Questions fréquemment posées concernant la vaccination contre la COVID-19

Dernière révision - Le 29 juillet 2022

Traduisez ce site à l'aide de Google Traduction en 简体中文Españolاللغة العربية,  soomaali, et autres langues.

Sur cette page

Nouveautés

Troisième dose (dose de rappel) et quatrième dose (deuxième rappel)

Quelle est la différence entre la « série primaire à trois doses » et la « dose de rappel »?
  • La raison d’une dose de rappel est de rétablir une protection qui peut avoir diminué au fil du temps à un niveau qui n’est plus efficace chez les personnes qui ont initialement bien réagi à une « série de vaccins » complète. 
  • Il s’agit d’une dose différente d’une troisième dose qui pourrait être ajoutée à la « série de vaccins primaires » standard dans le but d’améliorer la réponse immunitaire et d’établir un niveau de protection adéquat pour les personnes qui n’ont pas développé d’immunité ou qui ont développé une réponse immunitaire sous-optimale à une série primaire de deux doses. 
  • En bref, une série primaire pour la plupart des personnes en bonne santé reste à deux doses, et pour ces personnes, la troisième dose (dose de rappel) est offerte pour stimuler le système immunitaire. Une série primaire de trois doses est offerte aux personnes immunodéprimées ou vulnérables pour s’assurer qu’elles ont une réponse immunitaire adéquate et qu’elles sont protégées. Une quatrième dose (dose de rappel) est ensuite offerte à ces personnes afin d’accroître leur réponse immunitaire.
Pourquoi devrais-je recevoir une troisième dose (dose de rappel) du vaccin contre la COVID-19?

La troisième dose (dose de rappel) du vaccin à ARNm contre la COVID-19 est facilement disponible pour renforcer la protection contre la maladie grave et les complications attribuables à la COVID-19.  

On observe maintenant une diminution graduelle de l’efficacité du vaccin après la deuxième dose. Selon une étude de l’Ontario, l’efficacité du vaccin diminue après une deuxième dose et augmente après une troisième dose.  

La troisième dose (dose de rappel) du vaccin contre la COVID-19 aidera à rétablir et à maintenir la protection contre l’infection, et à réduire les risques de maladie grave, de complications ou de décès en raison de la COVID-19.

Les jeunes âgés de 12 à 17 ans : 

  • Pour les jeunes de 12 à 17 ans, la troisième dose ou la « dose de rappel » est maintenant recommandée en Ontario pour les personnes qui ont reçu la deuxième dose de leur vaccin il y a plus de six mois (168 jours). 

*Remarque : Les jeunes doivent avoir 12 ans le jour où ils reçoivent le vaccin. 

Adultes de 18 ans ou plus :  

  • Pour les adultes de 18 ans et plus, la troisième dose ou la « dose de rappel » est maintenant recommandée en Ontario pour les personnes qui ont reçu la deuxième dose de leur vaccin il y a plus de trois mois (84 jours). 

Adultes de 50 ans ou plus :  

  • Les adultes de plus de 50 ans sont plus exposés à des risques de maladie grave et de complications découlant de la COVID-19. On observe maintenant une diminution graduelle de l’efficacité du vaccin après la deuxième dose. Recevoir une troisième dose (dose de rappel) assure une meilleure protection contre la maladie grave et les complications causées par la COVID-19. 

Adultes de 60 ans et plus, membres des Premières Nations, Inuits et Métis de 18 ans et plus, ou membres non autochtones du ménage : 

  • Les adultes de 60 ans et plus, les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis de 18 ans et plus, ou les membres non autochtones du ménage peuvent désormais recevoir une quatrième dose d’un vaccin contre la COVID-19 à un intervalle de 140 jours après leur troisième dose (dose de rappel). Lien vers l’admissibilité à la quatrième dose. 

  • Les populations éligibles ci-dessus peuvent recevoir leur quatrième dose (deuxième dose de rappel) à un intervalle raccourci de 84 jours après leur troisième dose. Les personnes éligibles doivent tenir compte des facteurs individuels susceptibles d’accroître les risques ainsi que du niveau de COVID-19 dans la communauté. Les personnes peuvent consulter leur prestataire de soins primaires pour des considérations individuelles. 

  • Les quatrièmes doses (doses de rappel) de vaccins à ARNm contre la COVID-19 sont facilement disponibles pour les résidents éligibles afin de renforcer la protection contre les maladies graves et les complications causées par la COVID-19.

Pourquoi devrais-je recevoir une troisième dose (dose de rappel) de la COVID-19 en tant que personne enceinte?

  • La série de vaccins à ARNm contre la COVID-19 est fortement recommandée pour les femmes enceintes, et des études ont montré qu’elle est sécuritaire juste avant et/ou pendant la grossesse.  

  • Le vaccin à ARNm contre la COVID-19 est un moyen efficace de prévenir les complications et les effets négatifs pour le bébé et le parent si ce dernier est infecté.  

  • Les femmes enceintes qui contractent la COVID-19 courent un risque accru de maladie grave nécessitant des soins hospitaliers et d’admission dans une unité de soins intensifs, comparativement aux femmes qui ne sont pas enceintes.  

  • Les anticorps qu’une femme enceinte produit à partir du vaccin sont transmis au bébé et aident à protéger le bébé après la naissance. L’accouchement trop tôt au cours de la grossesse (accouchement prématuré), l’accouchement par césarienne et l’admission d’un bébé dans une unité néonatale de soins intensifs sont plus courants chez les personnes enceintes atteintes de la COVID-19 qui sont gravement malades. 

  • Les effets secondaires des femmes enceintes après l’administration d’un vaccin à ARNm contre la COVID-19 sont les mêmes chez les personnes qui ne sont pas enceintes. Si vous avez des hésitations par rapport à l’administration de la troisième dose, communiquez avec votre fournisseur de soins de santé ou votre spécialiste. Ils pourront répondre à vos questions et vous aider à mieux comprendre vos risques.

Comment et où puis-je obtenir une troisième dose (dose de rappel) ou une quatrième dose (deuxième dose de rappel)?
  • C’est le moment d’obtenir votre dose de rappel contre la COVID-19 et d’accroître votre protection contre les maladies graves alors que le variant Omicron très transmissible est présent dans notre communauté. Santé publique Ottawa dispose amplement de moyens pour administrer les vaccins contre la COVID-19. 

  • Les quatrièmes doses (deuxième dose de rappel) sont désormais également disponibles pour les groupes admissibles.

  • Toutes les cliniques communautaires de Santé publique Ottawa accueillent sans rendez-vous les personnes admissibles à une dose de rappel ainsi qu’à une première et une deuxième dose. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon de prendre un rendez-vous et pour connaître les emplacements des cliniques et leurs heures d’ouverture, veuillez visiter la page suivante : SantePubliqueOttawa.ca/VaccinCOVID19

Peut-on mélanger les vaccins en toute sécurité pour la troisième dose (dose de rappel) et la quatrième dose (deuxième dose de rappel)?
  • Un vaccin à base d’ARNm contre la COVID-19 Comirnaty de Pfizer-BioNTech et Moderna peut être utilisé comme troisième dose ou dose de rappel pour les personnes de âgées de 18 ans ou plus. Cette recommandation s’applique, que vous ayez reçu précédemment le vaccin d’AstraZeneca/COVISHEILD ou un vaccin à base d’ARNm.
  • Même si SPO offre les deux vaccins à base d’ARNm dans ses cliniques communautaires, plusieurs facteurs sont pris en compte lors de la décision du vaccin que vous recevrez. Il est possible que vous ne puissiez choisir la marque de vaccin à base d’ARNm que vous recevez en fonction de l’évaluation clinique et des critères d’admissibilité. Actuellement, et conformément aux directives du Comité consultatif national de l'immunisation.
Ai-je besoin d'une dose de rappel si j'ai eu la COVID-19 récemment et que j'ai une certaine immunité naturelle ?
  • À l’heure actuelle, les données sont limitées en ce qui concerne la réponse immunitaire fournie par une infection antérieure à la COVID-19 et la durée de la protection fournie. Toutefois, il existe des preuves préliminaires que l’immunité attribuable à une infection antérieure à la COVID-19 sans vaccination n’offre pas la meilleure protection contre une nouvelle infection. 

  • Le développement d’une immunité contre une infection, parfois appelée « immunité naturelle », nécessite une exposition à un virus imprévisible dont les conséquences graves sont connues, notamment le risque de maladie grave et de décès. Les vaccins permettent à votre organisme de développer sa propre immunité naturelle contre la COVID-19 sans risque de maladie grave due à l’infection par la COVID-19. 

  • La vaccination est recommandée pour tous, indépendamment d’une infection antérieure à la COVID-19, afin de prévenir les maladies graves et les complications liées à la COVID-19. 

  • Pour les adultes de 18 ans et plus, il est recommandé de recevoir une troisième dose (rappel) d’un vaccin contre la COVID-19 si au moins trois mois (84 jours) se sont écoulés depuis l’administration de la deuxième dose. 

  • Pour les jeunes de 12 à 17 ans, la troisième dose (dose de rappel) est maintenant recommandée à ceux qui ont reçu la deuxième dose de leur vaccin il y a plus de six mois (168 jours). 

  • Les quatrièmes doses (deuxième dose de rappel) sont également recommandées aux personnes admissibles.

  • Les adultes de 60 ans et plus, les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis de 18 ans et plus ou les membres non autochtones du ménage peuvent désormais recevoir une quatrième dose d’un vaccin contre la COVID-19 à un intervalle de 140 jours après leur troisième dose (de rappel). 

  • Les populations admissibles ci-dessus peuvent recevoir leur quatrième dose (deuxième dose de rappel) à un intervalle raccourci de 84 jours après leur troisième dose. Les personnes éligibles doivent tenir compte des facteurs individuels susceptibles d’accroître les risques ainsi que du niveau de COVID-19 dans la communauté. Les personnes peuvent consulter leur prestataire de soins primaires pour des considérations individuelles. 

Devrais-je retarder l'obtention de ma dose de rappel ?
  • Étant donné que de nombreuses personnes vaccinées contractent la COVID-19 en raison des variants Omicron et BA.2, il est raisonnable de remettre en question la nécessité d’une dose de rappel, pour l’instant. 

  • Deux doses du vaccin assurent une protection contre la maladie grave causée par le variant Omicron, et un moins grand nombre de personnes en Ontario ont besoin de soins intensifs en raison d’avoir reçu deux doses de vaccin. Toutefois, une dose de rappel est importante pour améliorer la réponse immunitaire qui peut diminuer avec le temps depuis la dernière dose. La dose de rappel augmentera également la protection contre les maladies graves et les complications attribuables à la COVID-19, y compris le décès. 

  • Les quatrièmes doses (deuxième dose de rappel) sont également disponibles pour les groupes éligibles. Une quatrième dose améliorera encore la réponse immunitaire, offrant une protection contre les maladies graves et les complications liées à la COVID-19. 

Combien de temps après une infection ou une infection présumée puis-je recevoir ma troisième dose (dose de rappel)?
  • Les personnes qui ont contracté la COVID-19 devraient tout de même recevoir une troisième dose (dose de rappel). Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir subi un test de dépistage de la COVID-19 avant la vaccination. 

  • Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) et la province de l’Ontario recommandent que les personnes qui ont besoin d’une dose de rappel et qui ont contracté la COVID-19 après avoir reçu leur série primaire attendent trois mois après l’apparition des symptômes ou l’obtention d’un résultat positif (pour les personnes asymptomatiques) avant de recevoir leur dose de rappel contre la COVID-19, et que les jeunes âgés de 12 à 17 ans attendent au moins 184 jours après avoir reçu la série primaire.  

  • Aux fins de la vaccination contre la COVID-19, une infection antérieure au SRAS-CoV-2 comprend les personnes qui ont reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 (soit un test PCR ou un test antigénique rapide) ou qui étaient un contact familial d’un cas confirmé et qui présentaient des symptômes de la COVID-19.  

  • Les personnes qui ont reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 ou qui pensent avoir contracté la maladie doivent toujours attendre de s’être rétablies, d’avoir terminé la période d’auto-isolement et de se sentir mieux avant de se faire vacciner. Cette attente aidera à prévenir l’exposition d’autres personnes au virus dans une clinique de vaccination.   

  • La troisième dose peut être administrée plus tôt que trois mois (84 jours) après l’infection, à condition que la durée ait été de 84 jours depuis la dernière dose de la série primaire pour les personnes de 18 ans ou plus et de 168 jours depuis la dernière dose de la série primaire pour les personnes de 12 à 17 ans.  

  • Le consentement éclairé devrait inclure que de nouvelles preuves montrent qu’un intervalle plus long entre une infection à la COVID-19 et la vaccination est associé à une meilleure réponse des anticorps aux vaccins contre la COVID-19.

Quels renseignements sont disponibles au sujet des quatrième doses (doses de rappel)?

Veuillez consulter la page web Vaccin contre la COVID-19 pour en savoir plus sur Qui peut recevoir leur quatrième dose?

Pourquoi devrais-je recevoir une quatrième dose (deuxième rappel) du vaccin contre la COVID-19?

Il y a actuellement une résurgence de la COVID-19 en Ontario et dans la communauté. Les renseignements fournis par le ministère de la Santé de l’Ontario montrent que certaines personnes ont reçu leur troisième dose (premier rappel) il y a plusieurs mois, ce qui peut entraîner une vulnérabilité accrue en raison d’une diminution de l’immunité.

Une quatrième dose (deuxième rappel) peut offrir une protection supérieure, y compris contre une maladie grave chez certaines personnes. Selon le CCNI, les données préliminaires suggèrent que l’innocuité d’une deuxième dose de rappel est bien tolérée et qu’il n’y a pas de signaux de sécurité supplémentaires au sein des populations étudiées, telles que les personnes âgées et les résidents de foyers de soins de longue durée.  

En Ontario, les personnes âgées de 60 ans et plus ainsi que les membres des Premières nations, les Inuits et les Métis, de même que les membres non autochtones de leurs ménages âgés de 18 ans et plus, peuvent recevoir une quatrième dose (deuxième rappel).

Après une infection confirmée ou présumée à la COVID-19, combien de temps dois-je attendre avant de recevoir ma quatrième dose (deuxième dose de rappel)?

Les personnes qui ont déjà reçu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 devraient tout de même recevoir une quatrième dose, et elles n’ont pas besoin de subir de test de dépistage de la COVID-19 avant la vaccination. 

Consultez les critères d’admissibilité dans la section « Qui peut recevoir une quatrième dose du vaccin contre la COVID-19? » 

Si vous avez récemment eu une infection confirmée ou présumée à la COVID-19 et répondez aux critères d’admissibilité, il est recommandé d’attendre au moins trois mois après l’apparition des symptômes ou l’obtention d’un résultat positif (pour les personnes asymptomatiques) avant de recevoir votre quatrième dose (deuxième dose de rappel) du vaccin contre la COVID-19 en vous assurant qu’il se soit écoulé au moins 5 mois depuis l’obtention de votre troisième dose (première dose de rappel). 

Aux fins de la vaccination contre la COVID-19, une infection antérieure à la COVID-19 comprend les personnes qui ont reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 (soit par un test PCR ou un test antigénique rapide) et les personnes qui ont été un contact familial d’un cas confirmé et présentaient des symptômes de la COVID-19.  

Le consentement éclairé devrait comprendre une discussion sur le fait que de nouvelles études montrent qu’un intervalle plus long entre une infection à la COVID-19 et la vaccination est associé à une meilleure réponse des anticorps aux vaccins contre la COVID-19.

Règlement sur la preuve de vaccination

⚠ L’Ontario passe à l’étape suivante de son déconfinement le 1 mars 2022. Bien que la preuve de vaccination n'est plus requise pour la plupart des environnements intérieurs, les entreprises et autres environnements peuvent choisir de continuer à exiger une preuve de vaccination. Santé publique Ottawa continuera de partager des informations pour vous aider à prendre des décisions éclairées concernant les activités et les niveaux de risque personnels dans cet environnement changeant.

Quel document puis-je produire comme preuve de vaccination et d'identification?

Les personnes âgées de 12 ans et plus, à moins qu’elles n’en soient autrement exemptées, peuvent fournir une preuve de vaccination et d'identification comme suit:

Preuve de vaccination

Vous pouvez présenter votre certificat de vaccination amélioré muni d’un code QR valide.

Pièce d’identité personnelle

Les entreprises ou les organismes peuvent à leur volonté vérifier votre identité et la comparer à ce qui est indiqué sur votre preuve de vaccination, votre preuve d’exemption médicale ou votre preuve de participation à un essai clinique pour un vaccin contre la COVID-19 approuvé par Santé Canada. Une pièce d’identité avec photo n’est pas requise.

Votre pièce d’identité doit comprendre votre :

  • nom;
  • date de naissance.

Voici quelques exemples de pièces d’identité que vous pouvez utiliser :

  • certificat de naissance;
  • permis de conduire;
  • carte d’identité délivrée par le gouvernement (de l’Ontario ou autre);
  • passeport;
  • carte de citoyenneté;
  • carte de résident permanent;
  • carte de statut d’Indien ou carte d’appartenance à une collectivité autochtone.
Comment puis-je obtenir une copie de mon reçu de vaccination après avoir été vacciné?

Après chaque dose reçue du vaccin contre la COVID-19, vous pouvez accéder au portail provincial afin de télécharger et d’imprimer votre reçu électronique de vaccination contre la COVID-19 qui inclut un code QR. Le reçu de vaccination est présenté en version PDF et peut être numérisé par des commerces qui se servent de l'application VérifOntario.

Vous avez besoin des renseignements suivants pour ouvrir une session dans le portail provincial :

Carte Santé verte avec photo de l’Ontario (vous aurez besoin des numéros inscrits au recto et au verso de la carte, les cartes échues sont acceptées);

Votre date de naissance;

Votre code postal associé à votre carte Santé.

  • Carte Santé rouge et blanc : Téléphonez à la Ligne provinciale de prise de rendez-vous pour la vaccination, au 1-833-943-3900. Vous pourrez demander de recevoir une copie de votre reçu de vaccinationpar courriel.
  • Les personnes qui n’ont pas accès à un ordinateur et une imprimante peuvent se rendre à l’un de nos Centres de vaccination de quartier où un membre du personnel de SPO peut vous aider à télécharger et à imprimer votre reçu de vaccination.

La Bibliothèque publique d'Ottawa (BPO) offre l'impression des documents qui servent de preuve de vaccination dans toutes ses succursales au coût de 10 cents par page.

Est-ce que Santé publique Ottawa peut téléchargé les documents d’exemptions au vaccin à l’application VérifOntario, afin que je puisse utiliser mon code QR pour montrer preuve de mon exemption médicale ou d'essais cliniques?

Toute personne bénéficiant d'une exemption médicale pour les vaccins contre la COVID-19 aura besoin d'un code QR numérique délivré par la province pour accéder à certaines entreprises et à certains milieux qui exigent volontairement une preuve de vaccination. Les exemptions médicales pour obtenir le code QR ne peuvent être accordées que par des médecins et des infirmières praticiennes titulaires d'un permis en Ontario. Une fois que la documentation appropriée est reçue d'un médecin ou d'une infirmière praticienne, Santé publique Ottawa peut générer les codes QR.

Conformément aux directives provinciales, les véritables exemptions médicales devraient être peu fréquentes et devraient être appuyées par une consultation d'experts. De plus amples informations sont disponibles pour les médecins et les professionnels de la santé.

Qu’est-ce que les membres des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis peuvent présenter comme preuve de vaccination?

Pour les personnes ayant été vacciné à Akausivik ou pour les gens qui ont choisi de ne pas faire enregistrer leurs renseignements personnels dans le système de base de données provincial (COVAX), vous avez besoin de deux choses :

  1. Une copie du reçu que vous avez reçu au moment de la vaccination. Le reçu doit inclure le nom, la date de vaccination (première et seconde dose) et le produit de vaccin reçu (p. ex., Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech). Si vous avez perdu ou égaré votre reçu de vaccination, veuillez contacter la clinique où vous avez reçu votre vaccin pour obtenir une autre copie.
  2. Preuve d’identité. La pièce d’identité doit inclure votre nom et votre date de naissance, mais une pièce d’identité avec photo n’est pas requise. La preuve d’identité utilisée peut être expirée.

