Prévention des overdoses et intervention en la matière

Mis à jour le 03 mars 2020

N’importe quelle drogue peut être coupée avec du fentanyl ou du carfentanil. Tu ne peux donc jamais savoir ce que contiennent les drogues obtenues ailleurs qu’en pharmacie. Si c’est un ami qui te les donne, que tu les commandes en ligne ou que tu les achètes d’un revendeur de drogue, tu ne peux pas savoir à quel point elles sont toxiques.

Les comprimés contrefaits sont fabriqués de manière à ressembler à des opioïdes prescrits ou à d’autres médicaments. Le fentanyl illicite est souvent fabriqué sous forme de poudre et mélangé avec d’autres drogues (comme l’héroïne, la cocaïne ou le crack). Il est aussi compressé sous forme de comprimés qui sont revendus comme étant de l’oxycodone (OxyContin, « Oxy », Percocet, « percs » ou « 80s ») ou d’autres comprimés comme le speed et l’ecstasy (MDMA).

Il n’existe aucun moyen facile de savoir si ce que tu consommes contient du fentanyl. On ne peut pas le sentir ou le goûter. Une très petite quantité peut provoquer une overdose.

Comment réduire les risques

Si vous souhaitez consommer des substances :

Ne consommez pas lorsque vous êtes seul

Si vous faites une overdose lorsque vous êtes seul, personne ne pourra vous aider.

  • Lorsque vous consommez en compagnie d’une autre personne, ne consommez pas en même temps qu’elle. Vérifiez que votre ami est prêt à demander de l’aide en cas d’overdose et planifiez ce qu’il faudra faire si la situation se produit.
  • Si vous décidez de consommer seul, dites-le à quelqu’un au préalable. Laissez la porte déverrouillée et demandez à quelqu’un de vérifier que vous allez bien.
  • Utilisez un service de consommation supervisée.

Ne mélangez pas de drogues

Ne consommez pas plusieurs drogues à la fois ou de la drogue avec de l’alcool. Cela augmente votre risque d’overdose.

  • Si vous décidez de mélanger des drogues, consommez une seule drogue à la fois ou consommez une quantité moindre de chaque drogue.

Allez-y lentement

La qualité des drogues illicites est imprévisible. Le fentanyl est utilisé pour couper (mélanger) des drogues opioïdes et non opioïdes. Il peut être mis en poudre et mélangé à de la cocaïne, à de l’héroïne et à du crack ou pressé en comprimés vendus comme de l’oxycodone (« 80s » ou « Oxy ») ou d’autres drogues, comme l’ecstasy (MDMA).

  • Commencez par une petite quantité (dose d’essai) pour valider la puissance de ce que vous comptez utiliser, mais rappelez-vous que même une petite quantité peut provoquer une overdose.

Transportez de la naloxone avec vous

La naloxone est un médicament qui peut inverser temporairement les effets d’une overdose d’opioïdes. Elle est offerte gratuitement aux personnes qui consomment des drogues ainsi qu’aux membres de leur famille et à leurs amis!

  • Renseignez-vous sur la naloxone et sur les endroits où vous pouvez vous procurer une trousse.

Connaissez votre tolérance

La tolérance est la capacité de l’organisme à « supporter » les effets de la substance consommée. La tolérance à une drogue se développe au fil du temps.

Elle diminue chez une personne qui a interrompu temporairement sa consommation, que cette pause soit intentionnelle ou non (par exemple, si la personne est en traitement ou fait un séjour à l’hôpital ou en prison). Votre tolérance variera aussi en fonction :

  • de votre poids;
  • des maladies dont vous êtes atteint;
  • de votre degré de stress;
  • d’un système immunitaire affaibli (en raison d’une hépatite, par exemple);
  • d’un manque de sommeil;
  • de votre consommation d’autres drogues ou médicaments;
  • de votre état de santé général.

Utilisez une quantité moindre de drogues lorsque votre tolérance pourrait être plus faible.

Votre risque d’overdose augmente si vous êtes un nouvel utilisateur ou si vous n’avez pas consommé depuis quelque temps!

Attention

Les drogues peuvent avoir été falsifiées à tout moment. Les acheteurs et vendeurs de drogues ne savent pas toujours si une substance a été coupée avec quelque chose d’autre avant de vous la revendre.

Signes et symptômes d’une overdose

Les signes de l’overdose peuvent différer d’une personne à l’autre et selon les substances en cause. Une overdose est une urgence médicale, et la première étape est toujours d’appeler le 911.

