Le vaccin contre la COVID-19

a house and an exclamation point

État d’urgence en vigueur. Restez chez vous sauf pour les déplacements essentiels et respectez les restrictions et les mesures de santé publique. Nous mettons actuellement à jour nos pages pour refléter les nouvelles mesures provinciales. La Ville met à jour les répercussions des mesures de maintien à domicile sur certains services en personne et certaines installations.

Dernière révision- le 15 janvier 2021

Sur cette page

Qu'est-ce que la COVID-19?

La COVID-19 est une infection virale qui affecte principalement les poumons. Certaines personnes qui la contractent ne tombent que légèrement malades. D’autres peuvent toutefois devenir très malades, notamment les personnes âgées et les personnes qui souffrent de conditions préexistantes. Très rarement, des enfants qui contractent la maladie développent une grave affection inflammatoire. Les effets à long terme de la COVID-19 ne sont pas bien connus. Certaines personnes sont plus à risques de contracter la COVID-19 en raison de leur travail ou de leurs conditions de vie. 

Vers le haut

La situation actuelle de la vaccination contre la COVID-19 à Ottawa

Le 9 décembre 2020, Santé Canada a autorisé le premier vaccin au Canada contre la COVID-19. Celui-ci est fait par Pfizer-BioNtech.  Le vaccin COVID-19 de Moderna a aussi été autorisé le 23 décembre 2020.

Plusieurs autres vaccins sont actuellement à divers stades d'approbation réglementaire par Santé Canada. Les fabricants de vaccins ont été encouragés à présenter une demande dans le cadre du processus d’arrêté d’urgence, ce qui a permis à Santé Canada d’entreprendre le processus d’examen beaucoup plus tôt que d’habitude. Cette méthode a également permis d’examiner immédiatement toutes les nouvelles données probantes au lieu d’attendre que toutes les études soient terminées. Le gouvernement fédéral a consacré plus de ressources scientifiques, financières et humaines à ces examens, afin qu’ils soient effectués le plus rapidement possible. L'évaluation indépendante par Santé Canada des preuves scientifiques et médicales de l'innocuité, de l'efficacité et de la qualité des vaccins COVID-19 est maintenue, et Santé Canada rendra publiques toutes les preuves d'innocuité et d'efficacité utilisées pour délivrer une autorisation accélérée. 

Le Groupe de travail sur la distribution des vaccins contre la COVID-19 de la Ville d’Ottawa poursuit ses travaux sur un plan de distribution des vaccins à Ottawa, en attendant d’autres directives des gouvernements provincial et fédéral.   

Vers le haut

La première phase de vaccination contre la COVID-19 à Ottawa

Nouvelle: L'ordre de priorité pour la distribution des vaccins contre la COVID-19

Dans le cadre de la première phase du programme de vaccination contre la COVID-19 de l’Ontario, l’Hôpital d’Ottawa en partenariat avec Santé publique Ottawa et la Ville d'Ottawa, participera au programme de préparation au vaccin contre la COVID-19 en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada et Pfizer-BioNTech. L’Hôpital d’Ottawa continue de recevoir du gouvernement provincial des vaccins à administrer aux groupes prioritaires mandatés par le gouvernement provincial pour la phase 1.

Vers le haut

Qui est présentement éligible pour la première phase de vaccination?

À ce stade, les populations de la phase 1 devant être immunisées comprennent les résidents, le personnel, les soignants essentiels (y compris les aidants familiaux) et les autres employés dans les lieux d'hébergement collectif pour les aînés. Les travailleurs de la santé, y compris les employés des hôpitaux, le personnel qui travaille ou étudie dans les hôpitaux et le personnel de soins de santé. Aussi, les adultes des peuples des Premières Nations et de la communauté métisse et inuite ainsi que les bénéficiaires adultes de soins de santé chroniques à domicile. Le gouvernement provincial a commencé à fournir davantage de conseils quant à la manière d’établir les priorités au sein des travailleurs de la santé.