Les documents d’identification comprennent les suivants :

  • Certificat de naissance
  • Carte de citoyenneté
  • Permis de conduire
  • Carte d’identité délivrée par le gouvernement (de l’Ontario ou autre), y compris la carte d’assurance-maladie
  • Certificat de statut d’Indien ou carte d’appartenance autochtone
  • Passeport
  • Carte de résident permanent

Si vos renseignements personnels ne sont pas dans COVAX, vous ne serez pas en mesure de télécharger un reçu de vaccin. Vous devrez joindre la clinique pour obtenir une copie, comme indiqué ci-dessus.

Il n’est pas obligatoire d’avoir vos renseignements personnels dans COVAX, tant que vous avez le reçu et la preuve d’identité, comme il est décrit ci-dessus.

Comment se préparer à la vaccination

Visitez une clinique de vaccination contre la COVID-19 :

Pour en savoir plus sur les vaccins, veuillez consulter la page web Vaccin contre la COVID-19.

Visitez notre Tableau de bord de la vaccination contre la COVID-19 qui offre des renseignements à jour sur la vaccination contre la COVID-19 à Ottawa.

Cliniques, accessibilité et transport

Suis-je éligible pour la vaccination à domicile?
  • Si vous avez un problème de santé ou des besoins particuliers qui vous empêchent de vous rendre dans une clinique, une pharmacie ou votre fournisseur de soins primaires pour recevoir le vaccin COVID-19, une équipe peut venir à votre domicile pour vous offrir la vaccination ainsi qu'à votre soignant. 
  • Veuillez appeler le 613-691-5505, pour demander la vaccination à domicile. 
  • Une infirmière vous contactera pour évaluer votre admissibilité et obtenir plus d'informations pour réserver une date et une heure. 
Si j'ai des symptômes ou si l'on m'a dit de m'auto-isoler, puis-je quand même aller à mon rendez-vous de vaccination ?

Non. Si vous avez des symptômes de la COVID-19 ou si on vous a dit de vous auto-isoler, vous ne devez pas vous rendre à votre rendez-vous de vaccination.

Lorsque vous vous sentirez bien et sortirez de l'isolement, vous pourrez vous rendre à n'importe quelle clinique, muni d'une preuve de votre confirmation de rendez-vous. 

Pour en savoir plus sur les vaccins, veuillez consulter la page web Vaccin contre la COVID-19.

Les sites des cliniques de vaccination sont-ils accessibles?

Oui. Les normes de conception accessible de la Ville d’Ottawa ont été respectées dans la sélection des sites. Ces normes comprennent des considérations relatives à l’accessibilité en vertu du code du bâtiment. Des visites sur place ont été effectuées pour s’assurer que :  

  • les portes étaient dotées d’ouvreportes automatiques; 

  • les salles de bains étaient accessibles; 

  • des rampes étaient installées au besoin;  

  • des places de stationnement accessibles étaient disponibles; 

  • des sièges étaient disponibles pour les personnes dans l’incapacité de rester debout pendant de longues périodes; 

  • des zones dembarquement et de débarquement des passagers accessibles de Para Transpo avec une aire d’attente intérieure étaient désignées; 

  • l’environnement était sans parfum. 

La largeur des couloirs et le rayon de giration continueront d’être pris en considération pendant que les cliniques seront en activité. D’autres mesures de soutien liées à l’invalidité peuvent être fournies lorsqu’elles sont recensées pendant la prise de rendezvous. 

En raison de la disponibilité limitée, nous demandons aux personnes qui le peuvent dapporter leur fauteuil roulant. Toutefois, des fauteuils roulants standards et bariatriques sont disponibles à tous les sites des cliniques de vaccination. 

Du personnel sera disponible dans les cliniques pour aider les résidents qui se présentent à leur rendezvous de vaccination. Veuillez aviser le personnel des mesures de soutien dont vous avez besoin à votre arrivée. Les clients qui ont besoin d’aide pourront être accompagnés d’une personne de soutien à la clinique de vaccination. 

Vous pourrez vous asseoir pendant que vous attendez votre vaccin. Des fauteuils bariatriques sont disponibles à tous les sites. 

Des salles sensorielles calmes sont accessibles à tous les sites. Veuillez aviser le personnel si vous avez besoin d’accéder à cet espace. 

Si vous avez besoin d’autres mesures d’adaptation en raison d’un handicap, veuillez remplir le formulaire Évaluation de l’accessibilité dans les cliniques de vaccination contre la COVID-19, au moins 48 heures avant votre rendezvous. Avec moins de 48 heures de préavis, Santé publique Ottawa s’efforcera de répondre à tous vos besoins en matière de mesures d’adaptation, mais il se peut qu’on ne soit pas en mesure de répondre à toutes vos exigences. 

Si vous avez besoin d’aide pour remplir le formulaire de mesures d’adaptation, veuillez composer le 613-691-5505. 

Visitez une clinique de vaccination contre la COVID-19 :

Y a-t-il des places de stationnement aux cliniques communautaires?

Des options de stationnement gratuit sont disponibles dans chacune des cliniques communautaires

Puis-je me faire accompagner par une personne de soutien durant mon rendez‑vous?
Oui. Si vous avez besoin de l’aide d’une personne de soutien, cette personne peut assister au rendez-vous avec vous. Du personnel sera sur place, dans les cliniques, pour aider les résidents qui arrivent en vue de se faire vacciner. Afin de réduire l’achalandage dans les cliniques, nous vous demandons de n’amener que les personnes de soutien qui sont essentielles pour vous.
Des supports de communication sont-ils disponibles sur place?
Oui. Le personnel de la clinique peut accéder à des services d'interprétation par téléphone si nécessaire. Toutefois, les clients qui souhaitent se faire accompagner d'une personne de confiance pour les aider à interpréter sur place sont les bienvenus. Il y a une limite d'une personne de soutien par client.
Transport vers les cliniques de vaccination contre la COVID-19 et Para Transpo

On encourage les résidents qui sont admissibles à la vaccination à prévoir leur transport avant leur rendez-vous. Vous pouvez notamment utiliser le transport en commun ou demander à un ami, à un membre de votre famille ou à un fournisseur de soins de vous conduire à votre clinique désignée.

Plusieurs services de soutien sont disponibles pour vous aider à vous rendre à votre rendez-vous et à en revenir :

  • Utilisez le Planificateur de trajet pour planifier votre trajet vers l’une des cliniques de vaccination situées à Ottawa.
  • Si vous êtes un usager de Para Transpo, vous pouvez réserver votre déplacement à l’aide de la ligne téléphonique de réservation de trajets pour la vaccination contre la COVID-19 au 613-842-3600, entre 10 h et 20 h.
  • Si vous êtes un résident âgé de 65 ans ou plus ou un adulte handicapé, vous pouvez demander un transport par l’intermédiaire du Service de transport communautaire d’Ottawa après avoir pris votre rendez-vous. Le Service de transport communautaire d’Ottawa communiquera directement avec vous pour confirmer votre transport.

Si vous ou l’une de vos connaissances avez besoin d’un transport, mais n’avez pas accès à Internet, veuillez composer le 211. Un représentant remplira le formulaire en ligne en votre nom. Lors de votre appel, veuillez avoir à portée de la main votre numéro de confirmation de rendez-vous pour la vaccination.

  • Si vous n’êtes pas admissible aux services de Para Transpo ni au Service de transport communautaire d’Ottawa, vous pouvez demander l’assistance d’un conducteur bénévole en remplissant le formulaire en ligne VaxAide ou en composant le 613-869-8221.

Des protocoles relatifs à la COVID‑19 sont en place pour assurer la sécurité des passagers et des conducteurs, et le port du masque est obligatoire.

Visitez une clinique de vaccination contre la COVID-19 :

Comment puis-je parler à mes amis, aux membres de ma famille, à mes collègues ou à mes employés qui ne sont pas certains de se faire vacciner contre la COVID-19? 

Téléchargez notre guide ci-dessous et apprenez des conseils pratiques sur comment aider vos proches à se sentir plus confiant pour prendre le vaccin contre la COVID-19.  

COMMENT PARLER DES VACCINS Conseils pour renforcer la conance dans les vaccins et atténuer la réticence face à la vaccination (PDF - 1, 371 KB)

Avoir des questions concernant le vaccin est tout à fait normal. Apprenez-en davantage sur une variété de choses tels que l’efficacité et les effets secondaires potentiels des vaccins. Consulter notre foire aux questions concernant les vaccins contre la COVID-19

Comment puis-je aider un ami, un membre de la famille ou un voisin à prendre rendez-vous pour se faire vacciner?  
Si vous aidez quelquun à prendre rendez-vous, voici ce que vous devez faire et avoir à votre disposition. Idéalement, à condition de respecter les mesures de sécurité en vigueur, la personne est à vos côtés pour apporter des précisions et répondre à des questions.  
  • Obtenir le consentement du membre de la famille, de lami ou du voisin avant de laider à prendre rendez-vous pour se faire vacciner, car vous serez amené à fournir des renseignements personnels sur sa santé à des fins dévaluation.  

  • Visiter santepubliqueottawa.ca/vaccincovid19 pour vérifier les critères dadmissibilité actuels. 

  • Si elle est admissible, suivre les instructions données ou appeler le numéro de téléphone indiqué pour prendre rendez-vous. 

  • Si vous prenez rendez-vous par téléphone, avisez le préposé aux rendez-vous que vous aidez une autre personne à prendre rendez-vous et que vous avez son consentement pour le faire en son nom.  

  • Noter la date, lheure et le lieu du rendez-vous. Donner ces renseignements à la personne que vous aidez. 

Pour aider une personne à prendre rendez-vous pour se faire vacciner, vous aurez besoin 

  • de sa date de naissance; 

  • de son adresse et de son code postal;  

  • des coordonnées pour la rejoindre (téléphone, courriel); 

  • dinformations générales sur sa santé. Le préposé contrôlera son état de santé. Avant de prendre rendez-vous, la personne devra consulter son prestataire de soins de santé au sujet du vaccin et vérifier si lun des critères suivants sapplique. 

Le préposé vous demandera si la personne : 

  • a eu une réaction allergique à une dose antérieure de vaccin; 

  • a une maladie auto-immune ou est immunodéprimée 

Un service de traduction est offert aux résidents dont la langue maternelle nest ni langlais ni le français. Veuillez informer le préposé de la langue dans laquelle vous avec besoin daide.   

Remarque: Une personne de soutien peut accompagner une autre personne à un rendez-vous de vaccination, au besoin.  

Comment puis-je soutenir une personne dont je suis le mandataire, qui requiert mon soutien pour remplir un formulaire de consentement, si je ne peux pas l’accompagner à la clinique de vaccination?
Si vous êtes le mandataire d’une personne ayant besoin de soutien pour donner son consentement, il est préférable que vous accompagniez cette personne à la clinique lorsqu’elle se fera vacciner.

Si vous ne pouvez pas accompagner la personne lors de son rendez-vous à la clinique, veuillez remplir une copie électronique du consentement que la personne pourra présenter à la clinique. Le consentement doit être rempli et doit comprendre le nom complet du mandataire, ainsi que son numéro de téléphone. Bien qu’une copie électronique soit préférable, si une telle option n’est pas possible, une copie papier peut être apportée à la clinique.

Les cliniques de vaccination de SPO sont sans papier, et donc les consentements en papier ne sont pas conservés à la clinique.

Afin d’obtenir le formulaire de consentement à remplir, consultez le site du ministère de la Santé, sous Formulaire de consentement pour le vaccin contre la COVID-19, version 3.0, en date du 11 mars 2021 – Formulaire de consentement pour le vaccin contre la COVID-19 (gov.on.ca).

Vers le haut

Informations sur les vaccins pour la jeunesse

Les enfants et les jeunes de 12 à 17 ans peuvent-ils consentir à recevoir un vaccin contre la COVID-19? 
Oui. La Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé de l’Ontario stipule qu’il n’y a pas d’âge minimum pour consentir à des soins de santé. Les enfants et les jeunes de 12 à 17 ans pourront consentir pour eux-mêmes lors de leur rendez-vous de vaccination. Les enfants ou les jeunes ne recevront un vaccin que s’ils sont capables de prendre la décision et de montrer qu’ils comprennent à quoi sert le vaccin et pourquoi ils le reçoivent. Les personnes qui se font vacciner doivent comprendre :

La personne qui administre le vaccin et la famille doivent respecter la décision du jeune concernant le vaccin. Cela signifie qu’il est possible que votre enfant refuse le vaccin même si vous souhaitez qu’il le reçoive. SPO recommande aux parents et aux tuteurs de discuter du vaccin contre la COVID-19 avec leurs enfants admissibles avant le rendez-vous de vaccination. Le vaccin contre la COVID-19 est volontaire.

Si un enfant ou un jeune n’est pas en mesure de donner son consentement, un mandataire spécial, tel qu’un parent ou un tuteur, doit le faire.

Un parent ou un tuteur peut assister à un rendez-vous de vaccination avec son enfant, mais ce n’est pas obligatoire, sauf si l’enfant ne peut pas consentir lui-même ou a besoin de soutien. 

Le vaccin contre la COVID-19 est-il recommandé pour les enfants et les jeunes âgés de 12 à 18 ans?

Oui. Le vaccin de Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 est recommandé pour les jeunes compte tenu de son efficacité et de son profil d’innocuité. 

Le Comité consultatif national sur l’immunisation (CCNI) recommande qu’une série complète de Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 soit offerte aux jeunes de 12 à 18 ans qui n’ont pas de contre-indications au vaccin.  

Selon le CCNI, les essais cliniques ont démontré une excellente capacité à protéger les adolescents de 12 à 15 ans contre la maladie de la COVID-19 confirmée. Après 2 doses, on estime que le vaccin protégera entre 75 % et 100 % des personnes vaccinées dans ce groupe d’âge. 

Lors des essais cliniques, le Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 était bien toléré chez les adolescents de 12 à 15 ans. Comparativement aux personnes âgées de 18 à 55 ans, les adolescents âgés de 12 à 15 ans présentaient plus souvent des effets secondaires de maux de tête, de frissons et de fièvre. L’innocuité et l’efficacité continueront d’être surveillées chez les participants aux essais cliniques et chez ceux qui reçoivent le vaccin par l’entremise de programmes de santé publique. Le CCNI surveille de près les données probantes et met à jour ses directives au besoin.  

Il est très important que nous continuions à suivre les mesures de santé publique (par exemple, la distanciation physique, la restriction des contacts rapprochés, le port d’un masque, rester à la maison quand nous sommes malades et pratiquer une bonne hygiène des mains) pour nous protéger les uns les autres, que nous ayons reçu ou non un vaccin. La COVID-19 est toujours dans la communauté. Le vaccin ne protège pas tout le monde, particulièrement après une seule dose.  

Veuillez continuer à consulter la page Web sur le vaccin contre la COVID-19 pour obtenir des détails sur la façon de prendre un rendez-vous pour la vaccination contre la COVID-19 de votre enfant ou adolescent. 

À quoi dois-je m’attendre lors de mon rendez-vous pour le vaccin contre la COVID-19?   
Veuillez vous présenter à la clinique pas plus de 10 minutes avant l’heure de votre rendez-vous. Une fois dans l’immeuble, vous serez soumis à des questions pour dépister la COVID-19 (pas un test) et vous serez interrogé sur votre rendez-vous. Assurez-vous d’apporter ce qui suit :
  • votre code de confirmation de réservation ou votre courriel. Vérifiez votre dossier de pourriel si vous avez des difficultés à trouver votre courriel.
  • votre carte Santé de l’Ontario, si vous en avez une. Si vous n’en avez pas : une lettre de votre école, d’un fournisseur de soins médicaux ou d’un chef religieux indiquant le nom, la date de naissance et l’adresse de l’enfant.
  • votre carnet de vaccination, s’il est disponible, pour garder trace de votre vaccin contre la COVID-19
  • un formulaire d’allergie, si vous avez une allergie présumée au vaccin contre la COVID-19 ou à l’un de ses ingrédients ou si vous avez déjà eu une réaction allergique à un vaccin.
  • un masque
  • une personne de soutien, si nécessaire. Il peut s’agir de vos parents, de votre tuteur ou de quelqu’un d’autre qui vous soutient.

Consultez ces ressources avant votre rendez-vous pour le vaccin contre la COVID-19 :

COVID-19 vaccination pour les jeunes

Ministère de la Santé : Ce que vous devez savoir à propos de votre rendez-vous pour recevoir le vaccin contre la COVID-19

Youth Kids Health First Vaccins contre la COVID-19 pour les jeunes de l’Ontario  

Visitez une clinique de vaccination contre la COVID-19 :

 

Que dois-je savoir sur le vaccin contre la COVID-19? 

Autres ressources :

Quelles autres ressources dois-je connaître? 
The Link Ottawa- TikTok @thelinkottawa 

The Link Ottawa- Instragram @thelinkottawa 

Suis-je tenu, en vertu de la Loi sur l’immunisation des élèves, de communiquer le statut de vaccination de mon enfant contre la COVID‑19 et, le cas échéant, dois-je remplir une déclaration de conscience ou de croyance religieuse?

Non, pour l’instant, vous n’êtes pas tenu de communiquer le statut de vaccination de votre enfant contre la COVID-19 ni de remplir une déclaration de conscience ou de croyance religieuse. Cette déclaration s’applique aux vaccins obligatoires mentionnés dans la Loi sur l’immunisation des élèves. Or, bien que le vaccin contre la COVID‑19 soit fortement recommandé pour les personnes admissibles, actuellement, il n’est pas obligatoire. En cas d’exposition de votre enfant au virus, Santé publique Ottawa (SPO) peut toutefois demander quel est son statut de vaccination dans le cadre de la gestion des cas et des contacts afin de déterminer les exigences en matière d’isolement. SPO vous donnera des directives supplémentaires quand elle vous contactera.

Autres questions

Vers le haut

Éligibilité

Puis-je me faire vacciner en même temps qu'un membre de ma famille ou mon partenaire?

Des rendez-vous individuels doivent être faits pour chaque personne éligible à un vaccin.

Comment saurai-je que je peux recevoir le vaccin?

Pour l’instant, les stocks de vaccins sont limités. Nous prévoyons une augmentation des stocks au cours des prochains mois, et la Ville d’Ottawa et Santé publique Ottawa communiqueront donc par multiples médias quels sont les groupes admissibles à recevoir le vaccin. Ils peuvent aussi s’inscrire au bulletin d’information par courriel sur les mises à jour concernant les vaccins contre la COVID-19 afin d’obtenir des nouvelles régulièrement sur le déploiement des vaccins. 

Qui est actuellement admissible au vaccin contre la COVID-19?

Qui peut recevoir leur première et deuxième dose?
  • Toute personne âgée de six mois ans ou plus au moment de son rendez-vous est actuellement éligible pour recevoir un vaccin contre la COVID-19.
  • Les vaccins Comirnaty de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca/COVISHIELD nécessitent deux doses. Tous les résidents sont encouragés à se faire vacciner dès qu'ils le peuvent et à recevoir leur deuxième dose dès qu'ils sont éligibles pour assurer une protection maximale contre la COVID-19.
Comment les personnes peuvent-elles recevoir le vaccin Novavax (Nuvaxovid) contre la COVID-19?

Aucune réservation n’est possible sur le portail provincial. Les réservations se font auprès de votre bureau de santé publique local. Utilisez ce formulaire en ligne pour vous inscrire pour un vaccin contre la COVID-19 de Novavax. 

Visitez notre page Web de questions fréquemment posées sur la vaccination contre la COVID-19 pour en savoir plus sur le vaccin Novavax (Nuvaxovid) contre la COVID-19.

Qui peut recevoir une série primaire de trois doses?

