La rougeole

Messages clés

  • La rougeole est une infection virale très contagieuse caractérisée par une fièvre prodromique, une toux, une conjonctivite, une rhinite, des taches de Koplik, et une éruption maculopapuleuse qui apparaît sur le visage, puis se répand sur le reste du corps.
  • Bien que rares, des cas de rougeole sont toujours recensés en Ontario. Ils sont habituellement liés aux voyages.
  • La rougeole se transmet par contact étroit avec les sécrétions des voies respiratoires d’une personne infectée, lesquelles restent en suspension dans l’air sous forme de microgouttelettes durant pendant deux heures.
  • Les vaccins contre la rougeole font partie du calendrier de vaccination systématique de l’Ontario. Deux doses offrent une protection de près de 100 %, et l’immunité est habituellement pour la vie.
  • La confirmation en laboratoire de la rougeole doit comprendre deux dépistages du virus par PCR (1 : échantillon d’urine et 2 : échantillon de la gorge ou du nasopharynx) ainsi qu’une épreuve sérologique.
  • Les cas de rougeole soupçonnés ou confirmés (par diagnostic clinique ou épreuve en laboratoire) doivent immédiatement être signalés à Santé publique Ottawa par téléphone au 613 580-2424, poste 24224, pendant les heures normales de travail du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Hors des heures d’ouverture et les jours fériés, veuillez composer le 3-1-1 et demander à parler au responsable des maladies transmissibles sur appel. Le signalement d’un cas de rougeole soupçonné ne doit pas être reporté en l’attente d’une confirmation en laboratoire.
Introduction
  • Les cas de rougeole soupçonnés ou confirmés (par diagnostic clinique ou épreuve en laboratoire) doivent immédiatement être signalés à Santé publique Ottawa par téléphone au 613 580-2424, poste 24224, pendant les heures normales de travail du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Hors des heures d’ouverture et les jours fériés, veuillez composer le 3-1-1 et demander à parler au responsable des maladies transmissibles sur appel. Le signalement d’un cas de rougeole soupçonné ne doit pas être reporté en l’attente d’une confirmation en laboratoire.
  • La rougeole est une infection virale très contagieuse. Les symptômes typiques sont les suivants : fièvre prodromique, toux, conjonctivite, rhinite et parfois taches de Koplik (petites taches blanches dans la bouche et la gorge). L’éruption maculopapuleuse caractéristique apparaît sur le visage, puis se répand sur le reste du corps. Elle se manifeste habituellement de trois à sept jours après le prodrome.
  • Des mesures doivent être prises pour prévenir la propagation par voie aérogène. En effet, le virus de la rougeole est transmis par des microgouttelettes dans l’air, lors de contacts étroits avec une personne infectée ou de contacts directs avec des sécrétions des voies respiratoires. Il peut demeurer actif et contagieux dans l’air pour pendant deux heures, selon le nombre de changements d’air.
  • Pour obtenir d’autres renseignements sur la rougeole, consulter le site de Santé publique Ontario.
Épidémiologie locale
  • Grâce à la vaccination, la rougeole est considérée comme éliminée au Canada depuis 1998. Malgré ce statut, des cas de rougeole sont toujours recensés en Ontario, notamment à Ottawa, souvent chez des voyageurs à leur retour d’un pays où la maladie sévit toujours.
  • Depuis 2014, on a recensé 7 cas de rougeole à Ottawa. Santé publique Ottawa s’occupe de la surveillance de la rougeole et de plusieurs autres maladies transmissibles qui ont une incidence sur la santé publique. Les résultats sont publiés dans des rapports sur les maladies infectieuses.
Signes et symptômes
  • Les premiers symptômes de la rougeole se manifestent habituellement de 10 à 14 jours (étendue de 7 à 18 jours) après le contact avec une personne infectée :
    • fièvre prodromique (température buccale de ≥ 38,3),
    • rhinite,
    • toux,
    • conjonctivite,
    • somnolence,
    • irritabilité,
    • taches de Koplik.
  • De trois à sept jours après l’apparition des symptômes, une éruption maculopapuleuse caractéristique apparaît sur le visage, puis se répand sur le reste du corps et persiste pour une durée minimale de trois jours. On peut trouver sur le site du CDC plusieurs photos d’enfants aux teints variés atteints de la rougeole.
  • La rougeole peut entraîner les complications suivantes :
    • otite moyenne,
    • pneumonie,
    • Les personnes atteintes de la rougeole sont considérées comme contagieuses de quatre jours avant à quatre jours après l’apparition de l’éruption.
      • Les personnes immunodéficientes, enceintes ou souffrant de malnutrition courent un risque particulièrement élevé de présenter des symptômes et des complications graves.
  • L’immunité d’une personne ayant déjà été infectée par la rougeole dure habituellement toute la vie.
    • cécité,
    • encéphalite (peut entraîner des lésions cérébrales permanentes),
    • panencéphalite sclérosante subaiguë (maladie du système nerveux central), une complication rare, mais mortelle.
Épreuves en laboratoire
  • Les cas de rougeole soupçonnés ou confirmés (par diagnostic clinique ou épreuve en laboratoire) doivent immédiatement être signalés à Santé publique Ottawa par téléphone au 613 580-2424, poste 24224, pendant les heures normales de travail du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Hors des heures d’ouverture et les jours fériés, veuillez composer le 3-1-1 et demander à parler au responsable des maladies transmissibles sur appel. Le signalement d’un cas de rougeole soupçonné ne doit pas être reporté en l’attente d’une confirmation en laboratoire.
  • S’il soupçonne qu’un enfant de moins de 18 ans est atteint de rougeole, le médecin ou autre professionnel de la santé doit communiquer avec le spécialiste des maladies infectieuses sur appel au CHEO (613 737-7600, poste 0) pour discuter des symptômes et déterminer si l’enfant satisfait aux critères cliniques et doit subir des analyses au CHEO. Il doit ensuite faire un suivi avec l’infirmier en santé publique pour l’informer de l’issue de la consultation afin que celui-ci puisse prendre les mesures appropriées.
  • Les renseignements sur les analyses de laboratoire qui figurent ci-dessous sont aussi disponibles sur la page Web de Santé publique Ottawa intitulée « Analyses de laboratoire – rougeole » et dans un document PDF d’une page.