Les hôpitaux ont identifié d'autres travailleurs de la santé essentiels, comme le personnel des salles d'urgence et des unités de soins intensifs, ceux qui travaillent dans les salles de COVID-19. Les paramédics et d'autres travailleurs de première ligne, qui ont également reçu le vaccin à la clinique de l'hôpital.

Pour en savoir davantage, consultez la page « Le vaccin contre la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée et les maisons de retraite à Ottawa ».

Vers le haut

À quel moment le vaccin sera-t-il offert au grand public?

La prochaine phase du déploiement du vaccin (phase 2) comprendra les aînés, à commencer par ceux âgés de 80 ans et plus, puis en régressant par tranches de 5 ans tout au long du déploiement des vaccins, les personnes qui vivent et travaillent dans des lieux d'hébergement collectif à risque élevé (par exemple, les refuges, les logements communautaires). Ainsi que les travailleurs essentiels de première ligne, y compris les premiers intervenants, les enseignants et les autres membres du personnel de l'éducation, le secteur de la transformation des aliments et les personnes atteintes de maladies chroniques à risque élevé et leurs soignants.

Il est important de noter que plusieurs mois passeront avant que le vaccin soit disponible pour le grand public, et que le fait de recevoir le vaccin ne signifie pas qu'une personne puisse arrêter toute autre mesure de prévention, jusqu'à ce que nous ayons une meilleure idée de l'efficacité du vaccin contre la transmission de la COVID-19. Nous devons tous continuer à faire notre part en vue de réduire la transmission de la COVID-19 dans la communauté, soit limiter nos contacts étroits aux personnes de notre foyer, pratiquer la distanciation physique, porter un masque, se laver les mains, rester à la maison sauf pour des raisons essentielles et suivre les directives locales et provinciales.

Vers le haut

Quels vaccins sont approuvés au Canada?

Renseignez-vous sur chaque vaccin, comment il fonctionne, comment il est administré, les ingrédients, les allergies, les effets secondaires possibles, la surveillance de la sécurité

Vers le haut

Que pouvez-vous faire maintenant?

Jusqu'à ce que les vaccins soient largement disponibles, il reste important de prendre des mesures pour vous protéger, vous-même, vos proches et notre communauté contre le COVID-19. Cela comprend rester à la maison autant que possible, garder une distance de deux mètres (six pieds) des autres, porter votre masque et se laver les mains souvent. Apprenez en plus sur les mesures que vous pouvez prendre pour réduire la propagation du virus.

Vers le haut

Les vaccins COVID-19 fonctionnent-ils?

Il y a deux vaccins COVID-19 approuvés au Canada. Le Vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 peut être administré aux personnes de 16 ans et plus, y compris les adultes plus âgés. Le Vaccin Moderna COVID-19 peut être administré aux personnes de 18 ans et plus, y compris les adultes plus âgés. Dans les essais cliniques, les deux vaccins étaient efficaces à plus de 90%.

Il existe une faible chance de contracter la COVID-19 même après avoir été vacciné. Il est important de continuer de respecter les mesures imposées par la santé publique, comme la distanciation physique, le port du masque, ou le confinement à la maison lorsque vous êtes malade. Le personnel de la santé, entre autres, devra continuer de porter de l’équipement de protection individuelle (EPI), même après avoir reçu le vaccin.

Foire aux questions

Comment les vaccins à ARN messager fonctionnent-ils?
Les vaccins contre la COVID-19 utilisent un ARN messager (ARNm) qui transmet des instructions aux cellules de notre corps pour fabriquer une protéine virale à partir du coronavirus appelée « protéine de spicule ». L’ARNm fournit les instructions qui permettent à la cellule de fabriquer la protéine de spicule. Le système immunitaire est ensuite activé pour reconnaître que cette protéine est étrangère à l’organisme et déclenche la réponse immunitaire. L’ARNm est ultérieurement dégradé par les mécanismes cellulaires normaux tandis que les protéines de spicule sont détruites par le système immunitaire.
Quels sont les effets secondaires des vaccins contre la COVID-19?