Une série primaire de trois doses fait référence à une série de trois doses d’un vaccin contre la COVID-19 offerte aux personnes immunodéprimées ou aux personnes vulnérables. Une troisième dose est ajoutée à la série standard primaire à deux doses afin d’accroître la réponse immunitaire et d’établir un niveau de protection adéquat pour les personnes qui n’ont pas développé d’immunité ou qui ont développé une réponse immunitaire sous-optimale à une série primaire de deux doses.  

Certaines personnes immunodéprimées peuvent recevoir une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 huit semaines après leur deuxième dose, dans le cadre d’une série primaire prolongée. Prenez note que dans certains cas, l’intervalle peut être réduit selon les conseils du fournisseur de soins de santé ou du spécialiste. 

Admissibilité 

  • un receveur de greffe (y compris les greffes d’organes solides et les greffes de cellules souches hématopoïétiques); 
  • une personne qui reçoit un traitement actif (chimiothérapie, thérapies ciblées, immunothérapie) pour un trouble hématologique malin ou une tumeur solide; 
  • une personne qui reçoit un traitement par récepteurs d’antigènes chimériques (CAR-T) ou une greffe de cellules souches hématopoïétiques (dans les deux ans qui suivent la greffe ou le traitement immunosuppresseur); 
  • une personne qui présente une immunodéficience primaire modérée ou grave (par exemple, syndrome de DiGeorge, syndrome de Wiskott-Aldrich); 
  • une personne atteinte du VIH et ayant déjà présenté une maladie indicatrice du SIDA ou un nombre de lymphocytes CD4 ≤ 200/mm3 ou un pourcentage de lymphocytes CD4 ≤ 15 % ou une infection au VIH périnatal (enfants);
  • une personne qui reçoit un traitement actif avec l’une des catégories suivantes du traitement immunosuppresseur : anti-lymphocytes B (anticorps monoclonaux ciblant les antigènes CD19, CD20 et CD22), corticostéroïdes à action systémique à dose élevée, agents alkylants, antimétabolites ou inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale et autres agents biologiques qui sont considérablement immunosuppresseurs; ou une personne qui prend des médicaments immunosuppresseurs spécifiques; 
  • une personne sous dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale). 

La troisième dose de vaccin sera administrée au moins deux mois (huit semaines) après la deuxième dose. Il est possible de recevoir la troisième dose sans rendez-vous dans toutes les cliniques communautaires d’Ottawa pendant leurs heures d’ouverture. 

Les résidents d’Ottawa qui satisfont à ces critères doivent présenter l’un des éléments suivants pour recevoir leur troisième dose : 

  • une lettre de leur spécialiste ou programme hospitalier; 

  • un paquet d’ordonnance, une étiquette ou un reçu de la pharmacie d’un médicament immunosuppresseur énuméré par le gouvernement de l’Ontario. L’ordonnance doit clairement indiquer le nom du patient, le nom du médicament, la date de délivrance et le nom du médecin traitant. 

Qui peut recevoir sa première dose de rappel?

La vaccination et l’application des mesures de santé publique comme porter un masque, éviter les rassemblements et rester chez soi lorsqu’on est malade, demeurent notre meilleure défense contre la COVID-19. 

Santé publique Ottawa recommande une première dose de rappel troisième dose du vaccin contre la COVID-19 aux personnes qui y sont admissibles. Les patients peuvent être orientés vers notre page sur les questions fréquemment posées concernant la vaccination contre la COVID-19 pour de plus amples renseignements. 

Admissibilité à la première dose de rappel 

  • La première dose de rappel d’un vaccin à ARNm contre la COVID-19 (Pfizer ou Moderna) est recommandée en Ontario pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans si au moins 168 jours (environ six mois) se sont écoulés depuis leur deuxième dose. 

  • Les personnes doivent avoir 12 ans le jour où ils reçoivent le vaccin. 

  • La première dose de rappel d’un vaccin contre la COVID-19 approuvé est recommandée en Ontario pour les personnes âgées de 18 ans et plus si au moins cinq mois (140 jours) se sont écoulés depuis qu’elles ont reçu leur deuxième dose (ou une dose du vaccin de Janssen). 

  • Les personnes peuvent choisir de recevoir leur première dose de rappel aussi tôt que trois mois (84 jours) après leur deuxième dose. Selon le Comité consultatif national de l'immunisation, il a été démontré que des intervalles plus longs entre les doses entraînent une meilleure réponse immunitaire et une efficacité vaccinale quelque peu supérieure à des intervalles plus courts. Consultez votre fournisseur de soins de santé pour obtenir une recommandation individuelle et pour évaluer les risques et les avantages personnels de recevoir son vaccin dans un délais plus court. 

  • Les rendez-vous sont encouragés car la capacité sans rendez-vous sera limitée dans nos cliniques communautaires. Les résidents peuvent prendre rendez-vous dans une clinique communautaire sur le portail provincial de vaccination contre la COVID-19 ou en appelant l’InfoCentre provincial pour la vaccination au 1 833 943-3900. 

Veuillez vous assurer que l’intervalle de temps minimal s’est écoulé entre la deuxième et la première dose de rappel. 

Qui peut recevoir sa deuxième dose de rappel?

Le gouvernement de l’Ontario a élargi l’admissibilité à la deuxième dose de rappel aux Ontariennes et aux Ontariens âgés de 18 ans et plus, ainsi qu’aux personnes modérément ou gravement immunodéprimées entre 12 et 17 ans.  

Une deuxième dose de rappel fournit une mesure de protection supplémentaire.  

Les personnes admissibles peuvent prendre rendez-vous par l’entremise du portail pour la vaccination contre la COVID-19 ou en communiquant avec l’InfoCentre provincial pour la vaccination au 1-833-943-3900. Les personnes admissibles peuvent également prendre rendez-vous dans une pharmacie locale. Le service sans rendez-vous sera limité; les résidents sont encouragés à prendre rendez-vous dans une clinique de vaccination communautaire. Certains médecins de famille offrent la dose de rappel également.  

La deuxième dose de rappel est offerte cinq mois (140 jours) après qu’une personne a reçu sa première dose de rappel.   

Renseignements à l’intention des personnes modérément ou gravement immunodéprimées entre 12 et 17 ans : 

La deuxième dose de rappel est offerte six mois (168 jours) après la première dose de rappel. Cet intervalle peut être associé à un risque plus faible de myocardite avec ou sans péricardite. Avec le consentement éclairé, les personnes de ce groupe peuvent recevoir une deuxième dose de rappel après trois mois (84 jours) après la première dose de rappel. 

Les personnes peuvent choisir de recevoir leur deuxième dose de rappel aussi tôt que trois mois (84 jours) après leur première dose de rappel. Selon le Comité consultatif national de l’immunisation, une meilleure réponse immunitaire et une efficacité légèrement accrue ont été obtenues en respectant des intervalles plus longs entre les doses.   

Santé publique Ottawa recommande que les personnes à risque élevé de maladie grave reçoivent leur deuxième dose de rappel dès que possible :  

  • les résidents d’un foyer de soins de longue durée, d’une maison de retraite ou d’un pavillon de soins aux aînés et les adultes âgés vivant dans un autre type d’habitation collective fournissant des services de santé et de logement avec assistance.  

Les personnes qui ont reçu leur dose de rappel initial entre 84 jours (trois mois) et 140 jours (cinq mois) doivent appeler la ligne provinciale de prise de rendez-vous pour la vaccination au 1-833-943-3900, entre 8 h et 20 h, pour prendre rendez-vous.  

Selon le Comité consultatif national de l’immunisation, une meilleure réponse immunitaire et une efficacité légèrement accrue ont été obtenues en respectant des intervalles plus longs entre les doses. Veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé pour des recommandations particulières et pour évaluer les risques et avantages d’un intervalle plus court. 

Pour plus d’information, veuillez consulter les Recommandations concernant la dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 du ministère de la Santé

Vers le haut

Vaccin de Novavax contre la COVID-19 

En quoi consiste le vaccin de Novavax contre la COVID-19?
Le vaccin Nuvaxovid de Novavax contre la COVID-19 est un vaccin à sous-unité de protéine recombinante à deux doses. Santé Canada a autorisé son utilisation chez les adultes de 18 ans et plus le 17 février 2022.  

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande un intervalle de huit semaines entre la première dose et la deuxième. 

Le CCNI recommande de préférence qu’une série complète du vaccin à ARNm contre la COVID-19 soit offerte aux personnes du groupe d’âge autorisé qui ne présentent pas de contre-indications au vaccin. 

Le CCNI recommande qu’un vaccin à sous-unité de protéine recombinante contre la COVID-19 (Nuvaxovid de Novavax) soit offert aux personnes du groupe d’âge autorisé qui ne présentent pas de contre-indications au vaccin et qui ne peuvent ou ne veulent pas recevoir un vaccin à ARNm contre la COVID-19. 

Le vaccin Nuvaxovid de Novavax peut être offert dans une série primaire de vaccins mixtes (après une ou deux doses d’un vaccin à ARNm) ou comme dose de rappel (3e ou 4e dose) aux personnes qui ne peuvent pas recevoir de vaccin à ARNm pour cause de contre-indications ou qui choisissent de ne pas recevoir de vaccin à ARNm. 

Qu’est-ce qu’un vaccin à sous-unité de protéine recombinante?

Un vaccin à sous-unité de protéine recombinante est un type de vaccin qui utilise des protéines inoffensives et purifiées du virus pour déclencher une réponse immunitaire dans l’organisme. La réponse immunitaire signifie que notre corps reconnaîtra le virus et le combattra en cas d’exposition à la COVID-19. Certains vaccins à sous-unités protéiques, comme celui de Novavax, comprennent également des adjuvants. Un adjuvant est une substance ajoutée au vaccin qui contribue à créer une réponse immunitaire plus forte et plus durable.

Ces types de vaccins ne peuvent pas causer la COVID-19. Ils contiennent seulement de petites parties de protéines purifiées qui contribuent à déclencher une réponse immunitaire, et non le virus lui-même.  

Les vaccins à sous-unités protéiques sont déjà utilisés pour prévenir d’autres maladies évitables par la vaccination, comme l’hépatite B.   

Source : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/vaccins/sous-unitaires-base-proteine.html  

Admissibilité au vaccin de Novavax contre la COVID-19
Les vaccins à ARNm demeurent ceux que l’on recommande aux personnes admissibles. Les personnes âgées de 18 ans et plus peuvent recevoir le vaccin de Novavax contre la COVID-19 si elles répondent aux critères suivants : 
  • Elles doivent être âgées de 18 ans ou plus; 
  • Elles doivent vivre, travailler ou fréquenter un établissement scolaire à Ottawa; 
  • Elles  ne doivent pas présenter d’allergie confirmée à l’un des composants du vaccin ou à son contenant (le bouchon de la fiole est en caoutchouc de bromobutyle qui est sans latex); *Veuillez consulter Santé Canada pour obtenir la liste complète des ingrédients du vaccin; 
  • Elles ne doivent pas être en mesure de recevoir un vaccin à ARNm en raison de contre-indications ou préférer ne pas recevoir de vaccin à ARNm. 

Pour plus d'informations sur les recommendations du CCNI pour des populations spécifiques, veuillez consulter la questions Vaccination pour des groupes particuliers.

Comment puis-je obtenir le vaccin contre la COVID-19 de Novavax ?
Aucune réservation n’est possible sur le portail provincial. Les réservations se font auprès de votre bureau de santé publique local. Utilisez ce formulaire en ligne pour vous inscrire pour un vaccin contre la COVID-19 de Novavax. 
Efficacité

Les essais cliniques ont montré qu’à partir d’une semaine après la deuxième dose, le vaccin Nuvaxovid® de Novavax contre la COVID-19 était : 

  • efficace à 90 % pour protéger les participants aux essais cliniques âgés de 18 ans et plus contre la COVID-19. 

On ne dispose pas de données sur l’efficacité ou l’efficience des vaccins contre les variants Delta ou Omicron en particulier, bien qu’il existe pour ces variants une quantité limitée de données sur l’immunogénicité des doses de rappel des essais cliniques. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter les Recommandations du CCNI sur l’utilisation du vaccin Nuvaxovid de Novavax contre la COVID-19

Effets secondaires courants du vaccin de Novavax contre la COVID-19

Il est courant de ressentir des effets secondaires temporaires après avoir été vacciné.  

Au point d’injection :  

  • rougeur, douleur, enflure 

Symptômes généraux :  

  • frissons 
  • fatigue 
  • douleurs articulaires
  • maux de tête 
  • fièvre légère 
  • douleurs musculaires 
  • nausées et vomissements 
Quels sont les renseignements disponibles sur la myocardite ou la péricardite à la suite de la vaccination?

Les données des essais cliniques montrent que des cas légers de myocardite et de péricardite ont été signalés chez des personnes ayant reçu le vaccin Novaxovid de Novavax contre la COVID-19. Selon le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), il n’est pas certain que ces cas sont révélateurs d’un signalement en matière d’innocuité. Une surveillance de l’innocuité est nécessaire après la mise en marché pour déterminer s’il s’agit d’un événement indésirable d’intérêt associé au vaccin Nuvaxovid de Novavax. Cette surveillance est effectuée régulièrement. 

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter les Recommandations du CCNI sur l’utilisation du vaccin Nuvaxovid de Novavax contre la COVID-19

Vaccination pour des groupes particuliers

Veuillez consulter les Recommandations du CCNI sur l’utilisation du vaccin Nuvaxovid de Novavax contre la COVID-19

Selon le CCNI, l’innocuité et l’efficacité du vaccin Nuvaxovid de Novavax n’ont pas été établies pour les groupes suivants : 

  • les personnes qui ont déjà été infectées par le SRAS-CoV-2; 
  • les personnes immunodéprimées en raison d’une maladie ou d’un traitement; 
  • les personnes qui sont enceintes ou qui allaitent; 
  • les personnes atteintes d’une maladie auto-immune. 

Le consentement éclairé devrait comprendre une discussion sur le fait qu’il existe actuellement peu de preuves sur l’utilisation du vaccin Nuvaxovid de Novavax au sein de ces populations, tandis que des preuves sur le profil d’innocuité et l’efficacité des vaccins à ARNm contre la COVID-19 au sein de ces populations sont fondées sur l’utilisation réelle de ces vaccins par un grand nombre de personnes. 

Le CCNI continuera de surveiller les données probantes et de mettre à jour les recommandations, au besoin. 

Y a-t-il des contre-indications ou des précautions particulières quant au vaccin de Novavax?

Au moment de l’approbation, il n’y a aucun avertissement grave ou de précaution importante quant au vaccin Nuvaxovid de Novavax contre la COVID-19. 

L’allergie aux ingrédients contenus dans un vaccin ou à son contenant est considérée comme une contre-indication. Le polysorbate 80 est un allergène potentiel présent dans le vaccin de Novavax. On le trouve dans plusieurs préparations médicales comme les huiles vitaminées, les comprimés, les agents anticancéreux, ainsi que dans les produits cosmétiques. Pour obtenir la liste complète des ingrédients, veuillez consulter la page sur le vaccin Nuvaxovid de Novavax contre la COVID-19

Utilisation de la dose de rappel

Le vaccin Novavax contre la COVID-19 peut être offert comme dose(s) de rappel aux personnes qui ne présentent pas de contre-indications et qui ne peuvent ou ne veulent pas recevoir de vaccin à ARNm, peu importe les vaccins contre la COVID‑19 reçus en série primaire.

En Ontario, une première dose de rappel est recommandée au moins 5 mois après la fin d’une série primaire (soit une série primaire de 2 doses, soit une série primaire de 3 doses pour les personnes immunodéprimées) pour les personnes admissibles.

En Ontario, une deuxième dose de rappel est recommandée au moins 5 mois après la première dose de rappel pour certains groupes. Toutes les personnes âgées de 18 ans ou plus en Ontario sont maintenant admissibles à une deuxième dose de rappel à un intervalle recommandé d’au moins 5 mois après la première dose de rappel.

La recommandation d’utiliser le vaccin Novavax contre la COVID‑19 comme dose de rappel n’est pas indiquée sur l’étiquette, car le vaccin Novavax contre la COVID‑19 n’est pas actuellement autorisé à être utilisé par Santé Canada à titre de dose de rappel au Canada. Le consentement éclairé devrait comprendre une discussion sur ce qui est connu et inconnu au sujet des avantages et des risques de l’utilisation du vaccin Nuvaxovid de Novavax comme dose de rappel, y compris le statut de cette recommandation qui ne se trouve pas sur l’étiquette.

Pour de plus amples renseignements, consultez les documents Administration du vaccin contre la COVID‑19 et Recommandations concernant la dose de rappel du vaccin contre la COVID‑19 du ministère de la Santé.

Vaccins reçus à l'extérieur du Canada, de l'Ontario ou Ottawa ou par un programme fédéral

Si j’ai reçu ma première dose du vaccin contre la COVID-19 dans une ville donnée en Ontario, puis-je recevoir ma deuxième dose de ce vaccin ailleurs en Ontario?

Oui. Le cas échéant, vous pouvez recevoir la prochaine dose du vaccin contre la COVID-19 dans un autre endroit en Ontario que la ville où vous avez reçu votre première dose de ce vaccin.  

Lorsque vous vous inscrirez dans le système de réservation de la province pour recevoir la prochaine dose, entrez le code postal de l’adresse où vous vivrez au moment de recevoir cette dose.  

Par exemple, si vous avez reçu votre première dose à Ottawa, mais que vous devez déménager à Toronto à l’automne pour poursuivre vos études et serez dans cette ville au moment prévu de l’administration de votre deuxième dose, utilisez votre nouveau code postal pour prendre votre rendez-vous de vaccination.    

J'ai reçu une ou plusieurs doses d'un vaccin COVID-19 à l'extérieur de la province de l'Ontario. Que devrais-je faire?

Si vous avez reçu une ou plusieurs doses d’un vaccin contre la COVID-19 à l’extérieur de la province de l’Ontario, vous pouvez fournir votre preuve de vaccination à Santé publique Ottawa. Veuillez remplir le formulaire Documentation relative aux doses de vaccin contre la COVID-19 reçues à l’extérieur de la province pour aviser Santé publique Ottawa que l’administration de votre dose est survenue à l’extérieur de la province, puis téléverser la documentation que vous avez reçue.

Ne pas utiliser ce formulaire pour soumettre de l’information sur l’exemption médicale.

Ce formulaire  doit être rempli par les résidents de la Ville d’Ottawa uniquement.

Si vous résidez à l’extérieur d’Ottawa, mais en Ontario, communiquez avec le bureau de santé publique de votre région pour présenter une preuve de votre vaccination hors province.

Si vous êtes en visite à Ottawa, vous n’avez pas besoin de remplir ce formulaire. Si vous venez de l’extérieur du Canada, veuillez consulter les exigences d’entrée du gouvernement du Canada.

Veuillez noter que vous pouvez continuer d’utiliser le reçu original (papier ou numérique) que vous avez reçu au moment de votre vaccination comme preuve de vaccination.

J’ai reçu une ou deux doses d’un vaccin contre la COVID-19 à l’extérieur du Canada, dont l’utilisation n’est pas autorisée au Canada. Puis-je recevoir d’autres doses?

Si vous avez reçu une ou deux doses d’une série de vaccins contre la COVID-19 à l’extérieur du Canada et dont l’utilisation n’est pas autorisée au Canada, vous pouvez recevoir une dose supplémentaire d’un vaccin contre la COVID-19. Vous êtes également admissible à l’administration d’une dose de rappel trois (3) mois (84 jours) après avoir reçu votre dose supplémentaire si vous avez au moins 18 ans, ou six (6) mois (168 jours) après avoir reçu votre dose supplémentaire si vous avez au moins 12 ans. Veuillez vous présenter à une clinique de vaccination contre la COVID-19 pour recevoir votre vaccin contre la COVID-19 dont l’utilisation est approuvée au Canada. Vous pourriez aussi être admissible à l’administration d’une deuxième dose de rappel, laquelle est recommandée cinq (5) mois (140 jours) après l’administration de la première dose de rappel. Pour en savoir plus ou déterminer si vous êtes admissible à recevoir une deuxième dose de rappel, veuillez consulter la page Qui peut recevoir une quatrième dose? 