Type de drogue Signes et symptômes courants d’une overdose
Opioïdes

(par exemple l'héroïne, la morphine, le fentanyl, la méthadone, l'OxyContin)

  • Respiration très lente ou irrégulière, ou absence complète de respiration
  • Lèvres ou ongles bleus
  • Corps mou
  • Ronflements profonds ou sons de gargouillement
  • Perte de conscience, évanouissement (vous ne parvenez pas à réveiller la personne)
  • Absence de réaction (la personne ne réagit pas lorsque vous lui parlez ou que vous la secouez)
  • Contraction extrême de la pupille (qui devient minuscule)
 

Stimulants

(par exemple la cocaïne, l'amphétamine [speed], la méthamphétamine en cristaux, la MDMA ou l'ecstasy)

  • Convulsions
  • Sensation d’oppression et de serrement dans la poitrine
  • Écume à la bouche
  • Pouls rapide
  • Transpiration excessive
  • Vomissements
  • Maux de tête, vertige, bourdonnement dans les oreilles
  • Respiration difficile
  • Effondrement soudain
  • Perte de conscience, évanouissement (vous ne parvenez pas à réveiller la personne)
Hallucinogènes

(par exemple l'acide, le LSD, la kétamine, les champignons magiques)

  • Syndrome catatonique (la personne semble en transe)
  • Psychose (la réalité de la personne est altérée, elle peut avoir des hallucinations ou des délires)
  • Nausées et vomissements
  • Convulsions

Quoi faire en cas d’overdose d’opioïdes

5 étapes pour sauver une vie et Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose

Criez et secouezAppelez le 911Administrez de la naloxoneFaites de la respiration de sauvetage ou des compressions thoraciquesEst-ce que ça marche?

Que faire en cas de surdose?

  1. Criez le nom de la personne et secouez-la par les épaules.
  2. Appelez le 911 si la personne ne réagit pas.
  3. Administrez de la naloxone : Vaporisez 1 fois dans une narine ou injectez 1 ampoule dans un bras ou une jambe.
  4. Faites de la respiration de sauvetage ou des compressions thoraciques.
  5. Est-ce que ça marche? S’il n’y a pas d’amélioration dans les deux à trois minutes, répétez les étapes 3 et 4. Restez avec la personne.

Si la personne respire toute seule ou si jamais vous devez laisser la personne seule, placez-la en position de rétablissement. La position de rétablissement aide à garder les voies respiratoires ouvertes pour que la personne puisse respirer et ne s’étouffe pas avec ses vomissures ou ses crachats.

Position de rétablissement

position de récupération

  1. En vous plaçant à côté de la victime, allongez le bras de la victime le plus près de vous au-dessus de sa tête.
  2. Placez ensuite son autre bras sur sa poitrine et pliez la jambe la plus loin de vous. Tournez ensuite la victime vers vous pour la positionner sur le côté.
  3. La victime est étendue sur le côté, la tête posée sur son bras allongé, le genou plié et stable.

Il est important de rester avec la personne après lui avoir administré de la naloxone pour les raisons suivantes :

  • La personne pourrait être confuse et effrayée à son réveil. Vous devrez lui dire ce qui s’est passé.
  • De nombreux opioïdes peuvent demeurer plus longtemps dans l’organisme que la naloxone. Les effets de l’overdose pourraient donc revenir. Il est important de s’assurer que la personne sache qu’elle ne doit pas prendre d’autres drogues.
  • Il est important de dire aux paramédics tout ce que vous savez de la situation afin qu’ils puissent offrir les meilleurs soins possible.
  • La naloxone peut provoquer des symptômes de sevrage chez les personnes qui ont consommé des opioïdes. La victime pourrait donc vouloir consommer de nouveau. Le fait de continuer à consommer augmente le risque d’overdose une fois les effets de la naloxone dissipés.
  • Les symptômes de sevrage peuvent être très inconfortables pour la personne, mais ne mettent pas sa vie en danger. Il peut s’agir :
    • de douleurs musculaires;
    • de sueurs;
    • de nausées et de vomissements;
    • d’agitation;
    • d’irritabilité.

Pour une formation complète sur l’administration de la naloxone, cliquez ici.

Consultez nos conseils sur la façon de réagir aux surdoses d’un stimulant comme la cocaïne, la méthamphétamine en cristaux, la MDMA ou le Ritalin. (Disponible en anglais seulement)

Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose

La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose protège le répondant, la victime d’overdose et toute personne sur place. Elle fait en sorte que personne ne peut être accusé de :

  • possession d’une substance contrôlée (comme des drogues);
  • violation par la possession simple des conditions de liberté provisoire, d’ordonnance de probation, de libération conditionnelle ou d’ordonnance de sursis.

La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose ne protège pas contre les accusations portant sur :

  • les mandats d’arrestation non exécutés;
  • la production et la vente de substances contrôlées (comme des drogues);
  • tout autre crime non mentionné dans la Loi.

Pour en savoir plus, consultez le site web du gouvernement du Canada.

<< Retour à ArretOverdoseOttawa.ca

Contactez Nous