Les effets secondaires les plus fréquents sont une douleur au point d’injection, la fatigue et le mal de tête. Certaines personnes ayant reçu le vaccin durant les essais ont également rapporté des douleurs musculaires et articulaires, des frissons et de la fièvre. Ces symptômes étaient habituellement légers à modérés et disparaissaient quelques jours après la vaccination. Ce sont toutes des réactions escomptées aux vaccins qui sont causées par la réponse immunitaire et elles sont très semblables à celles qui sont signalées après l’administration d’un vaccin antigrippal.

Visitez le site web de Santé Canada pour plus d'informations sur les effets secondaires des vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna.

Les personnes ayant de graves allergies à l’un des ingrédients du vaccin contre la COVID-19 peuvent-elles recevoir ce vaccin?

Les personnes ayant des antécédents de réaction allergique grave à un composant du vaccin COVID-19 ne doivent pas recevoir le vaccin.

Visitez la page Web de Santé Canada pour savoir qui ne devrait pas recevoir les vaccins de Pfizer-BioNTech ou Moderna.

Est-ce que les personnes ayant déjà reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 peuvent être vaccinées contre COVID-19?

Oui. Les personnes qui ont déjà eu un test positif pour la COVID-19 devraient quand même être vaccinées. Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir subi un test de dépistage de la COVID-19 avant la vaccination.

En raison des risques importants pour la santé qui sont associés à la COVID-19 et de la possibilité d’une réinfection par le virus, les personnes qui ont déjà eu un résultat positif à la COVID-19 peuvent quand même recevoir le vaccin contre la COVID-19.

À l’heure actuelle, les experts ne savent pas combien de temps dure l’immunité donnée par le vaccin chez les personnes ayant déjà été infectées par la COVID-19. L’immunité acquise après une infection, appelée immunité naturelle, varie d’une personne à une autre. Les premiers résultats portent à croire que l’immunité naturelle pourrait être de courte durée. Nous devons recueillir davantage de données sur l’efficacité du vaccin pour être en mesure d’évaluer combien de temps durera l’immunité qu’il procure. 

Le vaccin à ARNm peut-il modifier l’ADN d’une personne?

Non. L’ARNm ne peut ni altérer ni modifier la constitution génétique d’une personne (ADN). L’ARNm d’un vaccin contre la COVID-19 n’entre jamais dans le noyau de la cellule, où est conservé notre ADN. Cela signifie que l’ARNm n’affecte d’aucune façon notre ADN, tout comme il n’interagit pas avec elle. Au lieu de cela, les vaccins contre la COVID-19 qui utilisent l’ARNm fonctionnent avec les défenses naturelles du corps pour établir en toute sécurité notre protection (immunité) contre la maladie.
Le vaccin contre la COVID-19 peut-il transmettre la COVID-19?

Non. Aucun des vaccins contre la COVID-19 actuellement mis au point n’utilise le virus actif qui cause la COVID-19. Il existe plusieurs types différents de vaccins qui sont créés actuellement. L’objectif de chacun d’entre eux est d’enseigner au système immunitaire comment reconnaître et combattre le virus qui provoque la COVID-19. Parfois, ce processus peut causer certains symptômes, comme de la fièvre. Ces symptômes sont normaux et sont un signe de la réponse immunitaire au vaccin.  

Il faut habituellement quelques semaines au corps pour être immunisé après avoir reçu un vaccin. Il est possible qu’une personne soit infectée par le virus de la COVID-19 avant ou juste après avoir reçu le vaccin, tombe malade. Cela se produit parce que le vaccin n’a pas eu assez de temps pour fournir une protection à l’organisme. Pour en savoir plus sur la COVID-19.  

Après qu’une personne se soit fait vacciner avec les deux doses du vaccin contre la COVID-19, peut-elle cesser de suivre les mesures de santé publique, comme le port du masque, la distanciation physique et l’isolement, lorsqu’elle tombe malade?
Non. Les experts en apprennent davantage sur la protection que procurent les vaccins contre la COVID-19 dans des conditions réelles. Il sera donc important pour chacun de continuer à mettre en œuvre les mesures de santé publique pour aider à stopper la propagation de la COVID-19. En d’autres mots, il faut quand même se couvrir la bouche et le nez avec un masque, se laver souvent les mains et ne jamais se toucher les yeux, le nez ou la bouche sans s’être lavé les mains, garder une distance d’au moins 2 mètres (6 pieds) des autres et s’isoler lorsqu’on tombe malade.