Si vous habitez à Ottawa, veuillez remplir le formulaire Documentation relative aux doses de vaccin contre la COVID-19 pour informer Santé publique Ottawa que vous avez reçu des doses d’un vaccin à l’extérieur de la province et télécharger la documentation que vous avez reçue. 

J’ai reçu trois doses d’un vaccin contre la COVID-19 à l’extérieur du Canada, dont l’utilisation n’est pas autorisée au Canada. Puis-je recevoir d’autres doses d’un vaccin contre la COVID-19? 

Si vous avez reçu trois doses d’une série de vaccins contre la COVID-19 à l’extérieur du Canada, dont l’utilisation n’est pas approuvée au Canada à l’heure actuelle, vous pouvez recevoir une dose de rappel. Vous pouvez recevoir votre première dose de rappel trois mois (84 jours) après votre dernière dose si vous avez au moins 18 ans, ou six (6) mois (168 jours) après votre dernière dose si vous avez au moins 12 ans. Veuillez vous rendre dans une clinique de vaccination contre la COVID-19 pour recevoir un vaccin contre la COVID-19 dont l’utilisation est approuvée au Canada.

Si vous satisfaites aux critères d’admissibilité, vous pouvez également recevoir une deuxième dose de rappel, laquelle est recommandée cinq mois (140 jours) après l’administration de la première dose de rappel. Pour en savoir plus, veuillez consulter la page Qui peut recevoir une quatrième dose? 

J’ai reçu une ou plusieurs doses d’un vaccin contre la COVID-19 en Ontario, à travers un programme fédéral (par exemple, les cliniques de vaccination militaires ou dans les ambassades). Comment puis-je m’assurer que ma vaccination est enregistrée en Ontario?

Si vous avez reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 par le biais d’un programme fédéral lorsque vous étiez en Ontario (par exemple dans la clinique de vaccination d’une ambassade ou d’un ministère fédéral), vous pouvez remplir la Documentation relative aux doses de vaccin contre la COVID-19 reçues à travers un programme fédéral. 

Les membres de la Force régulière des Forces armées canadiennes ne sont pas tenus d’enregistrer leurs vaccins en Ontario. La preuve de vaccination pour les membres des Forces armées canadiennes est reconnue comme une preuve valide de vaccination en Ontario et aucune action supplémentaire n’est requise. 

Ne pas utiliser ce formulaire pour soumettre de l'information sur l'exemption médicale.

Veuillez noter que vous pouvez continuer d’utiliser le reçu original (papier ou numérique) que vous avez reçu au moment de votre vaccination comme preuve de vaccination.

Une fois que j’aurai soumis ma preuve de vaccination à l’extérieur de la province ou du pays, vais-je recevoir un reçu de SPO?

Une fois que nous aurons examiné votre demande, vous recevrez un courriel de Santé publique Ottawa contenant des instructions supplémentaires pour accéder à votre reçu de vaccin.

Je suis en visite à Ottawa, dois-je soumettre ma preuve de vaccination pour qu’elle soit téléversée dans le système provincial?

Si vous êtes en visite à Ottawa, vous n’avez pas besoin de remplir le formulaire Documentation relative aux doses de vaccin contre la COVID-19 reçues à l’extérieur de la province. Les copies papier ou numériques de vos reçus de vaccination accompagnées d’une pièce d’identité suffisent comme preuve de vaccination en Ontario. Si vous venez de l’extérieur du Canada, veuillez consulter les exigences d’entrée du gouvernement du Canada.


Vers le haut

Réservations et annulation de rendez-vous pour la vaccination

Comment puis-je prendre un rendez-vous si je n’ai pas de carte d’assurance-maladie de l’Ontario ou si je n’ai pas de carte rouge et blanche?
Qui peut recevoir leur première et deuxième dose?
  • Toute personne âgée de six mois ans ou plus au moment de son rendez-vous est actuellement éligible pour recevoir un vaccin contre la COVID-19.
  • Les vaccins Comirnaty de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca/COVISHIELD nécessitent deux doses. Tous les résidents sont encouragés à se faire vacciner dès qu'ils le peuvent et à recevoir leur deuxième dose dès qu'ils sont éligibles pour assurer une protection maximale contre la COVID-19.
Comment les personnes peuvent-elles recevoir le vaccin Novavax (Nuvaxovid) contre la COVID-19?

Aucune réservation n’est possible sur le portail provincial. Les réservations se font auprès de votre bureau de santé publique local. Utilisez ce formulaire en ligne pour vous inscrire pour un vaccin contre la COVID-19 de Novavax. 

Visitez notre page Web de questions fréquemment posées sur la vaccination contre la COVID-19 pour en savoir plus sur le vaccin Novavax (Nuvaxovid) contre la COVID-19.

Qui peut recevoir une série primaire de trois doses?

Une série primaire de trois doses fait référence à une série de trois doses d’un vaccin contre la COVID-19 offerte aux personnes immunodéprimées ou aux personnes vulnérables. Une troisième dose est ajoutée à la série standard primaire à deux doses afin d’accroître la réponse immunitaire et d’établir un niveau de protection adéquat pour les personnes qui n’ont pas développé d’immunité ou qui ont développé une réponse immunitaire sous-optimale à une série primaire de deux doses.  

Certaines personnes immunodéprimées peuvent recevoir une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 huit semaines après leur deuxième dose, dans le cadre d’une série primaire prolongée. Prenez note que dans certains cas, l’intervalle peut être réduit selon les conseils du fournisseur de soins de santé ou du spécialiste. 

Admissibilité 

  • un receveur de greffe (y compris les greffes d’organes solides et les greffes de cellules souches hématopoïétiques); 
  • une personne qui reçoit un traitement actif (chimiothérapie, thérapies ciblées, immunothérapie) pour un trouble hématologique malin ou une tumeur solide; 
  • une personne qui reçoit un traitement par récepteurs d’antigènes chimériques (CAR-T) ou une greffe de cellules souches hématopoïétiques (dans les deux ans qui suivent la greffe ou le traitement immunosuppresseur); 
  • une personne qui présente une immunodéficience primaire modérée ou grave (par exemple, syndrome de DiGeorge, syndrome de Wiskott-Aldrich); 
  • une personne atteinte du VIH et ayant déjà présenté une maladie indicatrice du SIDA ou un nombre de lymphocytes CD4 ≤ 200/mm3 ou un pourcentage de lymphocytes CD4 ≤ 15 % ou une infection au VIH périnatal (enfants);
  • une personne qui reçoit un traitement actif avec l’une des catégories suivantes du traitement immunosuppresseur : anti-lymphocytes B (anticorps monoclonaux ciblant les antigènes CD19, CD20 et CD22), corticostéroïdes à action systémique à dose élevée, agents alkylants, antimétabolites ou inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale et autres agents biologiques qui sont considérablement immunosuppresseurs; ou une personne qui prend des médicaments immunosuppresseurs spécifiques; 
  • une personne sous dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale). 

La troisième dose de vaccin sera administrée au moins deux mois (huit semaines) après la deuxième dose. Il est possible de recevoir la troisième dose sans rendez-vous dans toutes les cliniques communautaires d’Ottawa pendant leurs heures d’ouverture. 

Les résidents d’Ottawa qui satisfont à ces critères doivent présenter l’un des éléments suivants pour recevoir leur troisième dose : 

  • une lettre de leur spécialiste ou programme hospitalier; 

  • un paquet d’ordonnance, une étiquette ou un reçu de la pharmacie d’un médicament immunosuppresseur énuméré par le gouvernement de l’Ontario. L’ordonnance doit clairement indiquer le nom du patient, le nom du médicament, la date de délivrance et le nom du médecin traitant. 

Qui peut recevoir sa première dose de rappel?

La vaccination et l’application des mesures de santé publique comme porter un masque, éviter les rassemblements et rester chez soi lorsqu’on est malade, demeurent notre meilleure défense contre la COVID-19. 

Santé publique Ottawa recommande une première dose de rappel troisième dose du vaccin contre la COVID-19 aux personnes qui y sont admissibles. Les patients peuvent être orientés vers notre page sur les questions fréquemment posées concernant la vaccination contre la COVID-19 pour de plus amples renseignements. 

Admissibilité à la première dose de rappel 

  • La première dose de rappel d’un vaccin à ARNm contre la COVID-19 (Pfizer ou Moderna) est recommandée en Ontario pour les jeunes âgés de 12 à 17 ans si au moins 168 jours (environ six mois) se sont écoulés depuis leur deuxième dose. 

  • Les personnes doivent avoir 12 ans le jour où ils reçoivent le vaccin. 

  • La première dose de rappel d’un vaccin contre la COVID-19 approuvé est recommandée en Ontario pour les personnes âgées de 18 ans et plus si au moins cinq mois (140 jours) se sont écoulés depuis qu’elles ont reçu leur deuxième dose (ou une dose du vaccin de Janssen). 

  • Les personnes peuvent choisir de recevoir leur première dose de rappel aussi tôt que trois mois (84 jours) après leur deuxième dose. Selon le Comité consultatif national de l'immunisation, il a été démontré que des intervalles plus longs entre les doses entraînent une meilleure réponse immunitaire et une efficacité vaccinale quelque peu supérieure à des intervalles plus courts. Consultez votre fournisseur de soins de santé pour obtenir une recommandation individuelle et pour évaluer les risques et les avantages personnels de recevoir son vaccin dans un délais plus court. 

  • Les rendez-vous sont encouragés car la capacité sans rendez-vous sera limitée dans nos cliniques communautaires. Les résidents peuvent prendre rendez-vous dans une clinique communautaire sur le portail provincial de vaccination contre la COVID-19 ou en appelant l’InfoCentre provincial pour la vaccination au 1 833 943-3900. 

Veuillez vous assurer que l’intervalle de temps minimal s’est écoulé entre la deuxième et la première dose de rappel. 

Qui peut recevoir sa deuxième dose de rappel?

Le gouvernement de l’Ontario a élargi l’admissibilité à la deuxième dose de rappel aux Ontariennes et aux Ontariens âgés de 18 ans et plus, ainsi qu’aux personnes modérément ou gravement immunodéprimées entre 12 et 17 ans.  

Une deuxième dose de rappel fournit une mesure de protection supplémentaire.  

Les personnes admissibles peuvent prendre rendez-vous par l’entremise du portail pour la vaccination contre la COVID-19 ou en communiquant avec l’InfoCentre provincial pour la vaccination au 1-833-943-3900. Les personnes admissibles peuvent également prendre rendez-vous dans une pharmacie locale. Le service sans rendez-vous sera limité; les résidents sont encouragés à prendre rendez-vous dans une clinique de vaccination communautaire. Certains médecins de famille offrent la dose de rappel également.  

La deuxième dose de rappel est offerte cinq mois (140 jours) après qu’une personne a reçu sa première dose de rappel.   

Renseignements à l’intention des personnes modérément ou gravement immunodéprimées entre 12 et 17 ans : 

La deuxième dose de rappel est offerte six mois (168 jours) après la première dose de rappel. Cet intervalle peut être associé à un risque plus faible de myocardite avec ou sans péricardite. Avec le consentement éclairé, les personnes de ce groupe peuvent recevoir une deuxième dose de rappel après trois mois (84 jours) après la première dose de rappel. 

Les personnes peuvent choisir de recevoir leur deuxième dose de rappel aussi tôt que trois mois (84 jours) après leur première dose de rappel. Selon le Comité consultatif national de l’immunisation, une meilleure réponse immunitaire et une efficacité légèrement accrue ont été obtenues en respectant des intervalles plus longs entre les doses.   

Santé publique Ottawa recommande que les personnes à risque élevé de maladie grave reçoivent leur deuxième dose de rappel dès que possible :  

  • les résidents d’un foyer de soins de longue durée, d’une maison de retraite ou d’un pavillon de soins aux aînés et les adultes âgés vivant dans un autre type d’habitation collective fournissant des services de santé et de logement avec assistance.  

Les personnes qui ont reçu leur dose de rappel initial entre 84 jours (trois mois) et 140 jours (cinq mois) doivent appeler la ligne provinciale de prise de rendez-vous pour la vaccination au 1-833-943-3900, entre 8 h et 20 h, pour prendre rendez-vous.  

Selon le Comité consultatif national de l’immunisation, une meilleure réponse immunitaire et une efficacité légèrement accrue ont été obtenues en respectant des intervalles plus longs entre les doses. Veuillez consulter votre fournisseur de soins de santé pour des recommandations particulières et pour évaluer les risques et avantages d’un intervalle plus court. 

Pour plus d’information, veuillez consulter les Recommandations concernant la dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 du ministère de la Santé

Si vous avez confirmé que vous êtes admissible à recevoir un vaccin et si vous avez une carte d’assurance-maladie rouge ou blanche de l’Ontario, veuillez communiquer avec la ligne de prise de rendez-vous de vaccination de la province de l’Ontario au 1-833-943-3900 (ATS : 1-866-797-0007) pour prendre rendez-vous. Cette ligne est ouverte de 8 h à 20 h, 7 jours par semaine. L’information est fournie dans plus de 300 langues.

Si vous n’avez pas de carte d’assurance-maladie valide, veuillez téléphoner à Santé publique Ottawa au 613-691-5505 pour prendre un rendez-vous.

Les résidents d’Ottawa qui répondent à les critères pourront prendre rendez-vous pour leur troisième dose auprès du portail provincial de vaccination contre la COVID-19 ou en appelant le Centre provincial de contact sur les vaccins au 1-833-943-3900 à compter du samedi 6 novembre à 8 h 00. Les rendez-vous sont encouragés, car les places libres sont limitées. Les résidents admissibles peuvent également communiquer avec certaines pharmacies locales participantes pour leur troisième doseUtilisez le localisateur de pharmacie pour trouver celles qui fournissent la dose de rappel. 

Que dois-je faire si je reçois une erreur lorsque j'entre mon code postal dans le système de réservation de la province?
Si vous n’avez pas de code postal ou si vous ou si vous habitez dans un quartier récemment construit, la province indique que veuillez utiliser celui d’une maison de refuge, d’une bibliothèque ou d’un espace communautaire à proximité.

Vers le haut

Mélanger ou interchanger les vaccins

Les doses d’une série de vaccins contre la COVID‑19 doivent‑elles être du même produit de vaccination?

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a publié des recommandations sur l’interchangeabilité des vaccins contre la COVID-19 utilisés au Canada, ainsi que des lignes directrices sur les doses de rappel. Cela signifie que vous pouvez recevoir différents vaccins pour chacune de vos doses.

Selon les recommandations du CCNI :

  • Si vous avez reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca/COVISHIELD : vous pouvez recevoir, pour votre deuxième dose, soit le vaccin d’AstraZeneca/COVISHIELD, soit un vaccin à base d’ARNm, comme Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech ou Moderna, à moins d’une contre‑indication. Toutefois, un vaccin à base d’ARNm est préférable.
  • Si vous avez reçu une première dose du vaccin à base d’ARNm : vous devriez vous voir proposer le même vaccin à base d’ARNm pour votre deuxième dose. Si le même vaccin à base d’ARNm n’est pas disponible ou inconnu, un autre vaccin à base d’ARNm peut être considéré comme interchangeable et devrait être proposé pour compléter la série de vaccins.
  • Un vaccin à base d’ARNm contre la COVID-19 autorisé, comme Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech et Moderna, peut être utilisé comme troisième dose et doses de rappel pour les personnes de 18 ans ou plus. Cette recommandation est valable que vous ayez reçu précédemment le vaccin d’AstraZeneca/COVISHEILD ou un vaccin à base d’ARNm. Une dose de rappel d’un vaccin à base de vecteurs viraux ne doit être considérée que lorsque les autres vaccins autorisés contre la COVID-19 sont contre-indiqués ou inaccessibles.

Que vous receviez le même type de vaccin ou un différent type de vaccin pour votre deuxième dose (ce que l’on appelle un « calendrier de vaccination mixte »), ces options sont toutes valides. Elles seront toutes deux considérées comme une série vaccinale complète. N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé qui pourra vous aider à mieux comprendre l’information relative à chaque vaccin et à prendre des décisions éclairées quant à la vaccination.

Il convient de noter qu’un calendrier de vaccination mixte contre la COVID‑19 peut entraîner une possible augmentation des effets secondaires à court terme. Les effets secondaires à court terme les plus courants comprennent les maux de tête, la fatigue, les douleurs musculaires, les douleurs articulaires et une sensation de malaise général. Ces effets secondaires sont temporaires et devraient se résorber dans les 48 heures suivant la vaccination.

Si les symptômes durent ou se développent plus de 48 heures après la vaccination, ou si les symptômes persistent ou s’aggravent pendant plus de 48 heures après l’apparition du ou des premiers symptômes, et que vous avez peut‑être été exposé au virus de la COVID-19 au cours des 14 derniers jours, vous devriez vous isoler et passer un test de dépistage de la COVID-19. Si, à quelque moment que ce soit, les symptômes sont graves, consultez un médecin dans les plus brefs délais.

En ce qui concerne les doses de rappel ou doses supplémentaires, le CCNI a identifié certains groupes de population qui devraient privilégier une dose ou un produit en particulier. Consultez la Mise à jour des orientations sur la dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 au Canada du CCNI pour obtenir des détails sur les raisons et les facteurs à considérer.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les calendriers de vaccination mixtes, veuillez consulter le document L’Interchangeabilité des vaccins autorisés contre la COVID-19 du CCNI.

Pour en savoir plus sur la prise d’un rendez-vous de vaccination, veuillez consulter les renseignements sur la vaccination contre la COVID-19.

Qu’en est-il d’une troisième dose du vaccin contre la COVID-19 et de mon vaccin contre la grippe?
Cette année, comme la COVID-19 circule dans la collectivité, il est particulièrement important pour les groupes à risque élevé de se faire vacciner contre la grippe afin de réduire le risque potentiel de contracter la COVID-19 et la grippe en même temps.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande maintenant que les vaccins contre la COVID-19 puissent être administrés en même temps, avant ou après d’autres vaccins. Cela comprend les vaccins vivants, non actifs, avec adjuvant et sans adjuvant. Il n’y a aucun problème d’innocuité particulier lorsque des vaccins de routine sont administrés en même temps ou à quelques jours d’intervalle. Veuillez noter qu’il pourrait y avoir des effets secondaires temporaires plus importants lorsqu’un vaccin contre la COVID-19 et un autre vaccin sont administrés en même temps ou à quelques jours d’intervalle.

Le CCNI recommandait auparavant que les vaccins contre la COVID-19 soient administrés au moins 28 jours avant et 14 jours après les autres vaccins. Toutefois, après avoir examiné les données probantes disponibles sur les vaccins contre la COVID-19 et les données et l’expérience de l’administration d’autres vaccins de routine en même temps ou quelques jours l’un de l’autre, le CCNI a depuis modifié sa recommandation.

Vers le haut

Efficacité des vaccins

Quel est l’intervalle optimal entre la première et la deuxième dose pour les vaccins contre la COVID-19 à 2 doses?

 

L’intervalle optimal entre la première et la deuxième dose d’un vaccin contre la COVID-19 à ARNm est de huit semaines.

  • On dispose de plus de données qui suggèrent que la protection peut être améliorée lorsque l’intervalle entre la première et la deuxième dose est prolongé au-delà de l’intervalle recommandé par le fabricant initial (par exemple, 21 jours entre la première et la deuxième dose du Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19; 28 jours entre la première et la deuxième dose d’un vaccin Spikevax de Moderna contre la COVID-19 pour les enfants âgés de 6 à 11 ans) 
  • Selon le CCNI, de nouvelles données sur la sécurité suggèrent qu'un intervalle plus long entre la première et la deuxième dose pourrait réduire le risque de myocardite/péricardite après la deuxième dose d'un vaccin COVID-19 à ARNm.
  • Ces intervalles semblent fournir une protection optimale tout en minimisant simultanément la période où les personnes courent un risque d’infection en raison de la protection offerte par une seule dose.  
  • Les personnes peuvent choisir de parler avec leur fournisseur de soins primaires de l’intervalle qui leur convient le mieux, compte tenu de la transmission locale de la COVID-19 et du degré de risque d’exposition individuel.  
  • L'intervalle autorisé peut encore être utilisé avec le consentement éclairé des parents.
    • Vous pouvez obtenir la deuxième dose de 10 mcg du vaccin Pfizer-BioNTech de votre enfant 21 jours après la première en fournissant votre consentement éclairé à l’une de nos cliniques ou en téléphonant la province au 1-833-943-3900.

