cinq (20 %*) a indiqué en avoir bu une quantité dangereuse ou néfaste [6].

Effets aigus et chroniques de l’alcool sur la santé

L’alcool a deux types d’effets sur la santé : aigus et chroniques :

  • Les effets aigus sont des conséquences à court terme sur la santé, par exemple l’intoxication alcoolique ou les blessures.
  • À long terme, la consommation d’alcool peut mener à des problèmes de santé chroniques : maladies cardiaques, accidents vasculaires cérébraux, hypertension, maladies du foie, problèmes digestifs, diabète, problèmes de santé mentale, cancers et ensemble des troubles causés par l’alcoolisation fœtale [7,8]. On observe généralement une corrélation entre les effets à long terme et la quantité d’alcool ingérée. Des liens existent également entre la consommation d’alcool et les maladies mentales. Bien que certaines maladies mentales précèdent la consommation abusive d’alcool, l’alcool demeure un important facteur de risque de diverses maladies de ce type [9].

Consultez les pages 20 à 30 du rapport L'alcool à Ottawa : Poursuivons la conversation 2016 [PDF 7.7 MB] pour voir les données locales sur les effets aigus et chroniques de l’alcool sur la santé.

Rapports sur la consommation d’alcool

L’alcool à Ottawa : Poursuivons la conversation 2016

Ce rapport dresse un portrait exhaustif de l’incidence de l’alcool sur la population à partir de données épidémiologiques locales sur la consommation et les méfaits connexes, ainsi que de points de vue de résidents tirés du sondage en ligne sur l’alcool « Donnez votre avis », publié en 2016.

L’alcool à Ottawa : Poursuivons la conversation 2016 [PDF 7.7 MB]

Rapport sur la consommation de drogue et la santé des élèves d’Ottawa, 2014

Le Rapport sur la consommation de drogue et la santé des élèves d’Ottawa offre un aperçu des comportements à risque pour la santé chez les jeunes d’Ottawa de la 7e à la 12e année basé sur les données du Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario (SCDSEO).

Rapport intégral [PDF 875 KB]

Documents infographiques :

Abus d’alcool et de drogues à Ottawa, 2013

Le présent rapport porte principalement sur la prévalence de l’abus d’alcool et de drogues ainsi que sur le fardeau qui en découle en matière de santé mentale, de dépendance, de blessures et de maladies chroniques. Il a pour objectif de stimuler l’établissement dans notre communauté d’un dialogue informé favorisant l’adoption de mesures de prévention, de promotion et d’intervention efficaces en matière d’abus d’alcool et de drogues.

Rapport sur Abus d'alcool et de drogues à Ottawa [PDF 950 Ko]

Références

Références

  1. Santé publique Ottawa. Consommation problématique de drogues à Ottawa : rapport technique. Ottawa (Ontario); 2016.

  2. Rehm J, Mathers C, Popova S, Thavorncharoensap M, Teerawattananon Y, Patra J. « Global burden of disease and injury and economic cost attributable to alcohol use and alcohol-use disorders », The Lancet, 2009; vol. 373, no 9682: p.2223-33.

  3. Organisation mondiale de la santé. Rapport de situation mondial sur l'alcool et la santé 2014. Genève; 2014.

  4. Santé publique Ottawa. Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2015-2016, fichier de partage de l’Ontario. Statistique Canada. 

  5. Santé publique Ottawa. L’alcool à Ottawa : Poursuivons la conversation Ottawa (Ontario); 2016.

  6. Santé publique Ottawa. Surveillance des facteurs de risque en Ontario – Sondage sur la consommation de drogues et la santé des élèves de l’Ontario, Centre de toxicomanie et de santé mentale, 2017.
  7. Agence de la santé publique du Canada. Rapport de l’administrateur en chef de la santé publique sur l’état de la santé publique au Canada, 2015 : La consommation d'alcool au Canada. Ottawa (Ontario) 2016.

  8. Butt P, Beirness, G, Gliksman, L, Paradis, C, Stockwell, T. L’alcool et la santé au Canada : résumé des données probantes et directives de consommation à faible risque, un rapport indépendant préparé à l’intention du Comité consultatif sur la Stratégie nationale sur l’alcool et du Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, Ottawa (Ontario). 2010.

  9. Patel V, Flisher AJ, Hetrick S, McGorry P.« Mental health of young people: a global public-health challenge », The Lancet, 2007, vol. 369, no 9569, p.1302-13.

Contactez Nous