Le personnel de la santé et les autres membres du personnel doivent toujours porter un équipement de protection individuelle (EPI) lorsqu’ils travaillent, même après avoir été vaccinés.

La vaccination contre la COVID-19, conjointement aux mesures de santé publique, offrira la meilleure protection contre la propagation de la COVID-19. Les experts doivent en apprendre plus sur la protection que procurent les vaccins contre la COVID-19 avant de décider de modifier les recommandations actuelles que tout le monde doit suivre afin de ralentir la propagation du virus à l’origine de la COVID-19. D’autres facteurs, notamment le nombre de personnes vaccinées et la façon dont le virus se propage dans les communautés, auront également des répercussions sur cette décision.

Comment Santé Canada a-t-il pu approuver le vaccin contre la COVID-19 si rapidement; a-t-il abaissé ses normes de sécurité pour les vaccins?
La raison pour laquelle le vaccin contre la COVID-19 a été approuvé rapidement n’est pas parce que les normes de sécurité ont changé, mais parce que Santé Canada a réduit le processus administratif et organisationnel d’autorisation du vaccin. Les exigences en matière de sécurité dans les essais cliniques du vaccin contre la COVID-19 étaient aussi strictes que le processus habituel pour tout autre vaccin.
Pourquoi devrais-je recevoir le vaccin contre la COVID 19?

La vaccination est l’un des moyens les plus efficaces de prévenir la transmission et de réduire les conséquences des maladies infectieuses, que ce soit la grippe saisonnière (influenza) ou les infections infantiles. Des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID‑19 sont maintenant disponibles pour nous protéger. Si de nombreuses personnes ayant contracté le virus ne présentent que des symptômes légers, d’autres peuvent développer une forme grave de la maladie, ou même en mourir. Personne ne peut savoir comment la COVID‑19 l’affectera, même si elle n’est pas particulièrement plus à risque de complications graves. Le vaccin protégera l’organisme en provoquant la production d’anticorps sans que la maladie ne soit contractée.

Un travailleur de la santé qui vit au Québec mais travaille dans les soins de longue durée en Ontario (à Ottawa) peut-il recevoir le vaccin?

Oui. Comme nous souhaitons protéger la santé des résidents des foyers de soins de longue durée, ces employés ont le droit de recevoir le vaccin ici, à Ottawa.

Que faire si une personne a une réaction indésirable au vaccin?

Aucun problèmes de santé grave n’a été établi de façon causale aux vaccins contre la COVID‑19 approuvés au Canada.

Si une personne a une réaction indésirable à la suite du vaccin, elle doit le signaler à un professionnel de la santé (ex. : médecin de famille).

Une manifestation clinique inhabituelle (MCI) à la suite d’une vaccination est un effet indésirable ou imprévu survenant après l’administration d’un vaccin et pouvant ou non être causé par celui-ci.

Les professionnels de la santé doivent remplir le formulaire « Manifestations cliniques inhabituelles (MCI) à la suite d’une immunisation » et l’envoyer au bureau de santé publique local.

La surveillance des MCI à la suite d’une vaccination par la santé publique est importante, car elle permet la détection rapide de problèmes rares relatifs à la sécurité des vaccins. Pour en savoir plus, consultez la page de Santé publique Ontario (SPO) sur le signalement des MCI.

Les effets secondaires possibles pour chaque vaccin sont indiqués dans la monographie de produit; les effets secondaires courants se trouvent dans la section « Effets secondaires et risques ».

Vu le manque d’information sur les essais cliniques pour le moment, qui devrait consulter son médecin de famille avant d’être vacciné (groupes de personnes n’ayant pas fait partie des essais)?