    • Vous pouvez obtenir la deuxième dose de 50 mcg du vaccin Spikevax de Moderna de votre enfant (s’il est âgé de 6 à 11 ans) 28 jours après la première dose sur demande et en fournissant votre consentement éclairé à l’une de nos cliniques.
  • L’interruption d’une série de vaccins entraînant un plus grand intervalle entre les doses que ce qui est recommandé ne nécessite pas de reprendre la série vaccinale à zéro. 

Références 

 

Quels vaccins sont approuvés au Canada?

Il y a quatre vaccins contre la COVID-19 dont l’utilisation est actuellement approuvée au Canada

Les quatre vaccins sont sécuritaires et efficaces contre l’infection symptomatique de la COVID-19, vous protègent des formes graves de la COVID-19 et vous évitent l’hospitalisation. Les vaccins contre la COVID-19 sont  plus efficaces quand on immunise ceux qui sont les plus à risque de développer une maladie grave en premier, ce qui protègeles membres de la communauté et ce qui aide à préserver la capacité des hôpitaux.

Aucun vaccin n’est parfait, et il y a une chance que vous pouvez quand même contracter la COVID-19 après avoir été vacciné. Les vaccins prennent du temps avant qu’ils commencent à fonctionner, et l’efficacité vaccinale contre les nouveaux variants est encore en train d’être étudiée. Il est très important de continuer à respecter les mesures de santé publique comme la distanciation physique, la minimisation des contacts avez ceux qui ne vivent pas dans votre domicile, se lavant souvent les mains, et en resant à la maison si vous êtes malade. Les employés qui travaillent dans le milieu de la santé doivent quand même continuer de porter leur équipement protecteur personnel (EPP) après avoir été vaccinés.

Qu’entend-on par « pourcentage d’efficacité » d’un vaccin?

L'efficacité d’un vaccin représente la mesure dans laquelle un vaccin prévient la maladie causée par un virus en particulier. Dans les essais cliniques, l’efficacité du vaccin est considérée comme la réduction proportionnelle de la maladie au sein du groupe vacciné. Une efficacité de 50 % correspond à une réduction de 50 % des cas d’infection au sein du groupe vacciné ou à une réduction de 50 % du nombre de cas attendus si le groupe n’avait pas été vacciné. Dans un groupe de 100 personnes vaccinées, en moyenne, seules 50 personnes contracteraient la maladie si les 100 personnes étaient exposées au virus.

Il est important de noter que tous les vaccins contre la COVID-19 actuellement approuvés réduisent de façon efficace le risque de maladie grave, d’hospitalisation et de décès, tout en contribuant à freiner la transmission communautaire de la COVID-19. Une réduction de 50 % des cas d’infection peut encore jouer un rôle important dans l’éradication d’une épidémie.

Comment un vaccin à base de vecteurs viraux agit-il?
Les vaccins AstraZeneca et Janssen contre la COVID-19 sont des vaccins à base de vecteurs viraux non répliquants.
Les vaccins à base de vecteurs viraux utilisent un virus, modifié pour être inoffensif, comme véhicule pour renforcer l’immunité. Lorsque ces vaccins contre la COVID-19 sont injectés dans le corps, ils produisent la protéine de surface du virus SARS-CoV-2, en particulier la protéine S (aussi appelée « protéine de spicule »). La protéine S ne rend pas malade : elle aide le corps à développer une forte réponse immunitaire sans l'exposer au virus qui cause la COVID-19. De nombreuses personnes dans le monde ont reçu en toute sécurité un vaccin à base de vecteurs viraux contre la COVID-19.

Comment les vaccins à ARN messager fonctionnent-ils?

Langue des signes québécoise : Comment les vaccins à ARN messager fonctionnents-ils?

Ces types de vaccins contre la COVID-19 utilisent de l’ARN messager (ARNm). L’ARNm transmet des instructions aux cellules de notre corps pour fabriquer une protéine virale du coronavirus appelée « protéine de spicule »(ou protéine S). L’ARNm fournit les instructions qui permettent à la cellule de fabriquer la protéine de spicule. Le système immunitaire est ensuite activé pour reconnaître que cette protéine est étrangère à l’organisme et déclenche la réponse immunitaire. L’ARNm est ensuite dégradé par les mécanismes cellulaires normaux tandis que les protéines de spicule sont détruites par le système immunitaire. Les vaccins à base d’ARNm, sont un des différents types de vaccins utilisés pour prévenir la COVID‑19, la maladie causée par le virus SRAS-CoV-2. La vaccination contre la COVID-19, conjointement aux mesures de santé publique, offrira la meilleure protection contre la propagation de la COVID-19.

Dans quelle mesure ce vaccin diffère-t-il de celui contre l’influenza (la grippe)? 

Les vaccins contre la COVID-19 et les vaccins contre la grippe sont es deux vaccins différents. Le vaccin contre la COVID‑19 ne protège pas contre l’influenza. La composition des vaccins contre la grippe saisonnière varie d’une année à l’autre. Le vaccin contre la grippe protège des souches de grippe qui circulent durant l’année visée.Le vaccin contre la grippe ne protège pas contre la COVID-19.

Est-il vrai que les vaccins contre la COVID-19 contiennent des éléments d’un fœtus humain? 

Non. De nombreux chercheurs utilisent ce qu’on appelle les « lignées cellulaires » pour développer des vaccins. Les lignées cellulaires sont des cultures de cellules humaines ou animales qui peuvent être cultivées en laboratoire pendant de longues périodes. La plupart des cellules finiront par arrêter de se diviser et par mourir, mais certaines lignées cellulaires, appelées des lignées cellulaires continues, n’arrêteront jamais de se diviser. Ces lignées cellulaires sont particulièrement utiles pour le travail sur les vaccins. Les vaccins à base de vecteurs viraux approuvés pour utilisation au Canada ont été produits à l’aide de lignées cellulaires d’embryons humains d’interruption volontaire de grossesse il y a de nombreuses années*. Les scientifiques ont utilisé ces lignées cellulaires pour développer le virus inoffensif nécessaire pour créer une réponse immunitaire contre la COVID-19. Les lignées cellulaires provenant d’interruptions volontaires de grossesses sont appelées lignées de cellule fœtale. Les lignées de cellules fœtales sont utilisées en médecine depuis des années. Bon nombre des vaccins qui sont largement utilisés aujourd’hui ont été développés à l’aide de lignées de cellules fœtales. Il s’agit notamment de certains vaccins utilisés pour prévenir la rubéole, l’hépatite A et la varicelle. Bien que des cultures de cellules humaines aient pu être utilisées dans le processus de développement de ces vaccins, les vaccins ne contiennent aucune cellule ou aucun tissu humain.

Chacun des vaccins contre la COVID-19 qui sont utilisés au Canada a été approuvé et est sécuritaire et efficace.

*Les vaccins à vecteurs viraux (AstraZeneca et Janssen) ont utilisé des lignées de cellules fœtales dans la production du produit de vaccin final. Les vaccins à ARNm (Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech et Moderna) ont utilisé des lignées de cellules fœtales dans la phase de recherche, mais pas dans la production :

  • AstraZeneca utilise la lignée cellulaire HEK-293 pour le développement, les essais et la production du vaccin.
  • Janssen (J&J) utilise la lignée cellulaire PER.c6 pour le développement, les essais et la production du vaccin. Cette lignée cellulaire a été développée à partir de cellules rétiniennes d’un fœtus de 18 semaines avorté en 1985.
  • Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech a développé le vaccin en utilisant le séquençage génétique sur des ordinateurs sans cellules fœtales. La lignée cellulaire HEK-293 liée aux avortements a été utilisée dans la recherche liée au vaccin. Elle n’a pas été utilisée pour les essais ni pour la production en cours.
  • Moderna n’a pas besoin de lignées de cellules fœtales avortées pour la production. Mais la lignée de cellules fœtales avortée a été utilisée dans le développement et les essais au stade initial.

Vers le haut

Grossesse et les vaccins contre la COVID-19

Grossesse et les vaccins contre la COVID-19 - Provincial Council for Maternal and Child Health (PCMCH)

Je suis enceinte. Dois-je recevoir le vaccin contre la COVID-19?

Le vaccin contre la COVID-19 (y compris les doses de rappel) est fortement recommandé pendant la grossesse. Recevoir le vaccin le plus tôt possible est le choix le plus sûr pour vous protéger et protéger votre bébé contre les risques connus liés à une infection à la COVID-19.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande que les femmes enceintes ou qui allaitent reçoivent une série complète de vaccins, avec un vaccin contre la COVID-19 à ARN messager.

Les vaccins contre la COVID-19 peuvent prévenir la gravité de la maladie liée à la COVID-19 et le risque d’hospitalisation en raison de la l’infection de la COVID-19.

En Ontario, toutes les femmes enceintes sont admissibles et prioritaires pour se faire vacciner le plus tôt possible, à n’importe quel stade de la grossesse. Cela s’applique également à l’obtention d’une dose de rappel trois mois après la dernière dose.

Quels sont les avantages de recevoir un vaccin contre la covid-19?

Les vaccines contre la COVID-19 sont très efficaces pour vous protéger des formes graves de la maladie.

Recevoir le vaccin peut prévenir les complications ou certains problèmes de santé pour la mère ou l’enfant.

  • Comme pour l’ensemble de la population, la plupart des femmes enceintes ont généralement des symptômes légers de la COVID-19. Cependant, les femmes enceintes ont un risque plus élevé que les autres femmes de développer une forme grave de la maladie requérant une hospitalisation et une admission aux soins intensifs.
  • La possibilité d’accoucher trop tôt au cours de la grossesse (accouchement prématuré), d’accoucher par césarienne ou d’accoucher d’un bébé devant être admis à l’unité de soins intensifs néonatals est plus fréquente chez les personnes enceintes atteintes d’une forme grave de la COVID-19.

Il existe de plus en plus de preuves de la sûreté des vaccins contre la COVID-19 pendant la grossesse.

  • Les vaccins à ARN messager sont efficaces pour réduire le risque de contracter une infection à la COVID-19 causée par l’un des variants du virus (par exemple, Omicron) chez les femmes enceintes et non enceintes. Ces vaccins ne contiennent aucun virus vivant.
  • Les doses de rappel réduisent le risque de contracter une infection symptomatique à la COVID-19, la gravité de la maladie liée à la COVID-19 et le risque d’hospitalisation en raison de la COVID-19.
  • Les anticorps créés par le vaccin contre la COVID-19 peuvent protéger votre bébé et sont transmis au travers du placenta ou dans le lait maternel.

Les vaccins contre la COVID-19 à ARN messager et les doses de rappel sont sans danger pendant la grossesse.

  • Plusieurs études portant sur un grand nombre de femmes enceintes ont montré que la vaccination immédiatement avant ou pendant la grossesse n’a aucune incidence sur l’issue de la grossesse.
    • AUCUN risqué accru de fausses couches, d’accouchement prématuré, de mort fœtale tardive, de problèmes de croissance, d’hypertension artérielle durant la grossesse, de complications médicales de la grossesse ou de décès.
Quels sont les risques de se faire vacciner contre la COVID-19?

Les femmes enceintes et qui allaitent qui reçoivent le vaccin à ARN messager (Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech ou Moderna) ont les mêmes effets secondaires de la vaccination que les femmes non enceintes.

L’utilisation dans la population a confirmé la sûreté et l’efficacité de la vaccination contre la COVID-19 pendant la grossesse. Les données montrent que les vaccins contre la COVID-19 à ARN messager sont sans danger pour les personnes enceintes ou qui allaitent. Aucun problème de sûreté n’a été identifié dans une étude portant sur plus de 35 000 femmes enceintes ayant reçu un vaccin contre la COVID-19 à ARN messager dans les 30 jours suivant la conception.

Les vaccins contre la COVID-19 à ARN messager:

  • Ne contiennent aucun virus vivant.
  • Ne contiennent pas de mercure, d’aluminium, de formaldéhyde ou de substances nocives pour vous ou le bébé.
  • Ne contiennent pas de sang humain ou animal ou de sous-produit(s).
  • Ne peuvent pas être mesurés dans votre circulation sanguine; par conséquent; le bébé n’est pas exposé au vaccin.

Les personnes qui reçoivent le vaccin peuvent ressentir des effets secondaires.

  • Les effets secondaires courants après le vaccin contre la COVID-19 sont: la douleur au point d’injection du vaccin, mal de tête, fatigue, et douleur musculaire. Il s’agit d’une réaction normale du système immunitaire au vaccin. En général, ces effets secondaires ne sont pas graves et disparaissent.
  • Dans une étude portant sur plus de 35 000 femmes enceintes ou qui allaitent qui ont été suivies au moment de la vaccination contre la COVID-19, moins de 10% des femmes enceintes ont eu de la fièvre. Communiquez avec votre médecin ou votre sage-femme si vous avez de la fièvre ou tout autre effet secondaire qui vous inquiète ou qui dure plus de trois jours. Une fièvre élevée qui dure trop longtemps pendant les trois premiers mois de la grossesse (premier trimestre) peut augmenter le risque de fausse couche ou d’anomalies du fœtus.
  • Comme tous autre vaccin, les réactions allergiques et anaphylactiques (réactions allergiques grave mettant la vie en danger) étaient rares. Consultez votre médecin si vous avez des allergies aux médicaments ou aux ingrédients dans le vaccin contre la COVID-19.
Que recommandent les experts?

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande fortement d’offrir aux femmes du groupe d’âge autorisé, qui sont enceintes ou qui allaitent, une série complète de vaccins, avec un vaccin contre la COVID-19 à ARN messager. Les doses de rappel sont également recommandées pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) déclare que toutes les femmes enceintes au Canada devraient se voir offrir la vaccination contre la COVID-19, y compris la dose de rappel, à tout moment pendant la grossesse ou l’allaitement s’il n’y a pas de contre-indications.

Parlez à votre médecin ou votre sage-femme au sujet de recevoir le vaccin contre la COVID-19 pendant la grossesse ou l’allaitement. Si vous décidez de vous faire vacciner, et avez besoin d’autre vaccin durant la même période, votre médecin ou votre sage-femme vous aidera à déterminer l’intervalle requis entre les différents vaccins.

Quels autres renseignements peuvent m’aider à prendre une décision?

Assurez-vous de bien comprendre la COVID-19, les vaccins et les doses de rappel.

Demandez à une source fiable, comme votre obstétricien, votre sage-femme, votre médecin de famille ou votre infirmière de vous aider.

Le risque de contracter la COVID-19 est plus élevé si:

  • Le variant dominant en circulation (par exemple, Omicron) est plus facilement transmissible d’une personne à l’autre.
  • Vous habitez dans une communauté où le nombre de cas de COVID-19 est élevé.
  • Vous avez des contacts réguliers avec des personnes à l’extérieur de votre ménage.
  • Vous habitez dans un logement surpeuplé.
  • Vous, ou un membre de votre foyer, travaillez dans un environnement à risque élevé (p. ex. vous êtes une travailleuse essentielle en première ligne ou une travailleuse de la santé).

Le risqué de développer une forme grave de la COVID-19 pendant la grossesse est plus élevé si:

  • Vous avez des problèmes de santé (par exemple, diabète avant la grossesse, hypertension artérielle avant la grossesse, système immunitaire affaibli, maladie rénale, maladie du foie, maladie cardiaque, ou asthme).
  • Vous avez un surpoids.
  • Vous fumez.
  • Vous avez 35 ans ou plus.
  • Vous êtes dans le dernier trimestre (3 derniers mois) de votre grossesse.

Il est plus sûr de se faire vacciner (et de recevoir une dose de rappel) le plus tôt possible, surtout si vous courez un risque encore plus élevé de contracter la COVID-19 et de développer une maladie grave. Les risque connus de maladie grave due à la COVID-19 sont supérieurs aux risque connus liés au vaccin.

Et si je tombe enceinte après avoir reçu le vaccin?

Si vous êtes enceinte ou devenez enceinte peu de temps après avoir reçu la première ou la deuxième dose du vaccin, vous devriez terminer le cycle complet et recevoir la dose de rappel.

Plusieurs études montrent que la vaccination contre la COVID-19, avant et à tout moment au cours du premier trimestre, n’au aucune incidence sur le risque de fausse couche ou toute issue défavorable de la grossesse.

Et si j’envisage de tomber enceinte?

Il n’y a aucune preuve suggérant que le vaccin contre la COVID-19 cause des problèmes de fertilité ou affecte vos chances de tomber enceinte. Le traitement de la fertilité n’est pas une raison médicale qui vous empêche de recevoir un vaccin.

Vers le haut

Pourquoi se faire vacciner?

Pourquoi devrais-je recevoir le vaccin contre la COVID 19?

La vaccination est l’un des moyens les plus efficaces de prévenir la transmission et de réduire les conséquences des maladies infectieuses, que ce soit la grippe saisonnière (influenza) ou les infections infantiles comme la varicelle. Des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID‑19 sont maintenant disponibles pour nous protéger. Si de nombreuses personnes ayant contracté le virus ne présentent que des symptômes légers, d’autres peuvent développer une forme grave de la maladie, ou même en mourir. Personne ne peut savoir comment la COVID‑19 l’affectera, même si elle n’est pas particulièrement plus à risque de complications graves. 

Il a été démontré que le vaccin contre la COVID-19 : 

  • Vous aidera à vous protéger en provoquant la production d’anticorps sans que la maladie ne soit contractéeréduisant votre risque de contracter la COVID-19. 
  • Réduira votre risque de maladie grave ou de décès si vous contractez la COVID-19. 
  • Réduira votre risque de propager le virus qui cause la COVID-19 à d’autres personnes. 

Plus les gens sont vaccinés dans la collectivité, cela réduit le risque que le virus se reproduise, subit des mutations et, possiblement, devient plus résistant aux vaccins. 

Pourquoi je choisis de me faire vaccine

Les vidéos Pourquoi je choisis de me faire vaccine sont offertes en anglais, en arabe, en mandarin et en somali.

 

Quel pourcentage de la population doit être vaccinée pour que l’on atteigne une immunité collective?  

 

On parle d’immunité collective lorsqu’il est peu probable qu’un virus ou une bactérie se propage et provoque des maladies parce qu’une grande partie de la population est protégée, soit à cause d’une infection antérieure, soit grâce à un vaccin. Ainsi, toute la population est protégée au sein de la communauté. Toutefois, les personnes qui ne sont pas protégées parce qu’elles n’ont jamais été infectées par la maladie, n’ont pas été vaccinées ou que le vaccin ne les a pas protégées peuvent encore tomber malades. C’est pourquoi il vaut mieux se protéger en ne comptant pas sur l’immunité collective, mais en se faisant vacciner.

Le pourcentage à atteindre pour parler d’immunité collective varie d’une maladie à l’autre.

Dans le cas de la COVID‑19, certains experts estiment qu’il pourrait avoisiner les 60 % ou les 70 %. Il reste toutefois de nombreuses inconnues et ces données en matière d’immunité ne sont pas forcément fiables dans le contexte de la COVID-19. L’efficacité des vaccins contre la COVID-19 dans la prévention des infections asymptomatiques reste à établir. C’est pourquoi ces pourcentages ne fournissent qu’une fourchette estimative pour les programmes de vaccination.

Tant que les effets des vaccins contre la COVID-19 n’auront pas été pleinement étudiés, il est préférable de ne pas présumer que la vaccination protégera les autres. On doit continuer à se protéger et à protéger les autres en :

  • portant un masque;
  • respectant les mesures de distanciation physique;
  • ayant une bonne hygiène des mains;
  • restant à la maison et en se faisant dépister si l’on est malade.