Information sur les analyses de laboratoire

  • Le dépistage en laboratoire de la rougeole n’est pas offert à Ottawa.
  • Les échantillons sont analysés au laboratoire de Santé publique Ontario à Toronto.
  • Veuillez aviser Santé publique Ottawa avant l’envoi d’échantillons; il pourrait être possible d’accélérer le traitement de la demande.

Information à inclure dans le formulaire de demande d’analyse en laboratoire

  • Nom et numéro de téléphone du médecin ou professionnel de la santé prescripteur.
  • Type d’échantillon (p. ex., écouvillonnage de la gorge, écouvillonnage du nasopharynx, échantillon d’urine, sérologie).
  • Détection des anticorps IgG et IgM rougeoleux (épreuve sérologique).
  • Indiquer une infection grave/récente.
  • Antécédents vaccinaux, antécédents d’exposition et déplacements à l’extérieur d’Ottawa au cours des 21 jours précédant l’apparition des symptômes.
  • Signes, symptômes, antécédents cliniques et date d’apparition des symptômes.
  • Raison des analyses (p. ex., « diagnostiquer la rougeole », « dépistage de la rougeole »).

Analyses en laboratoire

Doivent comprendre deux tests de détection du virus par PCR (1 : échantillon d’urine et 2 : écouvillonnage de la gorge ou du nasopharynx) ainsi qu’une épreuve sérologique.

Détection du virus par PCR

Isolation du virus de la rougeole à partir de deux échantillons cliniques appropriés.