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande que le vaccin contre la COVID-19 ne soit pas systématiquement administré aux groupes suivants, qui n’ont pas participé aux essais cliniques pour le vaccin de Pfizer-BioNTech, jusqu’à ce que l’on dispose de plus d’information :

  • Jeunes de moins de 16 ans;
  • Personnes enceintes ou qui allaitent;
  • Personnes immunosupprimées en raison d’une maladie ou d’un traitement ou souffrant d’une maladie auto-immune.

Cependant, si une évaluation des risques menée par un fournisseur de soins de santé indique que les avantages du vaccin l’emportent sur les risques potentiels pour la personne (ex. : risque élevé de symptômes graves de la COVID-19 et d’exposition au SRAS-CoV-2) ou le fœtus ou le nourrisson (dans le cas despersonnes enceintes ou qui allaitent), et s’il y a consentement éclairé après une discussion sur les données insuffisantes pour ces groupes, une série complète de vaccins autorisés contre la COVID‑19 pourra être offerte aux groupes suivants :

  • Adolescents de 12 à 15 ans;
  • Personnes enceintes ou qui allaitent;
  • Personnes immunosupprimées en raison d’une maladie ou d’un traitement ou souffrant d’une maladie auto-immune.

Quelles précautions faut-il prendre avant de recevoir ce vaccin?

  • Veuillez reporter votre vaccination si vous faites de la fièvre ou si vous présentez des symptômes de la COVID-19. En plus de diminuer les risques de propagation de la COVID‑19 à la clinique de vaccination, cette mesure contribuera à réduire de votre côté les risques de complications associées aux effets indésirables du vaccin.
  • Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande de retarder la grossesse d’au moins 28 jours après l’achèvement d’une série de deux doses de vaccins à ARNm contre la COVID-19. Des renseignements à jour du CCNI se trouvent ici.
  • Selon les recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), les personnes qui reçoivent une anticoagulation à long terme ne sont pas considérées comme étant exposées à un risque plus élevé de complications hémorragiques après une immunisation et pourraient être vaccinées de façon sécuritaire sans interrompre leur traitement par anticoagulants. Le CCNI recommande aussi que chez les personnes atteintes d’un trouble hémorragique, le trouble devrait être pris en charge de façon optimale avant l’immunisation, ce qui pourrait nécessiter une consultation avec leur fournisseur de soins de santé.

A-t-on établi un lien entre le vaccin et la paralysie de Bell?

Non, aucun lien direct n’a été établi entre le vaccin de Pfizer-BioNTech et la paralysie de Bell, un problème de santé où les muscles du visage sont temporairement paralysés. On a recensé quatre cas de paralysie de Bell parmi les 38 000 patients de l’étude menée par Pfizer; or, cette proportion correspond à l’incidence habituelle de cette maladie dans la population. Comme pour tous les vaccins, l’apparition d’effets indésirables sera étroitement surveillée après l’administration du vaccin contre la COVID-19.

Dans quelle mesure ce vaccin diffère-t-il de celui contre l’influenza (la grippe)? Le vaccin contre la COVID‑19 sera-t-il aussi efficace contre la grippe?

Ces deux vaccins sont différents. Le vaccin contre la COVID‑19 ne protège pas contre l’influenza. La composition des vaccins contre la grippe saisonnière varie d’une année à l’autre. Le vaccin contre la grippe protège des souches de grippe qui circulent durant l’année visée.

Le vaccin de Pfizer-BioNTech, de son côté, protège contre la COVID‑19, la maladie causée par le virus SRAS-CoV-2.

Quel pourcentage de la population doit être vaccinée pour que l’on atteigne une immunité collective?  

On parle d’immunité collective lorsqu’il est peu probable qu’un virus ou une bactérie se propage parce qu’une grande partie de la population est immunisée soit grâce à un vaccin, soit à cause d’une contamination antérieure. Ainsi, en raison d’un effet de moyenne, toute une population est protégée, même si individuellement, certaines personnes ne sont pas immunisées. Même dans ces cas, il arrive que l’on voie encore de petites éclosions ou de courtes chaînes de transmission. Le pourcentage à atteindre pour parler d’immunité collective varie d’une maladie à l’autre.

