La paralysie flasque aiguë

Messages clés : 

  • La paralysie flasque aiguë (PFA) est un syndrome clinique rare ou un ensemble de signes et de symptômes, plutôt qu’un diagnostic final. La PFA s’entend de l’apparition soudaine d’une faiblesse ou d’une paralysie focale, sans autre cause évidente (par exemple un traumatisme).
  • Avant la généralisation de la vaccination, l’infection à poliovirus était la cause la plus répandue de la paralysie flasque aiguë.
  • Il faut mener des essais en laboratoire pour rechercher ou établir l'étiologie de la PFA.
Introduction

La paralysie flasque aiguë (PFA) est un syndrome clinique rare, qui s’entend de la faiblesse ou de la paralysie soudaine des muscles; il peut s’agir d’une faiblesse respiratoire et bulbaire. Les causes de la PFA sont nombreuses et sont à la fois infectieuses et non infectieuses. Avant la généralisation de la vaccination, l’infection par le poliovirus était la cause la plus répandue de la PFA. En raison de la vaccination, les cas de poliovirus sauvage ont spectaculairement diminué; or, des cas de polio apparaissent encore dans certains pays. Il n’y a plus de polio au Canada depuis 1994.

Il faut obligatoirement surveiller la PFA pour permettre au Canada de conserver son statut de pays exempt du poliovirus. Il est important de surveiller la PFA pour démontrer (grâce à la capacité de dépistage des cas de PFA non attribuables à la polio) qu’il est possible de détecter les cas de polio s’ils se produisent. La PFA est une maladie à déclaration obligatoire en Ontario depuis 2013.

Retour au début

Épidémiologie locale
La surveillance de la PFA se déroule dans le cadre de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, afin d’éliminer la possibilité d’infection par le poliovirus et de consigner l’absence de virus de la polio.

Le Canada surveille les cas de PFA chez les enfants de moins de 15 ans dans le cadre des efforts de surveillance de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). De 1996 à 2017, on a déclaré chaque année au Canada entre 27 et 63 cas de PFA, soit une moyenne de 44 cas par an (ASPC, 2021).

Voici comment se déroule à l’heure actuelle, au Canada et en Ontario, la surveillance syndromique de la PFA :

  • déclaration active rehaussée de chaque cas dans le cadre du Programme canadien de surveillance pédiatrique (PCSP);
  • déclaration active rehaussée de chaque cas dans les hôpitaux pédiatriques de soins tertiaires qui participent au Programme canadien de surveillance active de l’immunisation (IMPACT).

Retour au début

Les signes et les symptômes

La PFA s’entend de l’apparition soudaine d’une faiblesse ou d’une paralysie focale, ou encore de la flaccidité (réduction du tonus) d’une paralysie flasque ou d’une apparition soudaine de faiblesse musculaire sans autre cause (par exemple un traumatisme).

Sans égard à l’étiologie sous-jacente, la faiblesse dans la PFA peut affaiblir un groupe musculaire, dont les membres, le visage, les muscles respiratoires ou les muscles de la vessie et des intestins. Dans le diagnostic de la PFA, il ne faut pas envisager la faiblesse transitoire (qui est de courte durée, par exemple la faiblesse post-critique).

Le syndrome de Guillain-Barré (SGB), qui commence généralement par la léthargie des mains et des pieds et qui se généralise ensuite rapidement à tout l’organisme, est une condition immune qui est actuellement la cause la plus répandue de la PFA au Canada. La PFA attribuable au SGB présente souvent une paralysie symétrique et peut progresser pour une durée pouvant atteindre 10 jours.

Les modèles de la paralysie et les autres symptômes comme la douleur ou la fièvre au début dépendent du diagnostic sous- jacent. Le potentiel de transmission interhumaine dépend de la cause sous jacente.

Retour au début

Les diagnostics et les analyses de laboratoire

Les analyses de laboratoire sont nécessaires pour éliminer ou déterminer les pathogènes causant la PFA.

La PFA peut être causée par plusieurs agents infectieux et non infectieux, dont certains peuvent conduire au SGB. Font partie des causes possibles, les entérovirus, les échovirus, les adénovirus, le virus du Nil occidental, la campylobactériose, la maladie de Lyme, la myélite transverse, la neuropathie périphérique, la méningite aiguë non bactérienne, l’abcès cérébral, le syndrome paralytique chinois, la paralysie à tiques, la myasthénie grave, la porphyrie, le botulisme et l’intoxication par des métaux lourds.

Les patients de tous les groupes d’âge qui ont des symptômes neurologiques aigus correspondant à la PFA doivent se soumettre à des analyses de laboratoire pour détecter une possible cause virale. Il s’agit entre autres de dépister les entérovirus et les poliovirus.