  1. Culture virale avec milieu de transport universel roseÉchantillon d’urine : prélèvement d’environ 50 ml d’urine non souillée dans un récipient stérile muni d’un bouchon vissé dans les 14 jours suivant l’apparition de l’éruption.
  2. Échantillon de la gorge ou du nasopharynx : prélèvement à l’aide d’un écouvillon contenant un milieu de transport universel rose dans les 7 jours suivant l’apparition de l’éruption.
    • Échantillon de la gorge : culture virale (trousse de culture virale – article no 390081) avec milieu de transport universel rose (même écouvillon que pour le dépistage du VHS).
    • Échantillon du nasopharynx : écouvillonnage du nasopharynx (trousse de prélèvement viral respiratoire – article no 390082) avec milieu de transport universel rose (même écouvillon que pour le dépistage de l’influenza ou du VRS).
    • * N.B. : Les écouvillons traditionnels avec bouchon rouge (p. ex., Amies avec ou sans charbon, ESwab ou autres sans milieu de transport universel) ne doivent pas être utilisés pour le dépistage de la rougeole par PCR.

Exigences relatives à l’entreposage et au transport

  • Placez l’échantillon dans un sac pour matières contaminées et scellez-le.
  • Les échantillons doivent être conservés à une température de 2 à 8 °C et envoyés au laboratoire de Santé publique Ontario sur un bloc réfrigérant.

Épreuve sérologique

  • Sérologie en phase aiguë
    • Le prélèvement doit être effectué dans les 7 jours suivant l’apparition de l’éruption.
    • On indiquera clairement dans la demande qu’il s’agit d’un échantillon pour détection des anticorps IgG et IgM rougeoleux en sérologie en phase aiguë.
  • Sérologie en phase de convalescence
    • Le prélèvement doit être effectué dans les 7 à 10 jours suivant le prélèvement initial pour l’épreuve sérologique en phase aiguë.
    • La mention qu’il s’agit d’un échantillon pour sérologie en phase de convalescence pour cas de rougeole doit apparaître clairement dans la demande.
    • L’épreuve sérologique en phase de convalescence est recommandée si le test en phase aiguë et le test de détection du virus donnent des résultats négatifs ou non concluants.

* En cas d’encéphalite ou de panencéphalite sclérosante subaiguë (PESS) soupçonnée, veuillez soumettre un échantillon de LCR et suivre les instructions du site Web du laboratoire de Santé publique Ontario.

Signalement à Santé publique Ottawa
  • Les cas de rougeole soupçonnés ou confirmés (par diagnostic clinique ou épreuve en laboratoire) doivent immédiatement être signalés à Santé publique Ottawa par téléphone au 613 580-2424, poste 24224, pendant les heures normales de travail du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Hors des heures d’ouverture et les jours fériés, veuillez composer le 3-1-1 et demander à parler au responsable des maladies transmissibles sur appel. Le signalement d’un cas de rougeole soupçonné ne doit pas être reporté en l’attente d’une confirmation en laboratoire.
  • Santé publique Ottawa expliquera les exigences en matière de dépistage et d’isolement du patient. Il faudra fournir les antécédents vaccinaux du patient, les symptômes et leur date d’apparition, les antécédents d’exposition et les déplacements à l’extérieur d’Ottawa (au cours des 21 jours précédents).
  • La rougeole est très contagieuse. Le signalement rapide des cas soupçonnés aux autorités en santé publique locales permet de mettre en place les mesures de contrôle et d’effectuer promptement le dépistage des contacts pour limiter la propagation à la population, en particulier aux personnes vulnérables.
  • Si le cas soupçonné est une personne âgée de moins de 18 ans, le médecin ou autre professionnel de la santé doit aussi communiquer avec le spécialiste des maladies infectieuses sur appel au CHEO (613 737-7600, poste 0) pour discuter des symptômes et déterminer si l’enfant satisfait aux critères cliniques et doit subir des analyses au CHEO. Il doit ensuite faire un suivi avec l’infirmier en santé publique pour l’informer de l’issue de la consultation afin que celui-ci puisse prendre les mesures appropriées.
Prise en charge
  • Les cas de rougeole soupçonnés ou confirmés (par diagnostic clinique ou épreuve en laboratoire) doivent immédiatement être signalés à Santé publique Ottawa par téléphone au 613 580-2424, poste 24224, pendant les heures normales de travail du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Hors des heures d’ouverture et les jours fériés, veuillez composer le 3-1-1 et demander à parler au responsable des maladies transmissibles sur appel. Le signalement d’un cas de rougeole soupçonné ne doit pas être reporté en l’attente d’une confirmation en laboratoire.
  • Veuillez indiquer aux patients de s’isoler à la maison jusqu’à ce que quatre jours se soient écoulés après l’apparition de l’éruption. Les enfants doivent être retirés de l’école ou du service de garde. Les adultes doivent s’absenter du travail.
  • La rougeole est transmissible par voie aérogène. Par conséquent, veuillez faire porter un masque aux patients avec fièvre et éruption cutanée dès leur arrivée, les diriger immédiatement dans une salle d’examen, les recevoir préférablement en fin de journée et éviter d’utiliser la salle avec d’autres patients durant deux heures.
  • Dites aux patients d’éviter tout contact avec les femmes enceintes, les personnes immunodéficientes et les enfants de moins de 12 mois.
  • Santé publique Ottawa tentera de localiser les personnes ayant potentiellement été exposées à la rougeole pour limiter la propagation.
  • Si vous pensez avoir été exposé à un cas de rougeole ou que votre personnel ou d’autres patients l’ont été, communiquez immédiatement avec Santé publique Ottawa.
Prévention
  • Les cas de rougeole soupçonnés ou confirmés (par diagnostic clinique ou épreuve en laboratoire) doivent immédiatement être signalés à Santé publique Ottawa par téléphone au 613 580-2424, poste 24224, pendant les heures normales de travail du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30. Hors des heures d’ouverture et les jours fériés, veuillez composer le 3-1-1 et demander à parler au responsable des maladies transmissibles sur appel. Le signalement d’un cas de rougeole soupçonné ne doit pas être reporté en l’attente d’une confirmation en laboratoire.