C’est grâce à ces mesures que l’on pourra freiner la propagation de la COVID-19. 

Pour en savoir plus sur le vaccin contre la COVID-19, veuillez consulter la page suivante : SantePubliqueOttawa.ca/VaccinCOVID19.

Comment faire pour savoir si la vaccination est le meilleur choix pour moi et ma famille?
C’est tout à fait normal de s’inquiéter ou d’hésiter lorsque quelque chose est nouveau. La vaccination est un choix personnel. C’est un choix que la plupart des Canadiens voient comme étant un geste important qui permet de rester en santé et de prévenir des maladies.

Pourquoi je choisis de me faire vaccine

Les vidéos Pourquoi je choisis de me faire vaccine sont offertes en anglais, en arabe, en mandarin et en somali.

 

 

Vous demandez-vous comment parler à vos amis, aux membres de votre famille, à vos collègues ou à vos employés qui ne sont pas certains de se faire vacciner contre la COVID-19? 

Téléchargez notre guide ci-dessous et apprenez des conseils pratiques sur comment aider vos proches à se sentir plus confiant de vouloir prendre un vaccin contre la COVID-19.

COMMENT PARLER DES VACCINS :  Conseils pour renforcer la conance dans les vaccins et atténuer la réticence face à la vaccination (PDF - 1, 369 KB)

Avoir des questions concernant le vaccin est tout à fait normal. Apprenez-en davantage sur une variété de choses tels que l’efficacité et les effets secondaires potentiels des vaccins. Consulter notre foire aux questions concernant les vaccins contre la COVID-19

Les vaccins contre la COVID‑19 actuels nous protégeront-ils contre les nouveaux variants de la COVID‑19?

Les données dont nous disposons maintenant indiquent que les vaccins actuels peuvent être efficaces ou partiellement efficaces contre un ou plusieurs variants. Toutefois, il faut plus de données. Les fabricants de vaccins étudient comment les vaccins peuvent être modifiés pour en maintenir l’efficacité contre les nouveaux variants.

Le SRAS-CoV2 non variant continue de causer des maladies graves. Cela peut être évité par la vaccination

Vaut-il la peine de se faire vacciner alors que les variants de la COVID deviennent plus préoccupants?
Oui. Le SRAS-CoV2 non variant continue d’être présent dans notre communauté et provoque de graves maladies. Cela peut être évité par la vaccination.

Vers le haut

Mythes

Le vaccin à ARNm peut-il modifier l’ADN d’une personne?
Non. L’ARNm ne peut ni altérer ni modifier la constitution génétique d’une personne (ADN). L’ARNm d’un vaccin contre la COVID-19 n’entre jamais dans le noyau de la cellule, où est conservé notre ADN. Cela signifie que l’ARNm n’affecte d’aucune façon notre ADN, tout comme il n’interagit pas avec elle. Au lieu de cela, les vaccins contre la COVID-19 qui utilisent l’ARNm fonctionnent avec les défenses naturelles du corps pour établir en toute sécurité notre protection (immunité) contre la maladie.
Le vaccin contre la COVID-19 peut-il transmettre la COVID-19?

 

Non. Aucun des vaccins contre la COVID-19 actuellement approuvés au Canada n’utilise le virus actif qui cause la COVID-19. Il existe plusieurs types différents de vaccins qui sont créés actuellement. L’objectif de chacun d’entre eux est d’enseigner au système immunitaire comment reconnaître et combattre le virus qui provoque la COVID-19. Parfois, ce processus peut causer certains symptômes, comme de la fièvre. Ces symptômes sont normaux et sont un signe de la réponse immunitaire au vaccin.  

Il faut habituellement quelques semaines au corps pour être immunisé après avoir reçu un vaccin. Il est possible qu’une personne soit infectée par le virus de la COVID-19 avant ou juste après avoir reçu le vaccin, tombe malade. Cela se produit parce que le vaccin n’a pas eu assez de temps pour fournir une protection à l’organisme. Pour en savoir plus sur la COVID-19

Comment savoir si le vaccin est halal?

De nombreuses compagnies fabriquent des vaccins, mais il n’y a ni gélatine ni produits porcins dans les  vaccins contre la COVID‑19 approuvés au Canada et fabriqués par Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen.

Dans les vaccins qui pourraient être offerts à l’avenir, il pourrait y avoir de la gélatine ou des produits porcins. Il est important de consulter les chefs religieux à propos des vaccins recommandés, à mesure que plus d’informations sont publiées sur ces vaccins. Ce qu’il faut savoir, c’est que présentement au Canada, les vaccins qui sont approuvés ne contiennent ni gélatine ni produits porcins.

Est-il vrai que les vaccins contre la COVID-19 contiennent des éléments d’un fœtus humain?

Non. De nombreux chercheurs utilisent ce qu’on appelle les « lignées cellulaires » pour développer des vaccins. Les lignées cellulaires sont des cultures de cellules humaines ou animales qui peuvent être cultivées en laboratoire pendant de longues périodes. La plupart des cellules finiront par arrêter de se diviser et par mourir, mais certaines lignées cellulaires, appelées des lignées cellulaires continues, n’arrêteront jamais de se diviser. Ces lignées cellulaires sont particulièrement utiles pour le travail sur les vaccins. Les vaccins à base de vecteurs viraux approuvés pour utilisation au Canada ont été produits à l’aide de lignées cellulaires d’embryons humains d’interruption volontaire de grossesse il y a de nombreuses années*. Les scientifiques ont utilisé ces lignées cellulaires pour développer le virus inoffensif nécessaire pour créer une réponse immunitaire contre la COVID-19. Les lignées cellulaires provenant d’interruptions volontaires de grossesses sont appelées lignées de cellule fœtale. Les lignées de cellules fœtales sont utilisées en médecine depuis des années. Bon nombre des vaccins qui sont largement utilisés aujourd’hui ont été développés à l’aide de lignées de cellules fœtales. Il s’agit notamment de certains vaccins utilisés pour prévenir la rubéole, l’hépatite A et la varicelle. Bien que des cultures de cellules humaines aient pu être utilisées dans le processus de développement de ces vaccins, les vaccins ne contiennent aucune cellule ou aucun tissu humain.

Chacun des vaccins contre la COVID-19 qui sont utilisés au Canada a été approuvé et est sécuritaire et efficace.

*Les vaccins à vecteurs viraux (AstraZeneca et Janssen) ont utilisé des lignées de cellules fœtales dans la production du produit de vaccin final. Les vaccins à ARNm (Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech et Moderna) ont utilisé des lignées de cellules fœtales dans la phase de recherche, mais pas dans la production :

  • AstraZeneca utilise la lignée cellulaire HEK-293 pour le développement, les essais et la production du vaccin.
  • Janssen (J&J) utilise la lignée cellulaire PER.c6 pour le développement, les essais et la production du vaccin. Cette lignée cellulaire a été développée à partir de cellules rétiniennes d’un fœtus de 18 semaines avorté en 1985.
  • Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech a développé le vaccin en utilisant le séquençage génétique sur des ordinateurs sans cellules fœtales. La lignée cellulaire HEK-293 liée aux avortements a été utilisée dans la recherche liée au vaccin. Elle n’a pas été utilisée pour les essais ni pour la production en cours.
  • Moderna n’a pas besoin de lignées de cellules fœtales avortées pour la production. Mais la lignée de cellules fœtales avortée a été utilisée dans le développement et les essais au stade initial.

Est-ce qu’une personne vaccinée peut « excréter le virus » et mettre les autres en danger?

Non. L’excrétion virale se produit après qu’une personne ait été infectée par un virus viable (vivant).

Les personnes vaccinées n’excrètent aucun virus parce que les vaccins ne contiennent pas de virus vivants, entiers. Les vaccins ne provoquent pas non plus la création de virus entiers. Les vaccins actuels approuvés pour utilisation au Canada ne contiennent pas de virus vivant du SRAS-CoV-2.

Il y a deux classes de vaccins approuvés contre la COVID-19 au Canada : les vaccins à ARNm et les vaccins à base de vecteurs viraux.

Les vaccins à ARNm

Les deux vaccins à ARNm approuvés pour utilisation au Canada ( Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech et Moderna) utilisent des ARNm synthétiques. L’ARNm synthétique est conçu de manière à contenir des instructions pour la protéine de spicule présente dans le coronavirus. Une fois administré, l’ARNm parvient aux cellules de la personne vaccinée. Les cellules l’utilisent pour faire des copies de la protéine de spicule, et non des virus entiers, ce qui permet au système immunitaire du corps de reconnaître et de combattre le coronavirus.

Les vaccins à base de vecteurs viraux

Les vaccins à base de vecteurs viraux contre la COVID-19 (AstraZeneca et Janssen) utilisent un adénovirus affaibli inoffensif à titre de vecteur (une coquille). Lorsque le vaccin est produit, l’ADN codant pour la protéine de spicule du SRAS-CoV-2 est introduit dans ce vecteur adénoviral (ou coquille). Le vecteur agit en tant que système de livraison pour donner aux cellules humaines le code de la protéine de spicule du SRAS-CoV-2. Le vecteur (non pas le SRAS-CoV-2) pénètrera une cellule dans le corps pour lui donner les instructions. Puis les instructions à partir de l’intérieur du vecteur utilisent la machinerie de la cellule pour produire la protéine du spicule et l’apporter à la surface de la cellule. Le système immunitaire d’une personne vaccinée reconnaîtra que la protéine n’a pas sa place là et entraînera le système immunitaire du corps à attaquer le coronavirus à l’avenir. Toutefois, la protéine de spicule n’infecte pas le receveur avec le SRAS-CoV-2. Il ne peut pas provoquer une infection parce qu’il n’est pas un virus entier.

Les deux vaccins à ARNm ou à base de vecteurs viraux ne peuvent pas générer d’infections au SRAS-CoV-2, et par conséquent ne peuvent pas déclencher d’excrétion virale du SRAS-CoV-2.


Vers le haut

Mesures de santé publique 

Si j’ai été vacciné contre la COVID-19, dois-je quand même m’isoler et passer un test de dépistage de la COVID-19 si je présente des symptômes de la COVID-19?

La vaccination contre la COVID-19 vous aidera à vous protéger contre une infection dela COVID-19 et les  séquelles graves. Certaines personnes subiront des effets secondaires courants après avoir reçu une dose du vaccin contre la COVID-19, comme les suivants :

  • Douleur, rougeur, enflure du bras à l’endroit où le vaccin a été administré
  • Maux de tête;  
  • Fatigue; 
  • Douleur musculaire;  
  • Douleur articulaire; 
  • Frissons transitoires ou fièvre légère;
  • Nausée.

Il s’agit d’effets secondaires normaux qui se produisent pour de nombreux types de vaccins. Les effets secondaires apparaissent (et disparaissent) habituellement dans les 24 à 48 heures après la vaccination (une douleur au bras peut durer un peu plus longtemps) et n’exigent pas que les personnes s’isolent ou subissent un test de dépistage, bien qu’ils puissent nuire à votre capacité à mener vos activités quotidiennes. Étant donné que certains symptômes de la COVID-19 ressemblent à certains effets secondaires de la vaccination, Santé publique Ottawa vous recommande de vous isoler ou d’aller faire passer un test dans les cas suivants :

  • les symptômes durent, empirent ou se développent plus de 48 heures après la vaccination (par exemple, une fièvre persistante); 
  • vous présentez des symptômes respiratoires nouveaux et qui s’aggravent, comme la toux, l’essoufflement, la perte du goût ou de l’odeur;
  • les symptômes commencés avant la vaccination contre la COVID-19;
  • la personne symptomatique a été en contact étroit avec une personne atteinte de la COVID-19 au cours des 10 derniers jours;
  • un professionnel de la santé juge que les symptômes sont graves ou qu’ils ne correspondent pas à la réaction habituelle aux vaccins contre la COVID-19.   

Santé publique d’Ottawa recommande aux résidents d’Ottawa d’utiliser les outils de dépistage suivants pour les aider à prendre des décisions quant à savoir s’ils doivent s’isoler ou subir un test de dépistage :

Santé publique Ottawa recommande toujours à quiconque présente des symptômes de la COVID-19 de consulter un professionnel de la santé en cas de questions ou de préoccupations.

Après qu’une personne se soit fait vacciner avec les deux doses du vaccin contre la COVID-19, peut-elle cesser de suivre les mesures de santé publique, comme le port du masque, la distanciation physique et l’isolement, lorsqu’elle tombe malade?
 

Non. Les experts en apprennent davantage sur la protection que procurent les vaccins contre la COVID-19 dans des conditions réelles. Il sera donc important pour chacun de continuer à mettre en œuvre les mesures de santé publique pour aider à stopper la propagation de la COVID-19. En d’autres mots, il faut quand même se couvrir la bouche et le nez avec un masque, se laver souvent les mains et ne jamais se toucher les yeux, le nez ou la bouche sans s’être lavé les mains, garder une distance d’au moins deux mètres (six pieds) des autres et s’isoler lorsqu’on tombe malade.

Le personnel de la santé et les autres membres du personnel doivent toujours porter un équipement de protection individuelle (EPI) lorsqu’ils travaillent, même après avoir été vaccinés.

La vaccination contre la COVID-19, conjointement aux mesures de santé publique, offrira la meilleure protection contre la propagation de la COVID-19. Les experts doivent en apprendre plus sur la protection que procurent les vaccins contre la COVID-19 avant de décider de modifier les recommandations actuelles que tout le monde doit suivre afin de ralentir la propagation du virus à l’origine de la COVID-19. D’autres facteurs, notamment le nombre de personnes vaccinées et la façon dont le virus se propage dans les communautés, auront également des répercussions sur cette décision.

Maintenant que je suis à jour et que j'ai reçu toutes les doses recommandées du vaccin COVID-19, y compris toute(s) dose(s) de rappel, suis-je en mesure d’avoir plus de contact avec d’autres personnes, comme ma famille et mes amis? (Puis-je aller voir mes petits-enfants, me réunir avec des amis, etc. ?)
Veuillez consulter la page web SocialAvisé de Santé publique Ottawa pour obtenir des conseils spécifiques sur la façon de se réunir avec vos proches. 
Pourquoi voudrais-je avoir le vaccin contre la COVID-19 si nous sommes toujours obligés de suivre des mesures de santé publique comme la distanciation physique et l’utilisation de masques même après la vaccination?

La raison principale pour se faire vacciner est de protéger sa propre santé. Les vaccins ajoutent une protection précieuse contre la COVID-19, qui peut entraîner des maladies graves et la mort. Plus il y aura de personnes vaccinées, moins il y aura d’infections à la COVID-19 dans la communauté, ce qui réduira le fardeau sur le système de santé : moins de personnes à l’hôpital, moins de patients aux soins intensifs et plus de capacité pour les hôpitaux à reprendre les interventions chirurgicales et les traitements. 

En ce moment, nous ne savons pas encore si le vaccin empêche la personne vaccinée de contracter la COVID-19 et de la transmettre à d’autres personnes. Ce que nous savons déjà des autres vaccins, c’est que plus il y a de personnes vaccinées et immunisées, plus il est probable que les personnes qui ne sont pas encore vaccinées soient indirectement protégées contre le virus. 

Pendant combien de temps devra-t-on suivre les mesures de santé publique après que la communauté a été vaccinée contre la COVID-19?
Nous ne le savons pas encore. Par contre, nous savons tous que les mesures de santé publique, comme le port du masque, la distanciation physique et le lavage des mains, aident à réduire la propagation de la COVID-19. Toutes les mesures de santé publique seront fortement recommandées tant et aussi longtemps qu’elles seront nécessaires. Les mesures mises en place dans les entreprises et les écoles pourraient être levées selon l’évaluation des taux de transmission communautaire.

Vers le haut

Allergies, effets secondaires et problèmes de santé 

Les personnes ayant de graves allergies à l’un des ingrédients du vaccin contre la COVID-19 peuvent-elles recevoir ce vaccin?

Non. Les personnes ayant des antécédents de réaction allergique grave à un composant du vaccin COVID-19 ne doivent pas recevoir le vaccin. Si vous avez une réaction allergique grave connue à un composant de l’un des vaccins Moderna ou Comirnaty (Pfizer-BioNtech) et que vous ne pouvez pas interchanger votre deuxième dose, vous serez en mesure de recevoir le vaccin approprié dans les cliniques communautaires et temporaires.

Visitez la page Web de Santé Canada pour savoir qui ne devrait pas recevoir les vaccins de  Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTechModernad’AstraZeneca ou Janssen.

Quels sont les effets secondaires des vaccins contre la COVID-19?

 

Langue des signes québécoise : Quels sont les effets secondaires des vaccins contre la COVID-19?

Les effets secondaires les plus fréquents sont une douleur au point d’injection, la fatigue et le mal de tête. Certaines personnes ayant reçu le vaccin durant les essais ont également rapporté des douleurs musculaires et articulaires, des frissons et de la fièvre. Ces symptômes étaient habituellement légers à modérés et disparaissaient quelques jours après la vaccination. On s’attend à ces réactions aux vaccins qui sont causées par la réponse immunitaire. Elles sont très semblables à celles qui sont signalées après l’administration d’un vaccin contre la grippe.

Vous trouverez plus d'informations sur les effets secondaires des vaccins sur les pages de Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTechModernad’AstraZeneca ou Janssen.

Ce document n'est pas dans un format actuellement accessible

Que faire si une personne a une réaction indésirable au vaccin?
Aucun problèmes de santé grave n’a été établi de façon causale aux vaccins contre la COVID‑19 approuvés au Canada.

Si une personne a une réaction indésirable à la suite du vaccin, elle doit le signaler à un professionnel de la santé (ex. : médecin de famille).

Une manifestation clinique inhabituelle (MCI) à la suite d’une vaccination est un effet indésirable ou imprévu survenant après l’administration d’un vaccin et pouvant ou non être causé par celui-ci.

La surveillance des MCI à la suite d’une vaccination par la santé publique est importante, car elle permet la détection rapide de problèmes rares relatifs à la sécurité des vaccins. Pour en savoir plus, consultez la page de Santé publique Ontario (SPO) sur le signalement des MCI.

Les effets secondaires possibles pour chaque vaccin sont indiqués dans la monographie de produit; les effets secondaires courants se trouvent dans la section « Effets secondaires et risques ».

Les professionnels de la santé doivent remplir le formulaire « Manifestations cliniques inhabituelles (MCI) à la suite d’une immunisation » et l’envoyer au bureau de santé publique local.

Nouvelle option en ligne pour déclarer des MCI

Nous sommes heureux d'annoncer la création d'un portail en ligne pour la soumission sécurisée des déclarations MCI en format PDF : https://secureforms.ottawapublichealth.ca/vaccines/AEFI-Submission-FR

Cela offre une autre option, en plus de signaler par télécopieur au : 613-580-9660

Si je présente des symptômes de la COVID 19 après avoir été vacciné contre cette maladie, dois-je m’isoler et passer un test de dépistage de la COVID 19?

Symptômes courants après la vaccination contre la COVID‑19

Les personnes qui reçoivent un vaccin contre la COVID-19 peuvent subir des effets secondaires post-vaccinaux. Ces effets secondaires peuvent produire des symptômes qui sont aussi des symptômes de la COVID-19, comme :

  • des maux de tête;
  • de la fatigue;
  • des douleurs musculaires;
  • des douleurs articulaires.

La personne vaccinée qui commence à présenter l’un des symptômes susmentionnés dans les 48 heures après avoir reçu le vaccin, n’est pas obligée de s’isoler si les symptômes sont légers (c.‑à‑d. s’ils ne l’empêchent pas de mener ses activités habituelles) et si la personne n’a pas été exposée de manière certaine à la COVID‑19.

L’individu à qui une des situations suivantes s’appliquent doit s’isoler et passer un test de dépistage (si l’individu y est admissible) :

  • Les symptômes durent ou apparaissent plus de 48 heures après la vaccination.
  • Les symptômes persistent ou s’aggravent plus de 48 heures après l’apparition du premier symptôme.
  • Les symptômes commencent à affecter la capacité de la personne à mener ses activités habituelles.
  • Un professionnel de la santé juge que les symptômes sont graves ou ne correspondent pas à une réaction aux vaccins contre la COVID‑19.
  • La personne a été déclarée à risque élevé ou positive.