Dans le cas de la COVID‑19, les experts ne savent pas quel est ce pourcentage. En gros, certains experts estiment qu’il pourrait avoisiner les 60 ou les 70 %. Alors que les experts continuent d’en apprendre sur le niveau de protection que les vaccins contre la COVID‑19 procurent en contexte réel, il est important que chacun continue de respecter les recommandations de la santé publique pour freiner la propagation de la COVID‑19.

(Voir aussi notre FAQ : « Après qu’une personne se soit fait vacciner avec les deux doses du vaccin contre la COVID‑19, peut-elle cesser de suivre les mesures de santé publique, comme le port du masque, la distanciation physique et l’isolement, lorsqu’elle tombe malade? »)

Puis-je obtenir le vaccin contre la COVID-19 si jai récemment reçu mon vaccin contre la grippe (influenza) ou un autre vaccin?

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande actuellement que les gens attendent au moins 14jours après avoir reçu un autre vaccin (p. ex. le vaccin contre la grippe) avant de recevoir le vaccin à ARNm contre la COVID-19. Les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna sont tous deux des vaccins à ARNm. Le CCNI recommande également que les gens attendent 28jours après avoir reçu un vaccin à ARNm contre la COVID-19 avant dobtenir un autre vaccin. En résumé, le vaccin contre la COVID-19 devrait être administré 14jours après avoir reçu un vaccin antérieur, et les vaccins additionnels ne devraient pas être donnés pendant 28 jours après la vaccination contre la COVID-19. 

Enfin, le CCNI ne recommande pas que les vaccins contre la COVID-19 soient administrés en même temps que les autres vaccins. 

Est-il vrai que le vaccin contre la COVID-19 empêche seulement une personnede présenter les symptômes de COVID-19, mais elle pourrait encore transmettre le virus à dautres sans le savoir (transmission asymptomatique)? 

Des études sur les vaccins contre la COVID-19 ont montré quils sont très efficaces pour empêcher les gens d'être malade avec  la COVID-19.Toutefois, nous ne disposons pas actuellement de suffisamment de renseignements pour nous montrer à quel point il est probable qu’une personne qui a reçu un vaccin contre la COVID-19 puisse développer une infection à la COVID-19 asymptomatique (aucun symptôme) et la transmettre à dautres.  

Bien que les premières indications laissent entendre que le vaccin peut aussi réduire la transmission de la COVID-19, le CCNI recommande que chacun continue de pratiquer les mesures de santé publique (p.ex., port du masque et distanciation physique), peu importe quil ait reçu ou non le vaccin contre la COVID-19.De plus amples renseignements sur la capacité du vaccin de réduire la transmission de la COVID-19 devraient être communiqués sous peu.  

Ainsi, les vaccins protégeront de la maladie les personnes les reçoivent, mais il est possible qu’une personne qui a été vaccinée puisse encore transmettre le virus à dautres, même si cette transmission se ferait probablement à un taux beaucoup plus faible. 

Plus d'information

Vers le haut

Mise à jour COVID-19

Coordonnées

La ligne téléphonique COVID-19 de Santé publique Ottawa

  • Lundi au vendredi, de 7 h 30 à 18 h 
  • Les fins de semaine, de 9 h à 16 h
  • La traduction est disponible en plusieurs langues
  • Téléphone: 613-580-6744 suivez les instructions pour contacter la ligne téléphonique COVID-19
  • ATS: 613-580-9656

Services d'urgence

  • Si vous êtes en détresse (par exemple, si vous avez des difficultés respiratoires importantes, des douleurs thoraciques, si vous vous évanouissez ou si les symptômes d’une maladie chronique s’aggravent considérablement), ne vous rendez pas au Centre d’évaluation ou dans une Clinique de soins COVID-19. Rendez-vous aux Services d’urgence le plus près ou composez le 9-1-1.

Vous voyez quelqu'un qui ne respecte pas les règles de la COVID-19?

Comment accéder à l'aide pendant COVID-19

  • Le 211 Ontario peut vous aider à trouver du soutien pendant la COVID-19

  • Téléphone: 2-1-1

Information connexes

 

 

Contactez Nous