Patients

  • En cas de rougeole soupçonnée ou confirmée, veuillez indiquer aux patients de s’isoler à la maison jusqu’à ce que quatre jours se soient écoulés après l’apparition de l’éruption. Les enfants doivent être retirés de l’école ou du service de garde. Les adultes doivent s’absenter du travail.
  • La rougeole est transmissible par voie aérogène. Par conséquent, veuillez faire porter un masque aux patients avec fièvre et éruption cutanée dès leur arrivée, les diriger immédiatement dans une salle d’examen, les recevoir préférablement en fin de journée et éviter d’utiliser la salle avec d’autres patients durant deux heures.

Travailleurs de la santé

  • Tous les travailleurs de la santé (y compris les employés, médecins, infirmiers, travailleurs contractuels, étudiants, stagiaires en médecine des cycles supérieurs, chercheurs et bénévoles), sans égard à leur année de naissance, doivent être immunisés contre la rougeole pour éviter de contracter et de transmettre l’infection. Seules les attestations d’immunité à la rougeole suivantes sont acceptées :
    • Documentation de deux doses de vaccin contre la rougeole à un an ou subséquemment, avec un délai d’au moins quatre semaines entre les doses (sans égard à l’année de naissance) OU
    • Preuve d’immunité par analyses de laboratoire
  • Un travailleur exposé de façon significative à une personne atteinte de la rougeole, en milieu de soins de santé ou dans la collectivité, doit signaler l’exposition à Santé au travail.