Autres symptômes de la vaccination contre la COVID‑19

Il est recommandé à toutes personnes vaccinées et aux membres de son ménage ou foyer de s’isoler (et d’envisager de passer un test de dépistage, s’il est possible de s’en procurer) si la personne présente un des symptômes suivants :

  • de la fièvre (température corporelle de 37,8 °C/100,0 °F ou plus) ou des frissonnements (voir ci-dessous);
  • de la toux;
  • de l’essoufflement;
  • la perte du goût ou de l’odorat;

OU de plus de deux de ces symptômes suivants :

  • un écoulement nasal ou une congestion nasale;
  • des maux de gorge;
  • des problèmes digestifs comme des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des maux d’estomac.

La fièvre (température corporelle de 37,8 °C/100,0 °F ou plus) est un effet secondaire courant des vaccins, même en l’absence d’infection. Lorsque la fièvre est inférieure à 39,0 °C après la vaccination, la personne vaccinée (ainsi que les membres de son ménage ou foyer) peut mettre fin à son isolement 24 heures après que la fièvre est tombée si toutes les conditions suivantes sont réunies :

  • La fièvre a commencé seulement après l’injection du vaccin.
  • La fièvre a commencé dans les 24 heures qui ont suivi l’injection du vaccin et est tombée dans les 48 heures qui ont suivi l’injection du vaccin.
  • La fièvre est tombée dans les 24 heures après avoir commencé sans que la personne ait eu recours à des médicaments fébrifuges.
  • Les seuls autres symptômes, s’il y en a, sont les effets secondaires légers souvent ressentis après une vaccination, comme des maux de tête, de la fatigue, des douleurs musculaires et des douleurs articulatoires.

Si la fièvre atteint ou dépasse 39,0 °C ou si une des conditions susmentionnées n’est pas présente, la personne doit s’isoler et envisager de passer un test de dépistage (s’il lui est possible de s’en procurer).

Santé publique Ottawa recommande toujours à quiconque présente des symptômes de la COVID-19 de consulter un professionnel de la santé en cas de questions ou de préoccupations.

Vers le haut

Sécurité 

Certains signalements de myocardite et de péricardite après l’administration du vaccin contre la COVID-19 me préoccupent. Y a-t-il davantage de renseignements disponibles?

La myocardite est une inflammation du muscle cardiaque. La péricardite est une inflammation de la membrane entourant le cœur. Parmi les symptômes, on retrouve ce qui suit :   

  • douleurs thoraciques; 

  • essoufflement; 

  • palpitations cardiaques (palpitations ou forts battements de cœur).  

Des cas de myocardite et de péricardite après l’administration d’un vaccin à base d’ARNm ont été signalés au Canada et dans le monde entier. Les cas de myocardite et de péricardite surviennent plus souvent chez les personnes de moins de 30 ans, touchent plus les hommes que les femmes et apparaissent plutôt après la deuxième dose d’un vaccin à base d’ARNm qu’après la première. Le risque de myocardite et de péricardite est rare; les événements se produisent habituellement dans la semaine suivant la vaccination et sont principalement bénins avec une récupération rapide. 

Selon le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) : 

Pour les gens âgés de 12 à 29 ans, qui reçoivent une série primaire de vaccins contre la COVID-19 à base d’ARNm : 

  • L’utilisation du Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (dose de 30 µg) est préférée au vaccin Spikevax de Moderna (dose de 100 µg) pour commencer ou continuer la série primaire de vaccins à ARNm. 

  • La deuxième dose du vaccin à ARNm devrait être reçue huit semaines après la première dose puisqu’un intervalle plus grand entre les doses est associé à une efficacité accrue du vaccin et à un risque potentiellement plus faible de myocardite et de péricardite. 

Le CCNI indique également que les risques connus de la maladie de COVID-19 (y compris les complications comme la myocardite et la péricardite) surpassent les dommages potentiels d’avoir une mauvaise réaction à la vaccination à base d’ARNm, y compris le rare risque de myocardite ou de péricardite qui sont, malgré l’hospitalisation, relativement bénignes et se résolvent rapidement chez la plupart des personnes. 

Ceux qui sont âgés de 12 à 29 ans qui ont déjà reçu le vaccin Moderna n’ont pas à être préoccupés, puisque le risque de myocardite et de péricardite est rare. 

Les gens âgés de 30 ans et plus peuvent recevoir l’un ou l’autre des vaccins à ARNm (Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech ou Moderna) pour commencer ou continuer la série de vaccins à ARNm puisque ce groupe d’âge a un risque plus faible de myocardite ou de péricardite associée au vaccin. 

La majorité des cas signalés sont de faible gravité. Les personnes se rétablissent rapidement, généralement à l’aide de médicaments anti-inflammatoires. 

Obtenez immédiatement des soins médicaux si vous présentez l’un des symptômes suivants : 

  • douleurs thoraciques; 

  • essoufflement;  

  • sensation de battements de cœur rapides, de palpitations ou de forts battements de cœur. 

Signalez tout effet secondaire apparaissant après l’administration d’un vaccin à votre fournisseur de soins de santé. 

Pour en savoir plus, veuillez consulter notre foire aux questions (FAQ) sur la Troisième dose (dose de rappel).

Le vaccin contre la COVID-19 peut-il avoir des effets sur les menstruations ou la fertilité?

Bien que l’on ne sache pas avec certitude si le vaccin contre la COVID-19 peut avoir des effets sur les menstruations, il a été établi que contracter la COVID-19 peut avoir des incidences sur ces dernières. Une étude ayant été menée à Wuhan, en Chine (Chen et coll., 2020) (disponible en anglais seulement) a démontré qu’un cinquième des patientes ayant un diagnostic confirmé de COVID-19 présentaient des changements temporaires relatifs à :

  • la durée de leur cycle menstruel;
  • leur volume de perte.

La fertilité, c’est-à-dire la capacité de tomber enceinte, n’est pas affectée par les vaccins. Pendant les années au cours desquelles elle peut tomber enceinte, une personne doit prendre des précautions particulières à l’égard de certains vaccins vivants atténués. Cela est attribuable au risque théorique pour le fœtus et non pas à différentes incidences sur la fertilité. Le vaccin contre la rougeole est un exemple de vaccin vivant atténué.

Les vaccins contre la COVID-19 utilisés ne sont pas des vaccins vivants atténués. Il n’y a aucune raison biologique de croire que les vaccins contre la COVID-19 actuellement offerts pourraient avoir des incidences sur la capacité d’une personne à tomber enceinte. Les États-Unis ont recueilli des données sur l’innocuité auprès de 35 000 femmes enceintes ayant reçu le vaccin contre la COVID-19. Ces données n’ont pas permis de relever de préoccupations en matière de sécurité concernant l’administration d’un vaccin à ARN messager dans les 30 jours précédant la conception. Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) indique que les personnes qui tentent de concevoir n’ont pas besoin d’éviter une grossesse après l’administration d’un vaccin à ARNm. 

Fécondité masculine : Des millions d’hommes d’un bout à l’autre du monde ont reçu le vaccin contre la COVID-19. À ce jour, rien n’indique que la vaccination contre la COVID-19 pourrait engendrer une perte de fertilité. Nous savons que tous les vaccins, y compris les vaccins contre la COVID-19, peuvent provoquer une fièvre temporaire chez certaines personnes. Une forte fièvre ayant été contractée pour une raison ou une autre (p. ex. si vous avez la grippe) peut avoir une incidence temporaire sur le nombre de spermatozoïdes et leur qualité. Ces incidences ne sont toutefois que temporaires. Certaines études démontrent que contracter la COVID-19 pourrait avoir des incidences sur la qualité du sperme. On ne sait pas avec certitude combien de temps durent ces incidences.  

Je m’inquiète des signalements de paralysie de Bell après la vaccination contre la COVID-19. Qu’en est-il?

De très rares cas de paralysie de Bell (généralement une faiblesse ou une paralysie temporaire d’un côté du visage) ont été signalés au Canada et à l’étranger après l’immunisation avec les vaccins Comirnaty de Pfizer-BioNTech  et Moderna. 

La paralysie de Bell est un épisode de faiblesse ou de paralysie des muscles du visage qui apparaît rapidement. Les symptômes sont généralement temporaires et s’atténuent après quelques semaines. On pense qu’elle serait le résultat d’un gonflement et d’une inflammation du nerf qui contrôle les muscles d’un côté du visage. 

Consultez un médecin si vous présentez une combinaison quelconque  ou plusieurs des symptômes suivants après la vaccination : 

  • Manque de coordination des muscles qui contrôlent les expressions faciales, comme le sourire, le plissement des yeux, le clignement ou la fermeture des paupières 

  • Perte de sensibilité du visage 

  • Maux de tête 

  • Larmoiement 

  • Salivation excessive 

  • Perte du goût  au niveau des (deux premiers tiers de la langue) 

  • Hypersensibilité au son dans une oreille 

  • Incapacité à fermer l’un des deux yeux 

Signalez tous les effets indésirables survenant après la vaccination à un professionnel de la santé. 

Santé Canada tient à rassurer la population canadienne que les vaccins contre la COVID-19 sont sûrs et efficaces. Les avantages de l’immunisation surpassent toujours les risques potentiels, puisque les données scientifiques démontrent que le vaccin réduit le nombre d’hospitalisations et de décès liés à la COVID-19. 

Est-il vrai que le vaccin contre la COVID-19 empêche seulement une personnede présenter les symptômes de COVID-19, mais elle pourrait encore transmettre le virus à d’autres sans le savoir (transmission asymptomatique)? 
Des études sur les vaccins contre la COVID-19 ont montré quils sont très efficaces pour empêcher les gens d'être malade avec  la COVID-19.Toutefois, nous ne disposons pas actuellement de suffisamment de renseignements pour nous montrer à quel point il est probable qu’une personne qui a reçu un vaccin contre la COVID-19 puisse développer une infection à la COVID-19 asymptomatique (aucun symptôme) et la transmettre à dautres.  

Bien que les premières indications laissent entendre que le vaccin peut aussi réduire la transmission de la COVID-19, le CCNI recommande que chacun continue de pratiquer les mesures de santé publique (p.ex., port du masque et distanciation physique), peu importe quil ait reçu ou non le vaccin contre la COVID-19.De plus amples renseignements sur la capacité du vaccin de réduire la transmission de la COVID-19 devraient être communiqués sous peu.  

Ainsi, les vaccins protégeront de la maladie les personnes les reçoivent, mais il est possible qu’une personne qui a été vaccinée puisse encore transmettre le virus à dautres, même si cette transmission se ferait probablement à un taux beaucoup plus faible.

Comment Santé Canada a-t-il pu approuver le vaccin contre la COVID-19 si rapidement; a-t-il abaissé ses normes de sécurité pour les vaccins?

 

La raison pour laquelle le vaccin contre la COVID-19 a été approuvé rapidement n’est pas parce que les normes de sécurité ont changé, mais parce que Santé Canada a réduit le processus administratif et organisationnel d’autorisation du vaccin. Les exigences en matière de sécurité dans les essais cliniques du vaccin contre la COVID-19 étaient aussi strictes que le processus habituel pour tout autre vaccin.

Est-ce que les personnes ayant déjà reçu un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19 peuvent être vaccinées contre COVID-19?  


Oui. Selon la page Mise à jour des orientations sur le calendrier de vaccination contre la COVID-19 chez les personnes ayant déjà été infectées par le SRAS-CoV-2 du  Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), les personnes ayant précédemment reçu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 devraient tout de même se faire vacciner et n’ont pas besoin de subir un test de COVID-19 avant la vaccination.  

Dans le cas des personnes de cinq ans et plus ayant déjà été infectées par la COVID-19, il est conseillé d’administrer le vaccin huit semaines après le début des symptômes ou après l’obtention du résultat positif au test de dépistage (en l’absence de symptômes). 

Cet intervalle s’applique à une infection survenue avant l’administration de la première dose du vaccin contre la COVID-19, ainsi qu’à une infection survenue entre l’administration des doses. Si une personne présente une infection à la COVID-19 avant l’administration de sa deuxième dose, elle devrait attendre huit semaines après le début de ses symptômes ou après l’obtention de son résultat positif au test de dépistage (en l’absence de symptômes), avant l’obtention de cette dose.   

Selon de nouvelles données, le respect d’un intervalle plus long entre l’infection par la COVID-19 et la vaccination est associé à une meilleure réponse des anticorps au vaccin contre la COVID-19. 

Aucune information ne suggère que les anticorps produits par une infection récente à la COVID-19 nuiraient à l’efficacité du vaccin. 

La vaccination reste très importante, car les personnes qui ont déjà été infectées par la COVID-19 pourraient demeurer à risque d’infection par Omicron. Le risque de réinfection par Omicron est plus élevé que le risque de réinfection par les variants précédents. 

Si les jeunes enfants ne peuvent pas encore se faire vacciner contre la COVID-19, comment pouvons-nous les en protéger?

Les vaccins ajoutent une couche supplémentaire de protection. La plupart des vaccins diminuent la circulation et la transmission des maladies dont ils assurent l’immunité. Cependant, nous avons besoin de plus de données réelles sur la façon dont les vaccins contre la COVID-19 ont un impact sur la transmission de la COVID‑19. Pour l’instant, il est très important de continuer à suivre les mesures de santé publique pour nous protéger les uns les autres.

Tous les vaccins sont examinés par Santé Canada et par le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI). Ce sont eux qui déterminent qui peut se faire vacciner de façon sécuritaire et efficace. Le Vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech a été approuvé pour la vaccination des personnes nées en 2016 ou avant.

En raison d’un manque de données, les enfants nés après 2016 ne sont actuellement pas admissibles à la vaccination contre la COVID-19. Certains fabricants de vaccins étudient l’utilisation du vaccin chez les plus jeunes. Santé Canada et le CCNI examineront de nouvelles données sur l’innocuité et l’efficacité des vaccins. Ils utiliseront les nouvelles données pour mettre à jour leurs recommandations.

Est-il sécuritaire de recevoir les vaccins si l’on ne sait pas que l’on a contracté la COVID‑19? Par exemple, si l’on est asymptomatique?  

Oui, il est sécuritaire de recevoir le vaccin tant que vous vous sentez bien le jour où vous le recevez. Vous n’avez pas besoin d’un test de dépistage de la COVID-19 pour vous faire vacciner. Il est quand même  important de vérifier son état de santé avant de se faire vacciner.

Des mesures de santé publique sont en place dans les cliniques pour vous protéger et protéger les autres. Veuillez porter un masque, vous éloigner des autres et rester à la maison si vous ou un membre de votre foyer êtes malades.

Est-il sécuritaire pour les personnes âgées ou d’autres groupes à risque élevé de se rendre dans les cliniques de vaccination publiques?

Oui. Des mesures sont prises dans les cliniques de vaccination pour assurer la sécurité du public. Si vous allez vous faire vacciner, il est important que vous vérifiiez d’abord votre état de santé en fonction de la COVID‑19. Si vous ou un autre membre de votre foyer ne vous sentez pas bien ou présentez des symptômes de la COVID‑19, vous devez rester à la maison.

Les cliniques de vaccination sont mises en place pour être les plus sécuritaires que possible. Chaque clinique sera aménagée afin de favoriser la distanciation physique. Il y aura également une limite du nombre de personnes qui peuvent occuper le même espace à la fois. Tout le monde doit porter un masque dans une clinique. De plus, les membres du personnel qui administrent le vaccin porteront un équipement de protection individuelle (EPI).

Veuillez noter qu’après avoir reçu votre vaccin, vous devrez rester assis dans la clinique durant au moins 15 minutes. Si vous avez besoin d’aide pendant votre visite à la clinique, vous pouvez amener quelqu’un pour vous aider. 

Quels sont les signes et les symptômes du taux de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV)? 
Le taux de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin est rare. Dans les cas rapportés, les symptômes sont apparus 4 à 20 jours suivant l’administration du vaccin AstraZeneca. Si vous développez l’un ou l’autre des symptômes suivants après avoir reçu un vaccin contre la COVID-19, consultez un médecin immédiatement.

Symptômes :

  • essoufflement;
  • douleurs dans la poitrine;
  • enflure des jambes;
  • douleurs abdominales persistantes;
  • symptômes neurologiques, comme des maux de tête graves ou persistants soudains, allant en s’aggravant, ou vision trouble;
  • contusions sur la peau (ailleurs qu’au point d’injection du vaccin) ou pétéchies.

Il importe également de rappeler que l’administration d’un vaccin s’accompagne parfois de symptômes mineurs temporaires, comme des maux de tête, de la fièvre ou une douleur au point d’injection. 

Puis-je quand même recevoir le vaccin dans une clinique si j’ai des antécédents d’évanouissements en présence d’une aiguille?

Oui. Veuillez en avertir la personne qui vous vaccinera à la clinique en lui expliquant vos antécédents d’évanouissements pendant ou après avoir reçu un vaccin. Vous allez pouvoir vous allonger sur un matelas avant de recevoir le vaccin. Il y a une section dans la clinique qui est aménagée à cet effet, à l’abri des regards.

Le fait de s’évanouir après avoir reçu un vaccin n’est pas un effet secondaire du vaccin et peut se produire pour différentes raisons, comme le stress ou l’anxiété.

Veuillez noter que la FAQ ci-dessus ne fait référence qu’aux cas d’évanouissement et non aux cas de réaction allergique grave, comme l’anaphylaxie. Assurez-vous d’informer la personne qui vous vaccinera des antécédents d’évanouissements ou des antécédents de réaction allergique grave que vous pourriez avoir à la suite d’un vaccin.

Que dois-je faire si la personne que j’accompagne ou moi-même avons la phobie des piqûres ou peur des aiguilles, mais que nous aimerions malgré tout nous faire administrer le vaccin contre la COVID‑19 dans une clinique?

Si vous ou la personne que vous accompagnez avez peur des aiguilles ou la phobie des piqûres ou si vous êtes anxieux, le personnel de la clinique communautaire peut vous aider.    

Pour répondre aux besoins des personnes ayant une phobie extrême des piqûres ou des aiguilles, veuillez remplir le formulaire d’évaluation de l’accessibilité dans les cliniques de vaccination contre la COVID-19.

  1. Une infirmière de la clinique ou un représentant de SPO appellera le client ou la personne responsable pour se présenter. 
  2. L’infirmière de la clinique expliquera le processus de vaccination, étape par étape, depuis l’arrivée du client à la clinique jusqu’à son départ. 
  3. L’infirmière peut proposer une salle privée ou un espace isolé pour l’administration du vaccin. Au besoin, nous pouvons également faire le nécessaire pour trouver un endroit où le client pourra s’allonger pendant l’administration du vaccin. En outre, un membre de la famille ou un ami pourra accompagner le client au rendez-vous et rester à ses côtés, on peut également les apporter des objets comme un toutou peluche. 
  4. Enfin, l’infirmière demandera au client ou à la personne responsable s’il y a des dispositions particulières que l’on peut prendre pour atténuer l’anxiété du client.  

Vous pouvez demander des mesures d’adaptation en remplissant le formulaire d’évaluation de l’accessibilité dans les cliniques de vaccination contre la COVID-19.

Quelques ressources utiles  

Est-il possible d’avoire des séquelles d’une infection à la COVID-19 ( connue également sous le nom COVID longue? 

Est-il possible d’avoire des séquelles d’une infection à la COVID-19 (connue également sous le nom COVID longue)?  

Il est impossible de savoir quels effets la COVID-19 aura sur votre santé tant que vous ne vous êtes pas rétabli de cette maladie aiguë. La plupart des personnes atteintes de la COVID-19 se rétablissent après quelques semaines. Il arrive toutefois que certaines personnes prennent plus de temps à se rétablir ou éprouvent différents problèmes pendant leur rétablissement. 