Les médecins peuvent remplir la demande d’analyse générale des Laboratoires de Santé publique Ontario (LSPO) en y indiquant, le cas échéant, l’information clinique et liée à l’exposition. Si la polio est suspectée chez les personnes sous‑immunisées ou non immunisées avec des risques d’exposition liée à des voyages, veuillez contacter les LSPO pour les consulter et notifier immédiatement Santé publique Ottawa.

En soumettant aux LSPO des spécimens prélevés chez des patients qui ont des symptômes neurologiques, il est important de consigner ces symptômes dans le formulaire de demande d’analyse de laboratoire pour pouvoir demander les analyses voulues. Doivent faire partie des spécimens prélevés :

  1. les selles : Réunir deux jeux d’échantillons de selles à 24 heures d’intervalle au moins : diviser chaque échantillon de selles dans un contenant stérile pour les tests de dépistage viral et dans un contenant pour le milieu de transport bactérien (Cary-Blair) pour les analyses de Campylobacter. Notez la mention « Enterovirus / Enterovirus Molecular Serotyping » (« Entérovirus/typage sérologique moléculaire de l’entérovirus ») dans le champ Test(s) Requested (Analyses demandées) de la demande, puis la mention « Campylobacter Testing » (« Analyse de Campylobacter ») dans le champ « Test(s) Requested » d’une autre demande.
  2. les spécimens respiratoires : Prélever un échantillon par écouvillonnage du nasopharynx (NP) ou un échantillon dans la gorge (par écouvillonnage du nasopharynx de préférence) dans un milieu de transport universel (MTU) ou un lavage bronchoalvéolaire dans un contenant stérile sec. Il faut toujours soumettre un échantillon prélevé dans la gorge pour les enfants de moins de 15 ans atteints de PFA. Notez la mention « Enterovirus / Enterovirus Molecular Serotyping » (« Entérovirus/typage sérologique moléculaire de l’entérovirus ») dans le champ Test(s) Requested (Épreuves demandées) de la demande.
  3. le liquide cérébro-spinal (LCS) : Pour tous les groupes d’âge, prélever, le cas échéant pour l’analyse, un échantillon du liquide cérébro spinal (LCS). Si vous prélevez un échantillon du LCS, notez la mention « Enterovirus / Enterovirus Molecular Serotyping » (« Entérovirus/typage sérologique moléculaire de l’entérovirus ») dans le champ Test(s) Requested de la demande.

Pour prendre connaissance de toute l’information et des instructions sur le prélèvement des spécimens, veuillez consulter les Fiches d’information pour l’analyse des Laboratoires de Santé publique Ontario (LSPO) pour l’entérovirus et le poliovirus (en anglais seulement).

Retour au début

Exigences de déclaration

Veuillez déclarer les cas suspectés ou confirmés de PFA au plus tard le jour ouvrable suivant. Si un cas de polio est suspecté chez une personne sous‑immunisée ou non immunisée qui court des risques d’exposition liée à un voyage, veuillez contacter les LSPO pour les consulter et notifier immédiatement Santé publique Ottawa.

Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h 30 : composez le 613-580-2424, poste 24224, et laissez un message confidentiel détaillé, ainsi que vos coordonnées ou envoyez une télécopie au 613-580-9640.

Après les heures de bureau, pendant les fins de semaine ou les jours fériés : composez le 3‑1‑1 et demandez à parler au membre du personnel de Santé publique Ottawa en disponibilité. Pour faire prioriser votre appel en tant que fournisseur de soins de santé, veuillez vous identifier et indiquer le motif de votre appel.

Veuillez également consulter la rubrique Signalement d'une maladie transmissible.

Retour au début

Gestion

La gestion dépend de l’agent causal. 

Retour au début

Prévention

Il est recommandé d’adopter des mesures de prévention et de contrôle des infections (PCI) pour les cas d’hospitalisation, en plus de prendre d’autres précautions selon l’agent pathogène.

Retour au début

Le rôle de la Santé publique

En Ontario, la PFA est une maladie à déclaration obligatoire. Veuillez consulter la rubrique Signalement d'une maladie transmissible pour de plus amples renseignements.

Retour au début

Ressources offertes aux patients

Myélite flasque aiguë, Agence de la santé publique du Canada

Acute Flaccid Myelitis, Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États‑Unis

Retour au début

Ressources pour les médecins

Retour au début

 

Pour nous contacter

Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30 : composez le 613-580-2424, poste 24224, sélectionnez la langue en appuyant sur le 1 ou sur le 2 et laissez un message confidentiel détaillé ainsi que vos coordonnées.

Après les heures de bureau, pendant les fins de semaine ou les jours fériés : composez le 3‑1‑1 et demandez à parler au membre du personnel de la Santé publique en disponibilité. Pour faire prioriser votre appel en tant que fournisseur de soins de santé, veuillez vous identifier et indiquer le motif de votre appel : on vous répondra de façon prioritaire.

Contactez Nous