Travailleurs de la santé exposés à la rougeole

  • Un travailleur exposé considéré comme immunisé contre la rougeole (définition précédente) peut continuer de travailler sans interruption et être affecté aux soins de patients atteints d’un cas de rougeole soupçonnée ou confirmée.
  • Un travailleur exposé ayant reçu une dose de vaccin contre la rougeole, mais sans preuve d’immunité par analyses de laboratoire doit recevoir une deuxième dose de vaccin (vaccin ROR) s’il n’y a pas de contre-indications. Une analyse pour la détection d’anticorps IgG rougeoleux doit aussi être réalisée. Des restrictions professionnelles peuvent s’appliquer en l’attente des résultats de la sérologie (voir ci-dessous).
    • Si le dépistage d’anticorps IgG rougeoleux est positif, le travailleur est immunisé et peut travailler.
    • Si le dépistage d’anticorps IgG rougeoleux est négatif, le travailleur est considéré comme à risque et doit être retiré du travail (voir ci-dessous).
  • Un travailleur exposé sans preuve d’immunité contre la rougeole (aucune sérologie pour détection d’anticorps contre la rougeole ou preuve de vaccination) doit recevoir une dose de vaccin contre la rougeole (vaccin ROR) s’il n’y a pas de contre-indications. Le travailleur est considéré comme à risque et doit être retiré du travail (voir ci-dessous). Une épreuve sérologique doit être effectuée.
    • Si le dépistage d’anticorps IgG rougeoleux est positif, le travailleur peut reprendre le travail.
    • Si le dépistage d’anticorps IgG rougeoleux est négatif, le travailleur est considéré comme à risque et doit être retiré du travail.
  • Un travailleur exposé non vacciné et dont le résultat de la détection sérologique d’anticorps est négatif doit recevoir le vaccin contre la rougeole (vaccin ROR) dès que possible après l’exposition s’il n’y a pas de contre-indications et être retiré du travail (voir ci-dessous). Administré dans les 72 heures suivant l’exposition, le vaccin ROR offre une protection post-exposition. Administré après cette période, il offre une protection pour les expositions subséquentes. Si le travailleur ne développe pas de rougeole clinique après l’exposition, une deuxième dose du vaccin doit lui être administrée au moins quatre semaines après la première dose.
  • Un travailleur exposé chez qui la vaccination contre la rougeole est contre-indiquée pour des raisons médicales (p. ex., immunodéficience, grossesse) doit recevoir des immunoglobulines humaines dans les six jours suivant l’exposition pour la prévention ou l’atténuation de la rougeole. La personne est considérée comme à risque et doit être retirée du travail (voir ci-dessous). Notez bien que les immunoglobulines n’offrent qu’une protection à court terme. Pour un travailleur qui pourra recevoir le vaccin ROR plus tard (p. ex., personnes enceintes), l’administration de ce dernier doit se faire au moins cinq à six mois après l’administration des immunoglobulines.
  • Si aucun membre du personnel immunisé n’est disponible et que la sécurité du patient pourrait être compromise, le travailleur à risque doit porter un masque N95 dont l’étanchéité et l’adhérence ont été vérifiées. En théorie, le respirateur devrait offrir une protection contre le virus transmissible par voie aérogène. Toutefois, nous ne disposons pas de données confirmant l’efficacité du masque N95 pour cette utilisation.

Restrictions de travail ou retrait des travailleurs de la santé

  • En cas d’exposition, un travailleur à risque doit être retiré du travail dans un hôpital ou tout établissement de soins de 5 jours après la première exposition à 21 jours après la dernière, qu’on lui ait ou non administré le vaccin ROR ou des immunoglobulines post-exposition.
  • Si la période de retrait susmentionnée est toujours en cours, le travailleur doit être retiré en l’attente des résultats de la sérologie.
  • En cas de retrait, il ne doit travailler dans aucun autre établissement de soins. On devrait recommander au travailleur de divulguer ces restrictions aux autres employeurs du secteur.
  • Si le travailleur développe une rougeole clinique, le retrait doit se poursuivre jusqu’à ce que 4 jours complets se soient écoulés depuis l’apparition de l’éruption. Les travailleurs infectés et leur médecin de famille ou professionnel de la santé sont responsables du suivi et du traitement.

Pour plus d’information, veuillez vous référer au Measles Surveillance Protocol for Ontario Hospitals [Protocole de surveillance de la rougeole dans les hôpitaux ontariens] de l’Association des hôpitaux de l’Ontario.

Immunisation

Information sur le vaccin

  • La vaccination offre la meilleure protection contre la rougeole.
  • Deux vaccins contre la rougeole sont utilisés, soit le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccin ROR) et celui contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle (vaccin RORV).
  • Une couverture vaccinale d’au moins 95 % est requise pour développer l’immunité collective d’une population et prévenir la transmission de l’infection. À Ottawa, le taux d’immunisation contre la rougeole est élevé.