Personne n’est à l’abri des séquelles d’une infection à la COVID-19 (lesquelles sont aussi nommées « COVID longue », «  syndrome post-COVID-19  », «  COVID-19 de longue durée  », «  effets à long terme de la COVID-19  » ou «  COVID-19 chronique  »). Cela comprend les personnes qui ne présentaient pas de symptômes  pendant leur infection. Chaque personneTout le monde  est différente.  

Prévention contre les séquelles d’une infection à la COVID-19 / COVID longue : 

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la meilleure façon de prévenir les séquelles de la COVID-19 est de vous protéger ainsi que les autres contre une infection. Pour ceux qui sont admissibles, se faire vacciner contre la COVID-19 peut aider à prévenir les infections et à protéger contre des formes sévères de la maladie. Le CDC déclare également que les recherches montrent que les personnes qui sont vaccinées et deviennent infectées à la COVID-19 sont moins susceptibles d’indiquer avoir des séquelles après la COVID par comparaison à celles qui ne sont pas vaccinées. 

 

Les symptômes du syndrome post-COVID-19 peuvent être nouveaux ou persistants et peuvent se prolonger des semaines ou des mois après l’infection à la COVID-19. En voici quelques-uns  : 

 

  • difficulté à respirer ou essoufflement; 
  • fatigue ou épuisement; 
  • difficulté à réfléchir ou à se concentrer (parfois appelée «  brouillard cérébral  »); 
  • toux; 
  • douleur à la poitrine ou à l’estomac;
  • maux de tête. 

 

Il semble que les enfants et les adolescents sont moins sujets que les adultes à conserver des séquelles d’une infection à la COVID-19. Notons que les enfants et les adolescents éprouvent des symptômes similaires à ceux des adultes. 

La cause et le traitement des symptômes de chaque personne éprouvant des problèmes de santé à long terme sont différents. Les effets à long terme de la COVID-19 font encore l’objet d’études. Si vous éprouvez des problèmes pendant votre rétablissement, parlez de votre situation personnelle avec votre fournisseur de soins de santé. 

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les séquelles d’une infection à la COVID-19, veuillez visiter les pages suivantes  :

Voyager

Exigences relatives au port du masque au retour d'un voyage international

Un rappel qu'en vertu des exigences fédérales actuelles en matière de voyage, au retour d'un voyage international, les personnes qui sont exemptées de quarantaine qui ne sont pas entièrement vaccinés doivent porter un masque en tout temps lorsqu'elles se trouvent dans les espaces publics (y compris les écoles et les services de garde), pendant leurs 14 premiers jours au Canada. Les voyageurs internationaux qui sont entièrement vaccinés ne sont plus tenus de porter un masque dans les lieux publics pendant 14 jours après leur arrivée au Canada.

Important : Les directives en matière de voyage sont établies par le gouvernement fédéral et changent continuellement. Veuillez vérifier les informations fédérales actuelles sur le site ci-dessus et adresser toute question à la Ligne d'information pour la COVID-19 de l'Agence de la santé publique du Canada au 1-833-794-4397 ou phac.covid19.aspc@canada.ca

 Quelles sont les exigences concernant la preuve de vaccination pour entrer au Canada? 
 Pour obtenir des renseignements sur les exigences relatives à l’entrée au Canada, veuillez consulter le site Web du gouvernement du Canada
 Puis-je voyager après avoir reçu une série complète de vaccins contre la COVID-19? Que faire si j’ai un calendrier mixte? 

Il est important d’évaluer vos propres facteurs de risque pour les voyages. Il est également important de vous tenir au courant de la situation liée à la pandémie de la COVID-19 dans votre lieu de voyage. Tentez d’obtenir, dans le pays où vous vous rendez, des recommandations sur la vaccination, les tests de dépistage, l’isolement et d’autres recommandationsen matière de santé publique

Si vous avez une série de doses mixtes, sachez que vous êtes bien protégé contre une infection de la COVID-19. Les calendriers mixtes demeurent sécuritaires et efficaces. En ce qui concerne les voyages et les autres pays, veuillez vous renseigner auprès du pays où vous vous rendez sur les exigences fixées. 

Le document Conseils aux voyageurs et avertissements est une autre ressource utile fournie par le gouvernement du Canada 

Options de test privées pour les voyageurs internationaux et nationaux

Tests de dépistage pour les voyageurs internationaux et nationaux
Information sur voyager à l’étranger

Vous revenez d’un voyage international? 

Tous les voyageurs qui arrivent au Canada doivent respecter les exigences fédérales en matière de quarantaine, y compris la mise en isolement et la réalisation de tests de dépistage, sauf s’ils en sont exemptés. Consultez les exigences fédérales en matière de quarantaine pour déterminer si vous devez vous isoler. 

Vous vous rendez à l’étranger? 

Actuellement, Santé publique Ottawa ne fournit pas de lettres d'autorisation pour les voyages. Vous devrez communiquer avec votre fournisseur de soins primaires ou visiter une clinique de voyage. 

Santé publique Ottawa ne fournit aucune recommandation concernant les voyages internationaux. Veuillez-vous référer aux lignes directrices émises par le pays où vous comptez vous rendre. 

Pour accéder au résultat des tests PCR que vous avez précédemment réalisés, communiquez avec la clinique ou le centre de dépistage où vous avez subi les tests en question ou visitez le site Web de la province de l’Ontario. Consultez notre page sur le dépistage pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon d’accéder au résultat de vos tests. 

Vous souhaitez obtenir une autorisation de voyage? Visitez notre page sur le dépistage pour en savoir plus à ce sujet. 

Vers le haut

Précautions 

Puis-je obtenir le vaccin contre la COVID-19 si j’ai récemment reçu un autre vaccin ou si j’ai besoin d’un autre vaccin?

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommandait auparavant que les vaccins contre la COVID-19 soient administrés au moins 28 jours avant et 14 jours après les autres vaccins. Le CCNI a modifié sa recommandation. Cependant, après avoir examiné les données disponibles sur les vaccins contre la COVID-19 ainsi que les données et l’expérience relatives à la délivrance d’autres vaccins courants en même temps ou dans les jours qui suivent, le CCNI a modifié sa recommandation. Le CCNI recommande maintenant que les vaccins contre la COVID-19 puissent être administrés en même temps que, avant ou après d’autres vaccins. Cela comprend les vaccins vivants, non vivants, avec ou sans adjuvant. Il n’y a pas de préoccupations particulières en matière d’innocuité lorsque les vaccins de routine sont administrés en même temps ou à quelques jours d’intervalle. Veillez notez qu’il pourrait y avoir des effets secondaires temporaires plus forts lorsqu’un vaccin contre la COVID-19 et un autre vaccin sont administrés en même temps ou à quelques jours d’intervalle.

Quelles précautions faut-il prendre avant de recevoir ce vaccin?
  • Veuillez reporter votre vaccination si vous faites de la fièvre ou si vous présentez des symptômes de la COVID-19. En plus de diminuer les risques de propagation de la COVID‑19 à la clinique de vaccination, cette mesure contribuera à éviter de confondre les symptômes d’autres maladies avec les effets indésirables du vaccin.
  • Prenez-vous une anticoagulation à long terme? Selon les recommandations du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), la plupart des personnes peuvent être vaccinées de façon sécuritaire sans interrompre leur traitement par anticoagulants.
  • Si vous souffrez d’un trouble hémorragique (tendances à saigner), le CCNI recommande de vous assurer que le trouble soit bien contrôlé avant l’immunisation.
  • Avez-vous des allergies? L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) recommande aux personnes ayant déjà eu des réactions allergiques graves de discuter avec leur fournisseur de soins de santé avant de recevoir un vaccin contre la COVID-19.
  • La Société canadienne d’allergie et d’immunologie clinique (SCAIC) a une page de Foire aux questions sur le vaccin contre la COVID-19 (en anglais uniquement) qui pourrait vous être utile.
  • Pour accéder à une discussion technique sur les anaphylaxies et les allergies, veuillez consulter la page Contre-indications et précautions publiée sur le site Recommandations sur l’utilisation des vaccins contre la COVID-19 du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI).
  • À titre de référence supplémentaire, nous vous invitons à consulter la page COVID-19 Vaccines for People with Allergies (vaccins contre la COVID-19 pour les personnes ayant des allergies) (en anglais uniquement) des Centers for Disease Control and Prevention (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) des États-Unis.
Puis-je me faire vacciner si j’ai une immunodéficience ou une maladie autoimmune?

Le CCNI recommande de préférence qu’une série complète de vaccins contre la COVID-19 à base d’ARNm contre la COVID-19 soit offerte aux personnes du groupe d’âge approuvé. Cela comprend les personnes ayant une immunodéficience en raison d’une maladie ou d’un traitement ou ayant une maladie auto-immune. 

Si un vaccin à ARNm est contre-indiqué, un autre vaccin contre la COVID-19 approuvé devrait être offert. Les vaccins contre la COVID-19 à base d’ARNm homologués au Canada sont les vaccins Moderna et Comirnaty de Pfizer-BioNTech.  

Il est possible que les personnes immunodéprimées aient une réponse immunitaire réduite aux vaccins contre la COVID-19.  

Les médicaments que je prends peuvent-ils nuire à l’efficacité des vaccins? Peuvent-ils causer d’autres effets secondaires après la vaccination?
La plupart des médicaments et conditions médicales ne devraient pas nuire à l’efficacité des vaccins.

Vous devriez communiquer avec votre fournisseur de soins de santé si vous :

  • avez une maladie auto‑immune;
  • recevez des traitements immunosuppresseurs;
  • avez d’autres problèmes de santé spécifiques.

Votre fournisseur de soins de santé peut avoir des recommandations sur votre calendrier de vaccination contre la COVID‑19 qui tient compte, selon le cas :

  • des autres vaccins;
  • du traitement contre les maladies immunodéprimantes ou de conditions auto-immunes.

Avant que vous receviez un vaccin, on vous posera quelques questions de dépistage. Ces questions peuvent être consultées ici : Formulaire de dépistage et de consentement pour le vaccin contre la COVID-19.

Les fournisseurs de soins de santé peuvent trouver plus d’information ici :

Les recommandations du CCNI sont mises à jour au fur et à mesure que de nouveaux renseignements sont disponibles. On y trouve des sections contenant des renseignements sur :

Les vaccins ont-ils été testés sur des personnes atteintes de divers problèmes de santé rares?

Les personnes qui ont une immunodéficience peuvent avoir été exclues des essais cliniques des vaccins contre la COVID-19. Les personnes atteintes de maladies rares peuvent ne pas être adéquatement représentées dans les essais cliniques des vaccins contre la COVID-19.

En général, les vaccins non vivants peuvent être administrés aux personnes ayant une immunodéficience. Aucun signal de sécurité préoccupant n’a été lancé jusqu’à présent dans l’utilisation mondiale de ces produits vaccinaux. Les vaccins ont été testés sur des milliers de personnes diverses dans de nombreux pays avant d’être approuvés. L’objectif est d’avoir un bon échantillon de la société.

Les fabricants de vaccins déclarent les renseignements provenant des essais cliniques. Ces renseignements comprennent l’état de santé des participants aux essais. Vous pouvez consulter les renseignements tirés des essais cliniques des vaccins contre la COVID‑19. Il s’agit d’une base de données d’études cliniques privées et publiques réalisées dans le monde entier.

Si vous avez un problème de santé, veuillez communiquer avec votre fournisseur de soins de santé pour savoir ce que vous devez prendre en considération. 

Vers le haut

Vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson)

 Qu’est-ce que le vaccin contre la COVID-19 de Janssen?

Le vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson), parfois appelé vaccin de J&J, est un vaccin à dose unique à base de vecteur viral. Ce type de vaccin, fabriqué à partir d’un autre virus appelé adénovirus, lequel est affaibli de sorte qu’il ne peut pas croître, enseigne à votre corps comment lutter contre le virus de la COVID-19. Le vaccin apprend à votre système immunitaire à reconnaître et à combattre le virus de la COVID-19, ce qui aide à prévenir la maladie si vous entrez en contact avec le virus.

 Comment puis-je obtenir le vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson)?

Aucune réservation n’est possible sur le portail provincial. Les réservations se font auprès de votre bureau de santé publique local. Utilisez ce formulaire en ligne pour vous inscrire pour un vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson). 

 Quelle est la différence entre un vecteur viral et un vaccin ARNm?

Les vaccins à base de vecteur viral utilisent un virus, qui a été modifié pour être inoffensif, comme système de transfert d’information pour construire votre immunité. Lorsqu’ils sont injectés dans l’organisme, ces vaccins contre la COVID-19 produisent une protéine de surface du virus SARS-CoV-2, plus précisément la protéine de pointe SARS-CoV-2. La protéine de pointe ne vous rend pas malade — elle aide votre corps à avoir une réponse immunitaire forte sans vous exposer au virus qui cause la COVID-19.

De leur côté, les vaccins à ARN messager (ARNm) fournissent des instructions aux cellules de notre corps pour qu’elles fabriquent une protéine virale du coronavirus appelée « protéine de pointe ». L’ARNm fournit des instructions qui permettent à la cellule de produire la protéine de pointe, puis le système immunitaire est activé pour reconnaître la protéine de pointe comme étant différente des protéines propres de l’organisme, ce qui déclenche une réponse immunitaire. L’ARNm est alors dégradé par des mécanismes cellulaires normaux et les protéines de pointe sont détruites par le système immunitaire. Les vaccins à ARNm ne sont qu’un des différents types de vaccins actuellement utilisés pour prévenir la maladie de COVID-19 causée par le virus SARS-CoV-2.

La vaccination contre la COVID-19 ainsi que les mesures de santé publique constituent la meilleure protection contre la COVID-19.

 Efficacité du vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson)
Les essais cliniques ont montré que 2 semaines après l’administration de la dose unique, le vaccin contre la COVID-19 de Janssen affichait une efficacité de 66 % pour protéger les participants à l’essai contre la COVID-19. Vingt-huit jours après l’administration d’une seule dose, il s’est révélé efficace à 85,4 % contre les formes graves ou critiques de la maladie.
 Admissibilité du vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson)

Les vaccins à ARNm demeurent les vaccins recommandés pour les personnes admissibles. Les personnes de 18 ans ou plus peuvent recevoir le vaccin de Janssen comme vaccin contre la COVID-19 si elles répondent à l’un des critères suivants :

  • n’avoir reçu aucune dose d’un vaccin contre la COVID-19 en raison d’une allergie connue à un ou à plusieurs des composants d’un vaccin contre la COVID-19 à ARNm;
  • n’avoir reçu aucun vaccin contre la COVID-19 et avoir refusé un vaccin à ARNm (c.-à-d. qu’elles recherchent une solution de rechange au vaccin à ARNm);
  • avoir subi un événement indésirable grave consécutif à la vaccination après avoir reçu une dose du vaccin contre la COVID-19 à ARNm et qu’un médecin ou une infirmière praticienne qualifiés leur a recommandé de recevoir un vaccin contre la COVID-19 sans ARNm pour les doses suivantes.

Il convient de noter que les personnes qui ont reçu le vaccin AstraZeneca comme première dose du vaccin contre la COVID-19 et qui n’ont pas de contre-indication à recevoir un vaccin contre la COVID-19 à ARNm ne sont pas admissibles au vaccin de Janssen et devraient recevoir un vaccin contre la COVID-19 à ARNm.

Y a-t-il des contre-indications ou des précautions particulières pour les vaccins à vecteur viral contre la COVID-19?

Le vaccin contre la COVID-19 de Janssen est contre-indiqué chez les personnes :

  • qui ont moins de 18 ans;
  • qui ont eu une thrombose veineuse ou artérielle majeure avec thrombocytopénie après avoir reçu un vaccin;
  • qui ont des antécédents de syndrome de fuite capillaire;
  • qui ont eu une thrombose veineuse sinusale cérébrale (TVSC) avec thrombocytopénie;
  • qui ont eu une thrombocytopénie induite par l’héparine;
  • qui reçoivent une thérapie monoclonale par anticorps OU une thérapie convalescente par plasma pour le traitement ou la prévention de la COVID-19;
    • le vaccin ne devrait pas être administré pendant que le patient reçoit une thérapie.
Allergies
Les personnes qui ont eu une réaction allergique grave et immédiate (≤ 4 h après la vaccination) ou une anaphylaxie après l’administration d’une dose d’un vaccin contre la COVID-19 ou à l’un de ses composants ou à son contenant doivent consulter un allergologue ou un immunologue. L’évaluation d’un allergologue ou d’un immunologue est nécessaire pour établir une méthode d’administration éventuelle d’un vaccin contre la COVID-19.
 Effets secondaires courants du vaccin contre la COVID-19 de Janssen (Johnson & Johnson)
  • Mal de tête
  • Nausées
  • Douleurs musculaires
  • Douleur au point d’injection
  • Fatigue
  • Fièvre
 Quand dois-je appeler mon fournisseur de soins de santé si je ne me sens pas bien après avoir reçu mon vaccin?

Si vous avez une forte fièvre (plus de 40 °C ou 104 °F) ou des effets secondaires qui vous préoccupent ou qui ne semblent pas disparaître après quelques jours, communiquez avec votre fournisseur de soins de santé ou consultez un médecin. Rendez-vous au service d’urgence le plus proche ou appelez le 911 si vous avez de l’urticaire, un gonflement du visage, de la gorge ou de la bouche ainsi que des difficultés à respirer dans les 4 heures suivant l’administration de votre vaccin. Consultez également un médecin si vous ressentez une altération de votre niveau de conscience, une forte somnolence, des convulsions et des « fourmillements » ou un engourdissement.

Autres questions

Que puis-je faire maintenant et comment puis-je aider?

Nous vous remercions pour votre intérêt à faire du bénévolat pour la Clinique communautaire de Santé publique Ottawa. Pour l’instant, Santé publique Ottawa n’a pas besoin de bénévoles dans ses cliniques communautaires. Pour toute demande de renseignements concernant le bénévolat dans les cliniques communautaires, veuillez envoyer un message à l’adresse RessourcesbenevolesSPO@ottawa.ca.

Si vous souhaitez offrir votre aide à des organismes communautaires de la région pendant la pandémie, veuillez visiter les sites Web Bénévoles Ottawa et Réseau de soutien communautaire de Champlain.  

Aidez-nous à atteindre l’#ImmunitéDeCommunauté en recevant deux doses d'un vaccin contre la COVID-19. Vous protéger vous-même et les autres de la COVID-19 et des variants plus transmissibles est un processus à deux étapes

Comme un nombre croissant de résidents de la Ville d'Ottawa et des environs continuent à se faire vacciner, il est essentiel que nous continuions tous à faire notre part pour réduire la transmission de la COVID-19 dans la communauté.  Veuillez continuer à maintenir une distance des personnes qui ne font pas partie de votre ménage, à porter un masque lorsque vous ne pouvez pas maintenir la distance, à laver vos mains et à rester à la maison lorsque vous êtes malade. Continuez de respecter les directives locales et provinciales.   

Pour demeurer au fait des plus récents renseignements, y compris ce que vous pouvez faire pour réduire la propagation du virus, suivez Santé publique Ottawa sur TwitterFacebook et Instagram. Vous pouvez aussi vous abonner au récapitulatif hebdomadaire de la Ville d’Ottawa des renseignements concernant la réponse de la Ville à la pandémie de COVID-19 et suivre la chaîne YouTube de Santé publique Ottawa et le site Web Immunité de communauté.  

Quelles ressources en santé mentale sont offertes aux personnes qui sont préoccupées par la disponibilité des vaccins?

La situation de la pandémie de COVID-19 peut être très stressante et il n’y a rien de mal à ne pas se sentir bien.

Si vous êtes en crise, veuillez appeler la Ligne de crise en santé mentale (accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7) au 613-722-6914 ou téléphoner sans frais au 1-866-996-0991 si vous êtes à l’extérieur d’Ottawa.

Veuillez consulter la page Santé mentale et COVID-19 de Santé publique Ottawa pour obtenir une liste complète des ressources offertes, y compris une version imprimable de la   Liste des ressources sur la santé mentale et la COVID-19.

Contactez Nous