Efficacité du vaccin

  • Les vaccins contre la rougeole offrent un bon taux d’immunité : ≈ 85 à 95 % des enfants développeront une protection durable contre la rougeole avec la première dose, et près de 100 % après la deuxième.
  • Dans une population bien immunisée (95 % ou plus des enfants d’âge scolaire), l’introduction d’un cas de rougeole ne mène habituellement pas à une éclosion. Il y aura apparition d’un cas additionnel dans 50 à 80 % des cas seulement, à moins que soit impliqué un sous-groupe de la communauté dans lequel les enfants ne sont pas immunisés.
  • L’immunité après vaccination dure habituellement toute la vie.

Recommandations

  • Le calendrier de vaccination systématique de l’Ontario recommande l’administration aux enfants de deux doses de vaccin contre la rougeole, à au moins un mois d’intervalle, l’une après 12 mois et l’autre entre 4 et 6 ans.
  • Si un enfant voyage hors du pays dans une région où la rougeole est présente, une première dose du vaccin ROR peut lui être administrée dès 6 mois. Pour assurer une immunité durable, il devra toutefois recevoir deux doses supplémentaires à au moins un mois d’intervalle après ses 12 mois.

Dossiers d’immunisation

  • Le ou les parents ou tuteurs légaux sont responsables de tenir informée Santé publique Ottawa chaque fois que leur enfant reçoit un vaccin de son médecin ou d’un autre professionnel de la santé.
  • Les médecins et autres professionnels de la santé n’ont pas l’obligation de signaler les vaccinations à Santé publique Ottawa (novembre 2019).
  • Les patients peuvent mettre à jour leur dossier d’immunisation avec l’outil en ligne Connexion immunisations Ontario (CION)  ou l’application CANImmunize.
  • Pour plus d’information sur la vaccination, les patients peuvent consulter le site Web Être parent à Ottawa de Santé publique Ottawa.

Contre-indications

Facteurs à considérer pour la vaccination chez les adultes

  • Il est possible que l’immunisation des adultes nés après 1970 soit insuffisante, ceux-ci n’ayant reçu qu’une seule dose de vaccin ROR dans leur enfance. En l’absence de deux doses documentées de vaccin contre la rougeole, administrées après 12 mois à au moins un mois d’intervalle, l’administration du vaccin ROR est recommandée (sans vérification préalable du statut immunologique par épreuve sérologique).
  • Bien que la plupart des adultes nés avant 1970 soient considérés comme immunisés contre la rougeole, plusieurs populations doivent tout de même être vaccinées.
    • Voyageurs : les personnes nées avant 1970 qui prévoient voyager à l’extérieur de l’Amérique du Nord doivent recevoir une dose du vaccin ROR pour être considérées comme immunisées.
    • Étudiants : les étudiants d’un établissement postsecondaire nés avant 1970 doivent recevoir une dose du vaccin ROR pour être considérés comme immunisés.
    • Travailleur de la santé : les travailleurs doivent recevoir deux doses de vaccin contre la rougeole (administrées après l’âge de 12 mois, à au moins un mois d’intervalle), avoir développé une rougeole confirmée en laboratoire ou subir une épreuve sérologique pour confirmer leur immunité à la rougeole, et ce, sans égard à leur année de naissance.
    • Militaires : les militaires doivent recevoir deux doses de vaccin contre la rougeole (administrées après l’âge de 12 mois, à au moins un mois d’intervalle), avoir développé une rougeole confirmée en laboratoire ou subir une épreuve sérologique pour confirmer leur immunité à la rougeole, et ce, sans égard à leur année de naissance.
    • Pour obtenir d’autres renseignements sur les exigences en matière d’immunisation dans certaines populations, consultez le Guide canadien d’immunisation (Vaccin contre la rougeole : tableau 1).
  • Statut immunologique inconnu : immunisation ou épreuve sérologique
    • Quand le dossier d’immunisation d’un patient est indisponible, la vaccination contre la rougeole est préférable à une demande d’épreuve sérologique visant à déterminer le statut immunologique.
    • On évite ainsi les faux positifs potentiels tout en réduisant le risque d’occasions manquées pour l’immunisation; cette recommandation est conforme au Guide canadien d’immunisation.
    • Cette recommandation ne s’applique pas à certains groupes professionnels comme les travailleurs de la santé, qui doivent présenter une preuve de vaccination ou une preuve d’immunité par épreuve sérologique. Pour plus d’information, veuillez vous référer au Measles Surveillance Protocol for Ontario Hospitals [Protocole de surveillance de la rougeole dans les hôpitaux ontariens] de l’Association des hôpitaux de l’Ontario.

Manifestations cliniques inhabituelles

  • Vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (vaccin ROR) : Les manifestations cliniques inhabituelles à la suite d’une vaccination sont moins fréquentes et moins graves que celles associées à l’infection. De 6 à 23 jours après l’administration du vaccin ROR, environ 5 % des enfants présentent des malaises et de la fièvre (avec ou sans éruption cutanée), qui peuvent durer jusqu’à 3 jours. Une parotidite, une éruption cutanée, une lymphadénopathie ou des symptômes articulaires peuvent parfois survenir avec l’administration du vaccin.
  • Vaccin contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle (vaccin RORV) : Des douleurs et des rougeurs au site d’injection ainsi qu’une fièvre atteignant moins de 39 °C sont constatées chez 10 % et plus des personnes vaccinées. Des éruptions cutanées (pouvant rappeler celle de la rougeole, la rubéole ou la varicelle), un œdème au site d’injection et une fièvre de plus de 39 °C sont observés chez 1 % à moins de 10 % des personnes vaccinées.

Ressources

Rôle de la santé publique
  • En accord avec la Loi de 2007 sur l’Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé, Santé publique Ottawa prendra des mesures pour protéger la population et prévenir la propagation de la rougeole.
    • L’organisation travaille avec les professionnels de la santé pour faciliter la prophylaxie postexposition à la rougeole.
    • Elle travaille avec les intervenants communautaires (services de garde d’enfants, écoles et milieux de travail) pour veiller à ce que les personnes infectées demeurent à la maison et soient retirées des services de garde d’enfants, des écoles et des milieux de travail durant les périodes de contagion.

Mesures de contrôle

  • Retrait des services de garde d’enfants : Santé publique Ottawa exige que les personnes susceptibles d’avoir été en contact avec une personne atteinte de rougeole soient retirées des services de garde d’enfants de 5 jours après la première exposition à 21 jours après la dernière exposition.
  • Retrait des écoles : En vertu de la Loi sur l’immunisation des élèves, L.R.O. 1990, chapitre I.1, Santé publique Ottawa doit retirer des écoles les étudiants exposés à la rougeole qui n’ont pas d’immunisation contre la rougeole dûment documentée. Santé publique Ottawa exige que les personnes susceptibles d’avoir été en contact avec une personne atteinte de rougeole soient retirées des écoles de 5 jours après la première exposition à 21 jours après la dernière exposition.
  • Retrait du travail : Santé publique Ottawa exige que certaines personnes susceptibles d’avoir été en contact avec une personne atteinte de rougeole soient retirées de leur milieu de travail (personnes travaillant dans les services de garde d’enfants, les écoles ou les établissements de soins de santé) de 5 jours après la première exposition à 21 jours après la dernière exposition.
Renseignements à l’intention des patients
Ressources pour les médecins
  • Formulaire de déclaration d’une maladie transmissible à Santé publique Ottawa
  • Page Web des calendriers de vaccination financée par le secteur public en Ontario
  • Page Web du chapitre sur la rougeole du Guide canadien d’immunisation
  • Section sur la rougeole du site Web des Centers of Disease Control (CDC)
  • Measles Virus Detection by PCR – Test Sheet [détection du virus de la rougeole par PCR – fiche d’analyse] de Santé publique Ontario
  • Measles Virus Detection by Serology – Test Sheet [détection du virus de la rougeole par épreuve sérologique – fiche d’analyse] de Santé publique Ontario
  • Measles Surveillance Protocol for Ontario Hospitals [Protocole de surveillance de la rougeole dans les hôpitaux ontariens] du Joint Communicable Diseases Surveillance Protocols Committee [comité conjoint sur les protocoles de surveillance des maladies transmissibles] de l’Association des hôpitaux de l’Ontario et de l’Association médicale de l’Ontario

Dépistage de la rougeole

Contactez Nous